Aller au contenu

Brexit : « Quit­tons cette Europe dont les tares ont atteint des dimen­sions effrayantes »

Un article de Moha­med

[source : http://www.belaali.com/2016/06/brexit-quit­tons-cette-europe-dont-les-tares-ont-atteint-des-dimen­sions-effrayantes.html]

 

Quel plai­sir de voir les chiens de garde du capi­tal (médias, Banque centrale euro­péenne, FMI, Banque mondiale, Commis­sion euro­péenne etc. etc.) aboyer et se lamen­ter à longueur de jour et de nuit depuis ce fameux vendredi 24 juin 2016. Le peuple anglais vient de leur infli­ger une sacrée raclée. Ils sont furieux et incon­so­lables. Quel pitoyable spec­tacle donnent-ils lorsque leurs inté­rêts de classe sont mena­cés. Autour d’eux, tout n’est qu’a­gi­ta­tion et affo­le­ment. Le choix de ces vilains britan­niques « est un véri­table big bang contraire à l’avis de presque tous les experts, à la raison écono­mique et au souhait des autres Euro­péens. L’in­croyable s’est produit. Les Britan­niques veulent quit­ter l’Union euro­péenne (UE) » (1). La valeur de la livre ster­ling chute, le Royaume-Uni perd son triple A, les marchés finan­ciers sont déso­rien­tés, les bourses dégrin­golent, les actions des banques et des compa­gnies d’as­su­rance s’ef­fondrent. La panique s’est empa­rée de la City. Les traders ne dorment plus. « Le quar­tier d’af­faires londo­nien est groggy, choqué, anéanti, après les résul­tats du vote qui scellent la sortie du Royaume-Uni de l’Union euro­péenne » (2). La Banque d’An­gle­terre va injec­ter des milliards de livres pour conso­ler les marchés finan­ciers. La Banque centrale suisse va elle aussi inter­ve­nir sur les marchés de change pour stabi­li­ser le franc suisse. L’As­so­cia­tion bancaire inter­na­tio­nale demande aux respon­sables poli­tiques de clari­fier la situa­tion.

Les jour­na­listes, les experts, les poli­to­logues et les socio­logues déferlent sur les plateaux de télé­vi­sion expri­mant sans rete­nue leur haine et leur mépris pour la volonté du peuple anglais. Pour tout ce beau monde, l’ave­nir du Royaume-Unis est sombre. « Tout cela va avoir de sales consé­quences » (3), « les agri­cul­teurs britan­niques devront dire adieu à une enve­loppe de 4 milliards d’eu­ros d’aide » (4); bref en dehors de l’Union euro­péenne point de salut !

Les hommes poli­tiques regrettent une déci­sion doulou­reuse car « les Britan­niques par réfé­ren­dum ont décidé de quit­ter l’Union euro­péenne. C’est un choix doulou­reux et je le regrette profon­dé­ment » décla­rait François Hollande (5). Jean-Claude Junker président de la Commis­sion euro­péenne, Martin Schulz président du parle­ment euro­péen, Donald Tusk président du Conseil euro­péen, eux aussi, regrettent cette déci­sion doulou­reuse (6). Ils savent qu’il leur sera diffi­cile, pour l’ins­tant, de faire voter à nouveau les anglais comme ils l’ont fait dans le passé avec les autres peuples. Mais ils peuvent très bien bloquer le proces­sus de sortie.Tant que les méca­nismes de l’ar­ticle 50 du traité de Lisbonne ne sont pas enclen­chés, le Royaume-Uni reste membre de l’Union. Préci­sons que ce fameux article 50 est rédigé de manière telle que toute sortie volon­taire d’un État membre devient diffi­cile. Ainsi tout est fait pour que la volonté des peuples qui dési­rent quit­ter l’Union euro­péenne soit contour­née ou igno­rée. Toute l’his­toire de l’Union n’est que mépris et trahi­son des volon­tés des peuples. « Les Irlan­dais devront revo­ter » décla­rait avec force Nico­las Sarkozy le 15 juillet 2008 après le rejet par le peuple irlan­dais du Traité de Lisbonne qui repre­nait l’es­sen­tiel d’un autre traité rejeté lui aussi par les français et les néer­lan­dais en 2005. On consulte les peuples non pas pour qu’ils expriment leur propre volonté mais celle des gouver­ne­ments. La démo­cra­tie bour­geoise n’est qu’un concept creux sans contenu réel. Les gouver­ne­ments sont là pour servir les inté­rêts de la classe qu’ils repré­sentent. Les classes domi­nantes l’uti­lisent comme instru­ment idéo­lo­gique au service exclu­sif de leurs inté­rêts.

L’Union euro­péenne et toutes les insti­tu­tions qui gravitent autour d’elle sont un exemple éloquent de ce déni de démo­cra­tie. L’Union euro­péenne a systé­ma­tique­ment rejeté avec force et mépris la volonté des peuples expri­mée démo­cra­tique­ment à plusieurs reprises. Les peuples danois, français, néer­lan­dais et irlan­dais ont rejeté par réfé­ren­dum le traité de Maas­tricht, le projet de traité consti­tu­tion­nel et le traité de Lisbonne en 1992, en 2005 et en 2008. Mais cette volonté popu­laire a tout simple­ment été igno­rée. Sa réac­tion épider­mique et agres­sive contre les résul­tats du réfé­ren­dum du 5 juillet 2015, où le peuple grec a rejeté par une majo­rité écra­sante (61,31 %) les nouvelles mesures d’aus­té­rité, montre combien il lui est insup­por­table d’ac­cep­ter le moindre proces­sus permet­tant aux peuples de s’ex­pri­mer. Tous les réfé­ren­dums ont été perdus par l’Union euro­péenne. Dès qu’elle donne la parole aux peuples, la réponse est inva­ria­ble­ment la même : NON!
Bertolt Brecht disait dans un de ses poèmes :

« (…)Le peuple, par sa faute, a perdu

La confiance du gouver­ne­ment

E ce n’est qu’en travaillant double­ment

Qu’il pourra la rega­gner.

Ne serait-il pas plus simple

Pour le gouver­ne­ment

De dissoudre le peuple

Et d’en élire un autre ? » (7)

L’Union invoque le rôle des partis racistes et xéno­phobes dans le triomphe du « out » britan­nique. Belle manière pour occul­ter sa propre respon­sa­bi­lité dans cette débâcle. Elle oublie un peu vite que ces courants poli­tiques sont, non seule­ment au Royaume-Uni, mais dans toute l’Union euro­péenne ses propre créa­tures. Impuis­santes à surmon­ter les crises à répé­ti­tion du capi­ta­lisme, les bour­geoi­sies euro­péennes ont instru­men­ta­lisé ces forces du passé, qui veulent faire tour­ner la roue de l’his­toire en arrière, pour main­te­nir vaille que vaille l’ac­cu­mu­la­tion et la concen­tra­tion de la richesse entre les mêmes mains. Déma­go­gie, racisme, xéno­pho­bie, isla­mo­pho­bie et iden­tité natio­nale sont les ingré­dients essen­tiels utili­sés par les classes domi­nantes pour mieux détour­ner les classes popu­laires des vrais problèmes qui les rongent au quoti­dien : chômage de masse, préca­rité, destruc­tion des services publics, suppres­sion progres­sive des liber­tés privées et publiques etc. Ces thèses nauséa­bondes remplacent en quelque sorte le vide des programmes des gouver­ne­ments et des partis qui les soutiennent. Leur fuite en avant dans les poli­tiques ultra-libé­rales d’aus­té­rité ne fera qu’ag­gra­ver la situa­tion écono­mique et sociale d’une Europe déjà rava­gée par le chômage et la pauvreté. L’Union euro­péenne ressemble à ces magi­ciens qui ne maîtrisent plus les forces malé­fiques qu’ils ont eux mêmes créées !

L’Union euro­péenne et toutes ses insti­tu­tions ne sont pas réfor­mables. Les poli­tiques écono­miques, dont l’aus­té­rité n’est qu’une dimen­sion parmi d’autres, sont inti­me­ment liées à la nature de classe de l’Union. Les inté­rêts des oppres­seurs et ceux des oppri­més sont irré­mé­dia­ble­ment anta­go­nistes. C’est une illu­sion de croire que l’Eu­rope, telle qu’elle est construite, va se méta­mor­pho­ser par on ne sait quel miracle en une Europe démo­cra­tique, sociale, soli­daire, écolo­gique et tutti quanti. Cette idée de vouloir réfor­mer l’Eu­rope de l’in­té­rieur est non seule­ment erro­née mais dange­reuse. Rester dans l’Union et la zone euro pour les réfor­mer de l’in­té­rieur ne peut que prolon­ger encore la souf­france que connaissent aujourd’­hui des millions de travailleurs euro­péens et conso­li­der un peu plus la dicta­ture du capi­tal. Il faut donc rompre défi­ni­ti­ve­ment avec cette hideuse Europe qui a trans­formé les travailleurs en véri­tables esclaves travaillant sans relâche sous les ordres des créan­ciers, spécu­la­teurs, usuriers et autres para­sites du monde entier.

Il faut se saisir du « Brexit » comme d’une oppor­tu­nité pour mobi­li­ser les travailleurs et les progres­sistes de toute l’Eu­rope afin de commen­cer l’édi­fi­ca­tion d’une autre Europe, celle du progrès, de la pros­pé­rité et de la paix entre les peuples. Il faut briser cette construc­tion mépri­sante et arro­gante qui nous condamne à l’aus­té­rité perpé­tuelle. Il faut quit­ter cette Europe dont les tares ont atteint des dimen­sions effrayantes. Il est urgent de chan­ger de bord, de sortir au plus vite de cette longue nuit et marcher vers un jour nouveau, vers une Europe nouvelle.

Moha­med Belaali


(1)http://www.cour­rie­rin­ter­na­tio­nal.com/article/vu-dalle­magne-brexit-un-desastre-pour-angela-merkel

(2)http://temps­reel.nouve­lobs.com/brexit/20160624.OBS3292/un-suicide-econo­mique-apres-le-brexit-la-city-se-reveille-en-panique.html

(3)http://www.libe­ra­tion.fr/planete/2016/06/24/brexit-tout-cela-va-avoir-de-sales-consequences_1461959

(4)http://www.lefi­garo.fr/conjonc­ture/2016/06/25/20002–20160625ARTFIG00015-sept-consequences-econo­miques-a-rete­nir-sur-le-brexit.php

(5)http://www.elysee.fr/decla­ra­tions/article/decla­ra­tion-a-la-suite-du-refe­ren­dum-britan­nique/

(6)http://europa.eu/rapid/press-release_STATEMENT-16–2329_fr.htm

(7) Bertolt Brecht « La solu­tion ».

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.