Aller au contenu

Acri­med. « Hôpi­tal Pitié-Salpê­trière : désin­for­ma­tion géné­rale et mensonges média­tiques »

https://www.acri­med.org/Hopi­tal-Pitie-Salpe­triere-desin­for­ma­tion-gene­rale

« Les médias audio­vi­suels ont piétiné l’in­for­ma­tion. Une fois de plus. Les événe­ments surve­nus à l’hô­pi­tal de la Pitié-Salpê­trière, à Paris, en fin de mani­fes­ta­tion du 1er mai, ont débou­ché sur un vaste épisode de désin­for­ma­tion relayé par de nombreuses télé­vi­sions et radios. Un épisode qui témoigne de la préci­pi­ta­tion des jour­na­listes, y compris de certains jour­na­listes de terrain, de l’ab­sence totale de véri­fi­ca­tion et de recou­pe­ment des sources, de la reprise en boucle de la commu­ni­ca­tion gouver­ne­men­tale et de la hiérar­chie hospi­ta­lière, de la margi­na­li­sa­tion de témoi­gnages contra­dic­toires, et enfin, d’un mensonge déli­béré.

Au soir du 1er mai, BFM-TV est en boucle sur la Pitié-Salpê­trière en affir­mant sans recul ni nuance, bandeau après bandeau, que l’hô­pi­tal a été « pris pour cible » par des mani­fes­tants. Cette infor­ma­tion, qui s’avé­rera erro­née, s’ap­puie sur la parole surmé­dia­ti­sée des auto­ri­tés. À commen­cer par Chris­tophe Casta­ner et Agnès Buzyn. Dans la soirée, les deux ministres sont univoques sur Twit­ter :




… dans la suite de Martin Hirsch, le direc­teur géné­ral de l’AP-HP :



Le soir même, de nombreux témoi­gnages sous forme écrite ou en images remettent pour­tant en cause la version des auto­ri­tés, comme ceux relayés par le jour­na­liste David Dufresne et par la photo­graphe ValK.

Le lende­main, le service Check­news de Libé­ra­tion et les Déco­deurs du Monde publient deux articles qui achèvent de discré­di­ter un peu plus la version offi­cielle d’une « attaque » de l’hô­pi­tal par des mani­fes­tants. Ces derniers auraient, en réalité, cher­ché un refuge suite à des charges poli­cières et au gazage de la mani­fes­ta­tion.

Les témoi­gnages des mani­fes­tants dispo­nibles le jour même auraient dû invi­ter les jour­na­listes à la plus grande prudence. Mais les chaînes de télé­vi­sion et de radio n’ont pas attendu pour s’em­bal­ler, et appor­ter leur contri­bu­tions à un vaste épisode de désin­for­ma­tion.

Dans la soirée, BFM-TV est en boucle :





Sans tarder et sans le moindre recul, certains jour­na­listes n’hé­sitent pas à emboî­ter le pas de la commu­ni­ca­tion gouver­ne­men­tale sur Twit­ter. C’est le cas par exemple de Thierry Arnaud, édito­ria­liste de BFM-TV, et de Fabienne Sintès, du 18/20 de France Inter :




Le lende­main matin, dans sa revue de presse sur France Inter, Frédé­ric Pommier s’en donne à coeur joie :

Sur le Huffing­ton Post, retour sur l’un des inci­dents : ces dizaines de mani­fes­tants qui ont fait irrup­tion dans les locaux de la Pitié-Salpê­triè­re… Des indi­vi­dus « violents et menaçants », selon les mots de la direc­trice de l’hô­pi­tal… Là encore, on serait tenté d’em­ployer le mot « crétins ».

Et comment quali­fier une telle leçon de jour­na­lisme ? Sur Twit­ter et sur son site web, la radio publique s’illustre égale­ment en accom­pa­gnant l’ar­ticle repre­nant les termes de la direc­trice de l’hô­pi­tal d’une photo… prise devant le commis­sa­riat du 13e arron­dis­se­ment [1] :


Une gros­sière mani­pu­la­tion à laquelle France Info s’est égale­ment livrée, et qui a été poin­tée par Check­news. La chaîne d’info publique rece­vait d’ailleurs le matin même… Martin Hirsch, en titrant sans aucune distance : « L’hô­pi­tal de la Pitié-Salpê­trière pris pour cible ».



Dans la mati­nale d’Eu­rope 1, Audrey-Crespo Mara accueille quant à elle Agnès Buzyn. La jour­na­liste rappelle que « c’est dans cet hôpi­tal qu’un capi­taine de compa­gnie de CRS venait d’être admis en urgence rela­tive après avoir reçu un pavé dans le visage ». Si elle mentionne que les versions divergent et que « des mani­fes­tants disent qu’ils cher­chaient à se réfu­gier après une charge des forces de l’ordre », Audrey Crespo-Mara tient pour acquise la version d’une intru­sion violente et pratique le jour­na­lisme d’in­si­nua­tion : « Savez-vous ou pas si c’est lié à l’ad­mis­sion de ce capi­taine d’une compa­gnie de CRS ? »

CNews est à l’unis­son. Marie Auba­zac revient sur la garde à vue des mani­fes­tants en se posant une ques­tion grave : « pourquoi [ces personnes] sont entrées dans cet hôpi­tal ? »… et en y répon­dant sous forme de deux ques­tions subsi­diaires :

Est-ce qu’elles voulaient s’en prendre à un établis­se­ment public ? Ou est-ce que c’est parce qu’un CRS qui a été blessé à la tête lors de la mani­fes­ta­tion avait été pris en charge à ce moment-là ?

Bref : les mani­fes­tants sont-ils coupables, ou coupables ?

Sur RTL, c’est en grand jour­na­liste d’in­ves­ti­ga­tion qu’Yves Calvi inter­roge la direc­trice de l’hô­pi­tal, et mise sur la drama­ti­sa­tion. Flori­lège :

– Si les mani­fes­tants avaient réussi à rentrer dans ce service de réani­ma­tion dont ils ont tenté, vous venez de nous le confir­mer, de forcer la porte, qu’au­rait-il pu se passer ?

– Vous avez eu peur ? Je vous pose la ques­tion simple­ment.

– Il fallait aussi qu’ils décident de monter au 1er étage, pour aller à l’en­trée du service de réani­ma­tion. Ce que je veux dire c’est que c’est un trajet qui n’est pas neutre.

– Ils ne sont donc pas venus pour se cacher ou se proté­ger, ils sont venus pour attaquer votre hôpi­tal, c’est comme ça que vous perce­vez ce qui s’est passé ?

– Il y a une diffé­rence entre une intru­sion qu’on devrait de toute façon ne jamais faire dans un hôpi­tal et ce qui finit par ressem­bler à une attaque. En l’oc­cur­rence, on a des gens qui sont montés au premier étage et qui ont tenté de forcer le service de réani­ma­tion. Comme les mots ont un sens et qu’en ce moment tout est sensible, c’est pour ça que j’in­siste.

Plus tard sur RTL, Chris­telle Rebière s’in­ter­roge aux actua­li­tés de 12 h 30 : « que s’est-il vrai­ment passé à l’hô­pi­tal de la Pitié-Salpê­trière ? » Pour le savoir, la jour­na­liste inter­viewe Chris­tophe Prud­homme, méde­cin urgen­tiste et délé­gué CGT. Une inter­view qui va rapi­de­ment virer… à l’in­ter­ro­ga­toire. Lorsque le méde­cin commence à affir­mer que les mani­fes­tants n’ont fait que se réfu­gier dans le péri­mètre de l’hô­pi­tal, la jour­na­liste le coupe, exas­pé­rée : « Non mais fran­che­ment, c’est devenu un refuge un hôpi­tal aujourd’­hui ? » Et lorsqu’il évoque la « surmé­dia­ti­sa­tion » de cette affaire, c’est la goutte d’eau qui fait débor­der le vase : « Enfin atten­dez, excu­sez-moi mais on a quand même jamais vu ça, vous pouvez pas nous dire que c’est juste une affaire comme ça, alors qu’A­gnès Buzyn nous explique qu’en plus les grilles de l’hô­pi­tal ont été forcées… » Le méde­cin tente de pour­suivre mais est aussi­tôt coupé par la jour­na­liste : « en plus après on retrouve une dizaine de personnes aux portes du service de réani­ma­tion, c’est quand même extrê­me­ment grave d’ar­ri­ver jusque-là dans l’hô­pi­tal, non ? » La jour­na­liste, visi­ble­ment excé­dée par l’ab­sence de condam­na­tion de cette inex­cu­sable « intru­sion », coupera court à la pour­suite de l’en­tre­tien.

Quelques heures plus tôt, dans « L’Heure des pros » (CNews), Pascal Praud et Jérôme Béglé (direc­teur adjoint de la rédac­tion du Point) en étaient quant à eux déjà à regret­ter… le laxisme pénal à venir !

Jérôme Béglé : Je suis pessi­miste parce que je suis assez convaincu que ces 30 personnes ne vont pas faire de prison ferme, parce que on va dire… d’abord les 30 vont pas être condam­nées aux mêmes peines, ça va mettre des semaines pour pas dire des mois pour qu’elles soient condam­nées, puis il y aura des appels, puis on sait très bien, parce que vous pouvez pas…

Pascal Praud : Non mais vous pouvez déjà les mettre à l’ombre très tranquille­ment ces 30 personnes qui rentrent dans un hôpi­tal…

Un débat qui avait commencé dans l’ivresse des profon­deurs, dans lesquelles l’édi­to­ria­liste Jean-Claude Dassier plon­geait la tête la première :

J’es­père, j’es­père pour eux qu’ils étaient alcoo­li­sés. Parce que contrai­re­ment à ce qu’on raconte, ou on fait semblant d’ou­blier, il y a aussi beau­coup d’al­cool (…) J’es­père pour eux parce que sinon je sais pas comment expliquer une intru­sion dans un hôpi­tal. Ça inter­roge, ça pose beau­coup de ques­tions, on va y reve­nir, mais là pour moi c’est stupé­fac­tion, c’est… j’es­père pour eux qu’ils avaient forcé sur la bière !

Une fois n’est pas coutume, remet­tons nous-en à la luci­dité de Pascal Praud, pour qui « la Salpê­trière (…) sera un marqueur. C’est-à-dire que quand on fera la séquence, il y aura eu l’Arc de triomphe, il y aura eu le Fouquet’s et il y aura eu aujourd’­hui la Salpê­trière. Ce sont des marqueurs, et j’ai l’im­pres­sion qu’à chaque fois, on monte d’un cran d’une certaine manière. » Des marqueurs, en effet. Mais d’un trai­te­ment média­tique de plus en plus ahuris­sant.
***


Ce nouvel épisode de fièvre média­tique montre une fois de plus l’adhé­sion presque immé­diate de certains jour­na­listes et médias à la commu­ni­ca­tion gouver­ne­men­tale. Les cortèges tout juste disper­sés, le tapis rouge média­tique s’est déroulé pour Agnès Buzyn, Martin Hirsch et la direc­trice de la Pitié-Salpê­trière alors même que leurs versions d’une « attaque » de l’hô­pi­tal étaient déjà large­ment remises en cause. Cet épisode montre aussi l’ou­trance des plus zélés relais média­tiques du gouver­ne­ment et de la préfec­ture. Leur mépris vis-à-vis d’autres paroles, notam­ment de celle des mani­fes­tants comme des person­nels de l’hô­pi­tal. Et en défi­ni­tive, le piéti­ne­ment de la déon­to­lo­gie jour­na­lis­tique la plus élémen­taire.


Frédé­ric Lemaire, Maxime Friot et Pauline Perre­not

Acri­med est une asso­cia­tion qui tient à son indé­pen­dance. Nous ne recou­rons ni à la publi­cité ni aux subven­tions. Vous pouvez nous soute­nir en faisant un don ou en adhé­rant à l’as­so­cia­tion.

[1] Comme le signale ce tweet de @Spicy_Word.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.