Aller au contenu

Assem­blée citoyenne à Lussac-les-Châteaux

Commu­niqué de presse

« Cons­truire le large rassem­ble­ment de toutes celles et ceux qui partagent l’am­bi­tion de faire élire en 2017 un président et des député-es de gauche, décidé-es à affron­ter le pouvoir de l’argent pour mettre en œuvre une poli­tique de progrès social et écolo­gique qui réponde enfin aux exigences popu­laires. Tel est l’objec­tif que s’est donné l’as­sem­blée citoyenne de la 3ème circons­crip­tion de la Vienne qui s’est tenue vendredi 24 février à Lussac-les-Châteaux.

70 citoyens ont répondu à l’in­vi­ta­tion du PCF, d’En­semble! et Front de Gauche du Sud-Vienne. Un débat riche autour des propo­si­tions program­ma­tiques, notam­ment pour le déve­lop­pe­ment des services publics dans cette circons­crip­tion majo­ri­tai­re­ment rurale, a aussi montré l’exi­gence de lancer dès main­te­nant une campagne de proxi­mité.

L’as­sem­blée a appelé au rassem­ble­ment de toutes les forces pour une véri­table poli­tique de gauche, écolo­giste, progres­siste et soli­daire dans un cadre commun, avec des candi­da­tures communes.

Pour cela, deux candi­da­tures qui incarnent le mouve­ment social et citoyen sont mises en avant, celles de Valé­rie Lafoy (tech­ni­cienne d’in­ter­ven­tion sociale et fami­liale – syndi­ca­liste) et Samuel Bougrier (Profes­seur des écoles – mili­tant commu­niste). »

Commu­niqué de presse du PCF, d’En­semble! et Front de Gauche du Sud-Vienne

Discours de présen­ta­tion de la candi­date 3ème circons­crip­tion

Chers cama­rades bonjour,

Je viens vers vous pour me présen­ter et dire pourquoi j’ai accepté ce défit des élec­tions légis­la­tives.

Je suis Valé­rie LAFOY, j’ai 48 ans, je suis mariée et mère de trois enfants, j’ha­bite à Lussac-les-châteaux.

Ma vie profes­sion­nelle a été jalon­née de nombreux chan­ge­ments. En effet j’ai exercé diffé­rents métiers et connu plusieurs périodes de chômage et de forma­tion. J’ai été serveuse en restau­rant dans plusieurs restau­rants, aide berger sur deux exploi­ta­tions, profes­seur de gym volon­taire à Lussac-les-châteaux et dans des communes voisines, respon­sable de rayon et cais­sière à l’in­ter­mar­ché de Lussac les châteaux, aide tech­nique en chan­tier d’in­ser­tion à Lussac.

Enfin depuis 2010 je travaille pour l’ADMR prin­ci­pa­le­ment sur le canton de Mont­mo­rillon comme tech­ni­cienne d’in­ter­ven­tion sociale et fami­liale (TISF). J’in­ter­viens à domi­cile dans des familles où il y a des enfants de la nais­sance à la majo­rité, soit dans un cadre admi­nis­tra­tif soit dans un cadre judi­ciaire. Une de mes plus grosses missions est l’aide à la paren­ta­lité.

J’ai fina­le­ment trouvé le travail qui me corres­pond le mieux. J’aime cette proxi­mité des personnes et l’ap­port de mon soutien. Durant les deux premières années je me suis impliquée sans relâche dans ma nouvelle profes­sion.

Début 2012 une réor­ga­ni­sa­tion concer­nant ma profes­sion dans l’ADMR et la mise en place d’une nouvelle conven­tion collec­tive de branche ont dégradé mes condi­tions de travail et celles de mes collègues inter­ve­nantes auprès des personnes âgées. Cette conven­tion nous a été impo­sée par le minis­tère de l’ac­tion sociale esti­mant que les négo­cia­tions avaient trop duré. Seule­ment deux syndi­cats, non majo­ri­taires, sur six, l’ont signé.

Je décide donc de m’im­pliquer syndi­ca­le­ment pour défendre l’en­semble des sala­rié-es de l’aide à domi­cile. À l’ADMR, dans la vienne, le syndi­cat à lequel j’ap­par­tiens n’existe pas et avec une collègue nous sommes soute­nues par les Union locale et l’Union dépar­te­men­tale pour créer une section aide à domi­cile ratta­chée au syndi­cat des orga­nismes sociaux 86.

Nous rejoi­gnons deux autres syndi­cats pour créer une inter­syn­di­cale et ensemble avec les sala­rié-es de l’ADMR nous conser­vons quelques avan­tages que la conven­tion nous prenait.

Sans ce rassem­ble­ment rien n’au­rait été possible.

Depuis cinq ans dans ma vie syndi­cale et profes­sion­nelle je ne peux que voir l’im­pacte de plus en plus frap­pant des choix poli­tiques de nos gouver­ne­ments et donc de la poli­tique néoli­bé­rale.

Syndi­ca­le­ment je rencontre, grâce aux forma­tions, de nombreux sala­rié-es dans tous les domaines aussi bien du service public comme du privé, et les condi­tions de travail se dégradent pour tous.

Dans mon travail, situé en milieu rural, les familles sont éloi­gnées des services pour­tant indis­pen­sables dans leur situa­tion, les démarches admi­nis­tra­tives se compliquent avec la déma­té­ria­li­sa­tion, les aides finan­cières n’existent presque plus et beau­coup ne peuvent plus se chauf­fer et manger à leur faim.

Ce sont bien les lois mises en place par cette poli­tique néoli­bé­rale depuis de nombreuses années qui provoquent autant d’iné­ga­li­tés et appau­vrissent ou préca­risent une grosse partie de la popu­la­tion dont je fais partie.

Quand le PCF, Ensemble et le Front de Gauche m’ont proposé de présen­ter ma candi­da­ture aux élec­tions légis­la­tives ils m’ont bien dit que nous serions une équipe et que les déci­sions seraient prises collec­ti­ve­ment.

De plus la synthèse des diffé­rentes contri­bu­tions du Front de Gauche sud vienne répond à mes attentes concer­nant les choix poli­tiques que je défends comme syndi­ca­liste et citoyenne.

J’ai donc accepté cette propo­si­tion en rappe­lant que mon souhait serait d’être la candi­date des diffé­rents mouve­ments et partis qui proposent un réel chan­ge­ment poli­tique, basé sur « l’hu­main d’abord » et non sur le profit.

J’ai toujours combattu le Front Natio­nal qui véhi­cule des propo­si­tions popu­listes et destruc­trices pour l’en­semble du monde ainsi que la droite.

J’ai égale­ment indiqué que je n’avais plus aucune confiance envers le parti socia­liste, ses élites gouver­ne­men­tales et dépu­tés qui ont mené pendant cinq ans une poli­tique de droite.

Je crois fonda­men­ta­le­ment que d’autres choix poli­tiques sont possibles. Et c’est seule­ment ensemble et rassem­blé-es autour d’un projet commun que nous pour­rons nous faire entendre et provoquer des chan­ge­ments.

J’ap­pré­cie les dix propo­si­tions du PCF, Ensemble et Front de Gauche Sud Vienne qui sont des bases de discus­sion. Je me tiens donc à votre dispo­si­tion pour propo­ser ma candi­da­ture à un grand rassem­ble­ment de gauche pour la 3ème circons­crip­tion.

 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.