Aller au contenu

Annu­ler les dettes publiques déte­nues par la BCE

Tribune de 100 écono­mistes euro­péens sur l’an­nu­la­tion des dettes publiques déte­nue par la BCE.

Annu­ler les dettes publiques déte­nues par la BCE pour reprendre en main notre destin

Le débat sur l’an­nu­la­tion des dettes déte­nues par la BCE connaît un fort reten­tis­se­ment en France, mais aussi en Italie, au Luxem­bourg, en Belgique, dans les couloirs des insti­tu­tions euro­péennes, auprès des repré­sen­tants de la BCE elle-même et des diffé­rents minis­tères des finances de la zone euro.

Ce débat est sain et utile. Pour la première fois depuis bien long­temps, les enjeux moné­taires font l’objet d’une discus­sion publique. La monnaie cesse pour un instant d’être cet objet sous­trait à la déli­bé­ra­tion collec­tive et confiée à une banque centrale indé­pen­dante des pouvoirs poli­tiques mais dépen­dante des marchés finan­ciers. Les citoyens découvrent, pour certains avec effa­re­ment, que près de 25 % de la dette publique euro­péenne est aujourd’­hui déte­nue par leur banque centrale. Nous nous devons à nous-même 25 % de notre dette et si nous rembour­sons cette somme, nous devrons la trou­ver ailleurs, soit en réem­prun­tant pour faire rouler la dette au lieu d’em­prun­ter pour inves­tir, soit en augmen­tant les impôts, soit en bais­sant les dépenses.

Il y aurait pour­tant une autre solu­tion. En tant qu’é­co­no­mistes, respon­sables et citoyens enga­gés de diffé­rents pays, il est de notre devoir d’aler­ter sur le fait que la BCE pour­rait aujourd’­hui offrir aux États euro­péens les moyens de leur recons­truc­tion écolo­gique, mais aussi de répa­rer la casse sociale, écono­mique et cultu­relle, après la terrible crise sani­taire que nous traver­sons.

L’Eu­rope ne traverse-t-elle pas aujourd’­hui une crise d’une ampleur excep­tion­nelle qui appel­le­rait des mesures tout aussi excep­tion­nelles ?

Non pas que les États n’aient pas agi car des mesures de protec­tion ont bien été adop­tées. Mais elles demeurent très insuf­fi­santes. Le plan de relance euro­péen, fondé sur une enve­loppe de 300 milliards d’eu­ros à peine de subven­tions sur trois ans, est bien loin des 2 000 milliards d’eu­ros deman­dés par le Parle­ment euro­péen. Faut-il rappe­ler qu’a­vant la crise sani­taire, la Cour des comptes euro­péenne, en 2018, indiquait déjà un besoin mini­mal de 300 à 400 milliards d’eu­ros d’in­ves­tis­se­ments supplé­men­taires par an pour finan­cer la tran­si­tion écolo­gique en Europe ? Nous sommes loin du compte, encore plus avec la crise sani­taire.

Nous ne prenons pas l’an­nu­la­tion de dettes publiques, fussent-elles déte­nues par la BCE, comme un événe­ment anodin. Nous savons que les annu­la­tions de dette consti­tuent des moments fonda­teurs. Ce fut le cas à la Confé­rence de Londres, en 1953, quand l’Al­le­magne béné­fi­cia d’un effa­ce­ment des deux tiers de sa dette publique, lui permet­tant de retrou­ver le chemin de la pros­pé­rité et d’an­crer son avenir dans l’es­pace euro­péen. Mais l’Eu­rope ne traverse-t-elle pas aujourd’­hui une crise d’une ampleur excep­tion­nelle qui appel­le­rait des mesures tout aussi excep­tion­nelles ?

Par ailleurs, nous avons la chance d’avoir un créan­cier qui ne craint pas de perdre son argent : la BCE. Notre propo­si­tion est donc simple : passons un contrat entre les États euro­péens et la BCE. Cette dernière s’en­gage à effa­cer les dettes publiques qu’elle détient (ou à les trans­for­mer en dettes perpé­tuelles sans inté­rêt), tandis que les États s’en­gagent à inves­tir les mêmes montants dans la recons­truc­tion écolo­gique et sociale. Ces montants s’élèvent aujourd’­hui, pour l’en­semble de l’Eu­rope, à près de 2 500 milliards d’eu­ros. De quoi répondre enfin aux attentes du parle­ment euro­péen et surtout à la sauve­garde de l’in­té­rêt géné­ral.

Une nouvelle gouver­nance euro­péenne, notam­ment par le passage à la majo­rité quali­fiée en matière fiscale, doit aussi être mise en œuvre

La BCE peut se le permettre sans aucun doute. Comme le recon­naît un très grand nombre d’éco­no­mistes, même parmi ceux qui s’op­posent à cette solu­tion, une banque centrale peut fonc­tion­ner avec des fonds propres néga­tifs sans diffi­culté. Elle peut même créer de la monnaie pour compen­ser ces pertes : c’est prévu par le proto­cole n°4 annexé au traité sur le fonc­tion­ne­ment de l’Union euro­péenne. Ensuite, juri­dique­ment, contrai­re­ment à ce qu’af­firment certains respon­sables d’ins­ti­tu­tions, notam­ment de la BCE, l’an­nu­la­tion n’est pas expli­ci­te­ment inter­dite par les trai­tés euro­péens. D’une part, toutes les insti­tu­tions finan­cières au monde peuvent procé­der à un aban­don de créances et la BCE ne fait pas excep­tion. D’autre part, le mot «  annu­la­tion  » ne figure ni dans le traité ni dans le proto­cole sur le système euro­péen de banques centrales (SEBC). Peut-être serait-ce «  contraire à l’es­prit du traité  », mais n’était-ce pas le cas égale­ment du Quan­ti­ta­tive easing voulu par Mario Draghi ? En cette matière, seule la volonté poli­tique compte : l’his­toire nous a maintes fois montré que les diffi­cul­tés juri­diques s’ef­facent devant les accords poli­tiques.

Dissi­pons enfin un malen­tendu : il est évident que l’an­nu­la­tion des dettes publiques déte­nues par la BCE, même condi­tion­née à des réin­ves­tis­se­ments, ne saurait consti­tuer l’al­pha et l’oméga de toute poli­tique écono­mique. D’abord, la BCE n’in­ter­vien­drait que pour libé­rer des marges de manœuvre budgé­taires aux États et n’in­ves­ti­rait évidem­ment pas elle-même. Certains pensent que les taux d’in­té­rêts faibles ou néga­tifs à travers l’Eu­rope, sont suffi­sants pour pous­ser les États à s’en­det­ter pour inves­tir. Ce n’est pas ce que montre la réduc­tion constante du niveau de dette publique moyenne dans l’Union euro­péenne entre 2015, date d’ap­pa­ri­tion des taux néga­tifs, et le début de la crise sani­taire. Beau­coup d’États ont réduit leur niveau d’en­det­te­ment au lieu d’em­prun­ter pour inves­tir, malgré les taux néga­tifs. Pourquoi cela chan­ge­rait-il ? Le pacte conclu entre les États et la BCE empê­chera cette stra­té­gie de fuite devant les respon­sa­bi­li­tés. Mais il ne faudra bien sûr pas s’en conten­ter : d’autres mesures doivent être prises en matière de réforme des critères de dette et de défi­cit, de protec­tion­nisme écolo­gique et soli­daire, de réformes fiscales visant à réduire le niveau des inéga­li­tés et à chan­ger les compor­te­ments, d’im­pul­sion donnée aux banques d’in­ves­tis­se­ment et de réforme des règles rela­tives aux aides d’État. Une nouvelle gouver­nance euro­péenne, notam­ment par le passage à la majo­rité quali­fiée en matière fiscale, doit aussi être mise en œuvre.

L’Eu­rope ne peut plus se permettre d’être systé­ma­tique­ment bloquée par ses propres règles. D’autres États dans le monde utilisent au maxi­mum leur poli­tique moné­taire, en appui de la poli­tique budgé­taire, comme la Chine, le Japon ou les États-Unis. La Banque du Japon va même jusqu’à utili­ser son pouvoir de créa­tion moné­taire pour ache­ter des actions direc­te­ment sur le marché via des fonds indi­ciels cotés (ETF), étant ainsi deve­nue le plus grand inves­tis­seur du pays. Nous devons nous aussi réflé­chir à nous servir du pouvoir de créa­tion moné­taire de la BCE pour finan­cer la recons­truc­tion écolo­gique et sociale, sous contrôle démo­cra­tique. L’an­nu­la­tion des dettes publiques qu’elle détient, en échange d’in­ves­tis­se­ments par les États, consti­tue­rait un premier signal fort de la reconquête par l’Eu­rope de son destin.

Initia­teurs

  • Nico­las Dufrêne, haut fonc­tion­naire et direc­teur de l’Ins­ti­tut Rous­seau ;
  • Laurence Scia­lom, profes­seure à l’uni­ver­sité Paris-Nanterre, Econo­miX ;
  • Jéza­bel Coup­pey-Soubey­ran, maîtresse de confé­rences à l’uni­ver­sité Paris-I-Panthéon-Sorbonne ;
  • Baptiste Bridon­neau, docto­rant à l’uni­ver­sité Paris-Nanterre, Econo­miX ;
  • Gaël Giraud, direc­teur de recherche au CNRS, président d’hon­neur de l’Ins­ti­tut Rous­seau ;
  • Aurore Lalucq, écono­miste, cofon­da­trice de l’Ins­ti­tut Veblen ;

Liste des signa­taires

France

  • Adeline Baldac­chino, essayiste et haute fonc­tion­naire ;
  • Yves Besançon, écono­miste, profes­seur de sciences écono­miques et sociales, ancien atta­ché de l’Ins­ti­tut natio­nal de la statis­tique et des études écono­miques (Insee).
  • Jérôme Blanc, profes­seur à sciences Po Lyon ;
  • Nico­las Bouleau, profes­seur émérite à l’Ecole des Ponts ParisTech, spécia­liste des marchés finan­ciers ;
  • Matthieu Caron, maître de confé­rences, univer­sité poly­tech­nique des Hauts-de-France ;
  • Michel Crinetz, commis­saire-contrô­leur géné­ral des assu­rances hono­raire ;
  • Ludo­vic Desmedt, profes­seur à l’uni­ver­sité de Bour­gogne ;
  • Gilles Dufré­not, profes­seur à l’uni­ver­sité Aix-Marseille, cher­cheur asso­cié au CEPII ;
  • Denis Dupré, ensei­gnant-cher­cheur à l’uni­ver­sité Grenoble-Alpes ;
  • Guillaume Duval, ancien jour­na­liste écono­mique ;
  • Etienne Espagne, écono­miste ;
  • Marie Fare, maîtresse de confé­rences à l’uni­ver­sité Lumière Lyon 2 ;
  • Jean Gadrey, écono­miste, ancien profes­seur à l’uni­ver­sité Lille-I ;
  • Isabelle Guérin, Insti­tut de Recherche pour le Déve­lop­pe­ment ;
  • David Guil­baud, haut fonc­tion­naire ;
  • Jean-Marie Harri­bey, maître de confé­rences à l’uni­ver­sité Bordeaux-IV, Co Président d’At­tac ;
  • Luc Jacob, rela­tions publiques monnaies et théo­ries nouvelles ;
  • Esther Jeffers, profes­seure à l’uni­ver­sité de Picar­die ;
  • Pierre Khalfa, Fonda­tion Coper­nic ;
  • Valé­rie Lafargue, char­gée de rela­tion publiques pour Monnaie Dettes ;
  • Thomas Lagoarde-Segot, écono­miste, KEDGE BS &, SDSN France ;
  • Anice Lajnef, Ancien finan­cier, entre­pre­neur ;
  • Gaétan Le Quang, maître de confé­rence à l’uni­ver­sité de Lyon 2 ;
  • Caro­line Lequesne Roth, maîtresse de confé­rences à l’uni­ver­sité Nice Sophia Anti­po­lis ;
  • Domi­nique Méda, profes­seur à l’uni­ver­sité Paris-Dauphine-PSL, direc­trice de l’Ins­ti­tut de recherches inter­dis­ci­pli­naires en sciences sociales ;
  • Jacques Millery, profes­seur à l’EM Norman­die ;
  • François Morin, profes­seur émérite à l’uni­ver­sité de Toulouse, ancien membre du conseil géné­ral de la BDF ;
  • Olivier Passet, direc­teur des synthèses au groupe Xerfi ;
  • Thomas Piketty, direc­teur d’étude à l’EHESS, profes­seur à l’école d’éco­no­mie de Paris ;
  • Domi­nique Plihon, profes­seur à l’uni­ver­sité Sorbonne Paris Nord, membre des Econo­mistes atter­rés ;
  • Jean-François Ponsot, profes­seur à l’uni­ver­sité Grenoble Alpes ;
  • Marc Pour­roy, maître de confé­rences à l’uni­ver­sité de Poitiers ;
  • Chris­tophe Revelli, profes­seur à Kedge Busi­ness School ;
  • Cathe­rine Samary, ensei­gnante à l’uni­ver­sité Paris X, membre du comité scien­ti­fique d’At­tac ;
  • Patrick Saurin, syndi­ca­liste Sud Soli­daires BPCE ;
  • Claude Simon, profes­seur émérite de l’ESCP ;
  • Yamina Tadjed­dine, profes­seure à l’uni­ver­sité de Lorraine BETA ;
  • Bruno Théret, direc­teur de recherche à l’Ins­ti­tut de recherche inter­dis­ci­pli­naire en socio-écono­mie (IRIS, univer­sité Paris-IX-Dauphine) ;
  • Ariane Tichit, maîtresse de confé­rences à l’Uni­ver­sité d’Au­vergne ;
  • André Tiran, profes­seur à l’uni­ver­sité Lyon 2 ;
  • Jérôme Troti­gnon, maître de confé­rences à l’uni­ver­sité Lyon 3 ;
  • Chris­tian Wande­brouck, écono­miste et cher­cheur à l’Ins­ti­tut Rous­seau ;
  • Jean-Claude Werre­brouck, profes­seur hono­raire à l’uni­ver­sité de Lille 2 ;

Italie

  • Nicola Acocella, profes­seur émerite à l’uni­ver­sité Roma La Sapienza ;
  • Pier­gior­gio Ardeni, profes­seur à l’uni­ver­sité de Bolo­gna ;
  • Leonardo Becchetti, profes­seur à l’uni­ver­sité Rome Tor Vergata ;
  • Fabio Berton, profes­seur à l’ univer­sité de Turin ;
  • Maria Luisa Bianco, profes­seur à l’uni­ver­sité degli Studi del Piemonte Orien­tale ;
  • Ines Ciolli, profes­seur asso­cié à l’uni­ver­sité Sapienza de Rome ;
  • Bruno Contini, profes­seur émérite à l’uni­ver­sité de Turin ;
  • Teren­zio Cozzi, profes­seur émérite à l’uni­ver­sité de Turin ;
  • Clau­dio de Fiores,Univer­sità degli studi della Campa­nia Luigi Vanvi­telli ;
  • Mauro Galle­gati, profes­sur à l’uni­ver­sité poli­tec­nica delle Marche ;
  • Enrico Graz­zini, écono­miste et auteur ;
  • Anna Rita Germani, écono­miste, profes­seur à l’uni­ver­sité Roma La Sapienza ;
  • Ugo Marani, profes­seur à l’uni­ver­sité de Naples Fede­rico II ;
  • Edmondo Mostacci, profes­seur à l’uni­ver­sité de Gênes ;
  • Guido Ortona, profes­seur hono­raire à l’uni­ver­sité del Piemonte Orien­tale ;
  • Riccardo Real­fonzo, profes­seur à l’uni­ver­sité del Sannio ;
  • Fiam­metta Salmoni,profes­seur à l’uni­ver­sité degli Studi Guglielmo Marconi à Roma ;
  • Ales­san­dro Somma, profes­seur à l’uni­ver­sité Roma La Sapienza ;
  • Mario Tiberi, écono­miste et profes­seur à l’uni­ver­sité Roma La Sapienza ;
  • Anto­nella Tropeano, profes­seur à l’uni­ver­sité de Mace­rata ;
  • Giovanni Vaggi, profes­seur à l’uni­ver­sité de Pavia ;

Alle­magne

  • Thomas Dürmeier, écono­miste, co-fonda­teur du réseau d’éco­no­mistes Netz­werk plurale Ökono­mie ;
  • Joseph Huber, écono­miste, chair of econo­mic and envi­ron­men­tal socio­logy à l’uni­ver­sité Martin Luther, Halle-Witten­berg ;
  • Roland Kulke, écono­miste, conseiller pour la fonda­tion Rosa Luxem­bourg ;
  • Oliver Schlaudt, ensei­gnant-cher­cheur au dépar­te­ment de philo­so­phie, univer­sité de Heidel­berg ;
  • Michael Tell­mann, ancien membre du CA d’une banque publique de déve­lop­pe­ment alle­mande ;
  • Axel Troost, écono­miste, conseiller pour l’Ins­ti­tut d’ana­lyse sociale de la Fonda­tion Rosa Luxem­burg ;
  • Peter Wahl, membre du Conseil Scien­ti­fique d’At­tac Alle­magne ;

Irlande

  • Ciaran MacanB­haird, profes­seur à la Dublin City Univer­sity ;
  • Brian Lucey, profes­seur à Trinity College, Dublin ;
  • Samuel Vigne, profes­seur à Trinity College, Dublin ;
  • Ray Walsh, direc­tor de l’Eu­ro­pean Obser­va­tory on ICT Stan­dards (EUOS), profes­seur à la Dublin City Univer­sity ;

Belgique

  • Olivier Bonfond, écono­miste au CEPAG, co-président du CADTM Belgique ;
  • Philippe Defeyt, écono­miste, président de l’Ins­ti­tut du Déve­lop­pe­ment Durable (IDD) ;
  • François Denuit, docteur en sciences poli­tiques et sociales, colla­bo­ra­teur scien­ti­fique à l’Uni­ver­sité Libre de Bruxelles ;
  • Xavier Dupret, écono­miste, Fonda­tion Joseph Jacque­motte ;
  • Patrick Dupriez, président d’Eto­pia, centre de recherche en écolo­gie poli­tique ;
  • Kim Frede­ricq-Evan­ge­lista, écono­miste ;
  • Paul Magnette, profes­seur de sciences poli­tiques, ancien ministre de l’éner­gie et du climat ;
  • André Peters, socio­logue de la monnaie et spécia­liste des finances publiques ;
  • Olivier De Schut­ter, rappor­teur spécial à l’ONU, profes­sor at the Insti­tute for inter­dis­ci­pli­nary research in legal sciences, univer­sity of Louvain (UCLou­vain) ;
  • Jean-François Tamel­lini, secré­taire géné­ral de la FGTB wallonne ;
  • Eric Tous­saint, docteur des univer­si­tés de Liège et de Paris VIII, porte-parole du Comité pour l’Abo­li­tion des dettes illé­gi­times (CADTM) ;

Espagne

  • Daniel Albar­racín Sánchez, écono­miste, conseiller de la chambre des comptes d’An­da­lu­sia ;
  • Nacho Álva­rez, Econo­mist, secre­tary of State for Social Rights in spanish govern­ment ;
  • Agustín José Menén­dez, Univer­si­dad Complu­tense, Madrid ;
  • Manuel Garí Ramos, écono­miste, UPM Madrid ;

Luxem­bourg

  • Serge Alle­grezza, écono­miste, haut fonc­tion­naire ;
  • Muriel Bouchet, écono­miste ;
  • Vincent Hein, écono­miste ;
  • Stépha­nie Ravat, CGFP et CHFEP ;
  • Michel-Edouard Ruben, écono­miste ;

Suisse

  • Chris­tian Arns­per­ger, profes­seur à l’uni­ver­sité de Lausanne ;
  • Solène Morvant-Roux, profes­seure assis­tante à l’Uni­ver­sité de Genève et membre du conseil scien­ti­fique de la fonda­tion Zoein ;
  • Sergio Rossi, profes­seur à l’uni­ver­sité de Fribourg ;
  • Pierre de Saint Phalle, profes­seur à l’uni­ver­sité de Lausanne ;
  • Jean Michel Servet, profes­seur à l’Ins­ti­tut des hautes études inter­na­tio­nales et du déve­lop­pe­ment ;

Suède

  • Rachelle Belinga, cher­cheuse pour le Mistra Center for Sustai­nable Markets à la Stock­holm School of Econo­mics ;

Portu­gal

  • Fran­cisco Louça, écono­miste à l’uni­ver­sité tech­nique de Lisbonne ;

Grèce

  • Costas Lapa­vit­sas, écono­miste à la SOAS à Londres ;
  • Nico­laos Theo­dos­siou, profes­seur à l’uni­ver­sité Aris­totle of Thes­sa­lo­niki, Chair of SDSN Black Sea ;

Angle­terre

  • Steve Keen, profes­seur à l’uni­ver­sité de King­ston à Londres ;

Hongrie

  • Andor Laszlo, ancien commis­saire euro­péen, écono­miste 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.