Aller au contenu

CADTM Pakis­tan: Après les catas­tro­phiques inon­da­tions meur­trières liées au chan­ge­ment clima­tique, exigeons (pour le moins) l’an­nu­la­tion de la dette du Pakis­tan

Les inon­da­tions dévas­ta­trices qui ont frappé le Pakis­tan ont tué plus de 1 200 personnes, dont 400 enfants, depuis le 14 juin. Elles ont déplacé envi­ron 33 millions de personnes et compro­mis les moyens de subsis­tance de la popu­la­tion avec la perte d’en­vi­ron un million de têtes de bétail. En outre, les inon­da­tions ont emporté au moins un million de maisons et endom­magé autant d’hec­tares de terres agri­coles, soit 45% des cultures du Sind, du sud du Pendjab et du Balout­chis­tan, lais­sant présa­ger une pénu­rie alimen­taire immi­nente. Ces inon­da­tions sans précé­dent ont frappé l’éco­no­mie pakis­ta­naise de plein fouet, provoquant des pertes de l’ordre de 10 milliards de dollars [1] selon les premières esti­ma­tions. Au total, un tiers du Pakis­tan, soit une super­fi­cie équi­va­lente à celle du Royaume-Uni, a été inondé. Pour­tant, les dettes et les paie­ments exté­rieurs du pays limitent consi­dé­ra­ble­ment la capa­cité du gouver­ne­ment à aider la popu­la­tion touchée par ces terribles inon­da­tions. Après les dernières méga-inon­da­tions de 2010, le pays vacille à nouveau sous l’ef­fet d’une catas­trophe d’une ampleur inima­gi­nable.

Il est inté­res­sant de mention­ner que le Pakis­tan est l’un des 52 pays confron­tés à une grave crise de la dette [2]. Le problème le plus impor­tant auquel l’éco­no­mie du pays est confron­tée est le service de sa dette exté­rieure. Le gouver­ne­ment doit verser envi­ron 38 milliards de dollars au FMI, à la Banque mondiale et à d’autres insti­tu­tions finan­cières – dont font partie plusieurs banques chinoises – d’ici à la fin de l’exer­cice finan­cier actuel.

Selon le Fonds moné­taire inter­na­tio­nal (FMI), la dette exté­rieure du Pakis­tan attein­dra 138,568 milliards de dollars en 2022–2023, contre 129,574 milliards de dollars en 2021–2022 [3]. Le pays a dû payer 15,071 milliards de dollars au titre du service de la dette exté­rieure au cours de l’exer­cice 2022, contre 13,424 milliards de dollars en 2021. En 2022, la répar­ti­tion entre le prin­ci­pal et les inté­rêts montre que 12,093 milliards de dollars ont été versés au titre du rembour­se­ment du capi­tal emprunté et 2,978 milliards de dollars au titre du paie­ment des inté­rêts. En outre, de 2018 à 2020, le Pakis­tan a déjà payé envi­ron 65 millions de dollars de surtaxes impo­sées par le FMI. Entre 2021 et 2030, il est probable qu’il doive payer 392 millions de dollars en plus du paie­ment d’une dette qui s’alour­dit. Les créan­ciers récla­mant un service de la dette de 38 milliards de dollars cette année mettent des millions de vies en danger.

« Les créan­ciers récla­mant un service de la dette de 38 milliards de dollars cette année mettent des millions de vies en danger »

Contraint par des options limi­tées, le Pakis­tan envi­sage de solli­ci­ter une nouvelle fois un prêt d’ur­gence du FMI car les premières esti­ma­tions suggèrent que les terribles inon­da­tions pour­raient avoir causé près de 10 milliards de dollars de pertes et que le taux de crois­sance écono­mique pour­rait ralen­tir à hauteur de 2% pour l’an­née en cours [4]. Il est tout aussi impor­tant de mention­ner qu’en avril 2020, le FMI avait approuvé un finan­ce­ment d’ur­gence de 1,4 milliard de dollars pour le Pakis­tan dans le cadre de l’ins­tru­ment de finan­ce­ment rapide (IFR). L’objec­tif était le suivant : aider le pays à faire face aux consé­quences de la pandé­mie de Covid-19.

Si l’aide d’ur­gence est indis­pen­sable dans cette situa­tion, il faut comprendre ce qui est en jeu au Pakis­tan. À court d’argent, le pays a été contraint de signer un accord avec le FMI le 22 août dernier pour un prêt de sauve­tage de 4,2 milliards de dollars dans le cadre du méca­nisme élargi de crédit (MEDC) [5]. Ce prêt est assorti de condi­tions très strictes, telles qu’une augmen­ta­tion consi­dé­rable des prix du pétrole, du gaz et de l’élec­tri­cité et des coupes dras­tiques dans les dépenses sociales, frap­pant en prio­rité des millions de travailleur·euses. Sans oublier que dans les 12 prochains mois, le Pakis­tan aura besoin d’au moins 41 milliards de dollars pour rembour­ser sa dette alors que l’in­fla­tion est de 26%, le deuxième taux le plus élevé en Asie.

Bien que les dernières inon­da­tions soient d’une nature diffé­rente de celles de 2010 – ces dernières étaient des crues soudaines alors que celles auxquelles le Pakis­tan fait face actuel­le­ment sont des crues fluviales – dans les deux cas, on peut affir­mer que les dommages causés par les deux catas­trophes sont le résul­tat du chan­ge­ment clima­tique et de poli­tiques de déve­lop­pe­ment très critiquables. Au cours des 17 dernières années, le Pakis­tan a connu trois crises majeures – avant la crise actuelle. Bien que la nature et l’am­pleur de ces crises aient été diffé­rentes, deux d’entre elles ont été causées par des risques natu­rels – le trem­ble­ment de terre de 2005, qui a touché 3,5 millions de personnes, et les inon­da­tions de 2010, qui ont frappé plus de 20 millions de personnes.

« Le Pakis­tan, qui produit moins de 1% des émis­sions mondiales de CO2, est l’un des États qui subissent les pires consé­quences de la crise clima­tique »

Un autre aspect essen­tiel de cette catas­trophe en cours est le terrible impact du chan­ge­ment clima­tique sur le Pakis­tan. Le pays, qui produit moins de 1 % des émis­sions mondiales de CO2, est l’un des États qui subissent les pires consé­quences de la crise clima­tique. Au cours des 20 dernières années, il a été régu­liè­re­ment classé parmi les dix pays les plus vulné­rables par l’In­dice mondial des risques clima­tiques (IRC). Les catas­trophes clima­tiques, qui touchent des millions de personnes au Pakis­tan, vont être de plus en plus nombreuses et de plus en plus graves. Aujourd’­hui, ces inon­da­tions sont provoquées par des pluies torren­tielles de 400 à 500% supé­rieures à la normale et par la fonte des glaciers ; à l’ave­nir, c’est la pénu­rie d’eau qui fera peser un plus grand risque sur la survie de millions de personnes.

Les multiples crises liées au Covid-19, ses impacts écono­miques, l’exa­cer­ba­tion des diffi­cul­tés pré-pandé­miques et la hausse des catas­trophes liées au climat sont déjà des raisons plus que suffi­santes pour justi­fier l’an­nu­la­tion des dettes du Pakis­tan. Les terribles inon­da­tions qui ont frappé le pays ont rendu cette mesure encore plus urgente. Il serait tout à fait inhu­main pour les prêteurs – publics et privés – de ne pas répondre à cette demande.

« Une annu­la­tion immé­diate de la dette est une demande mini­male puisque le Pakis­tan n’est plus en mesure de rembour­ser ses prêts et que ces inon­da­tions ont aggravé la situa­tion écono­mique du pays »

Dans de telles circons­tances, une annu­la­tion immé­diate de la dette est une demande mini­male puisque le Pakis­tan n’est plus en mesure de rembour­ser ses prêts et que ces inon­da­tions ont aggravé la situa­tion écono­mique du pays. Dans le contexte actuel, compte tenu de la règle de l’ONU sur « l’état de néces­sité », le Pakis­tan doit être auto­risé à utili­ser les fonds dispo­nibles pour répondre aux besoins vitaux des 33 millions de personnes touchées par les inon­da­tions et non pour rembour­ser sa dette, sans être pour­suivi pour manque­ment à ses enga­ge­ments.

Enfin, et surtout, les pays riches doivent assu­mer une part propor­tion­nelle à leurs respon­sa­bi­li­tés dans les actions mondiales en faveur du climat, afin de mettre un terme au chan­ge­ment clima­tique catas­tro­phique dont le Pakis­tan est la pire victime. Il est grand temps de leur rappe­ler leurs obli­ga­tions en matière de finan­ce­ment de la lutte contre le réchauf­fe­ment clima­tique, afin de remé­dier aux pertes et aux dommages tels que ceux que subit actuel­le­ment le peuple pakis­ta­nais.

Notes
[1] https://epaper.dawn.com/DetailI­mage.php? StoryI­mage=02_09_2022_001_006
[2] Le Pakis­tan dans une spirale d’en­det­te­ment parfaite avec les pires impacts de la pandé­mie
[3https://www.brecor­der.com/news/40152434/imf-says-pakis­tans-exter­nal-debt-to-reach-138568bn-in-2022–23
[4] https://tribune.com.pk/story/2374179/govt-mulls-taking-another-imf-loan-for-floods?fbclid=IwAR0Lu6b4MzQnm5vbdOb55M3OiIBry-yrnSirEh­wuBQUg2e_swgTr2xc0AXk
[5] https://www.voanews.com/a/cash-strap­ped-pakis­tan-reaches-agree­ment-with-imf-to-revive-bailout-loan/6658983.html

Abdul Khaliq
CADTM Pakis­tan
http://cadtm.org/Double-peine-pour-le-Pakis­tan-noye-sous-les-inon­da­tions-et-les-dettes

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.