Aller au contenu

Calottes glaciaires : « Le point de non-retour est fran­chi »

« Nos obser­va­tions apportent aujourd’­hui la preuve qu’une large secteur de la calotte glaciaire de l’An­tar­c­tique Ouest est entré dans une phase de recul irré­ver­sible. Le point de non-retour est fran­chi ». Voilà ce qu’a déclaré récem­ment le glacio­logue Eric Rignot, Profes­seur à l’Uni­ver­sité de Cali­for­nie, Irvine, dont les propos sont rappor­tés par le New York Times(1).

Le Profes­seur Rignot  coor­donne un programme de recherche sur l’évo­lu­tion de six glaciers qui se jettent dans la Mer d’Amund­sen (rive occi­den­tale du conti­nent antar­c­tique). La région a la forme d’un bol, ouvert du côté de l’océan. Le socle rocheux sur lequel les glaciers avancent est situé sous le niveau de la mer et ne présente pas d’as­pé­ri­tés signi­fi­ca­tives, suscep­tibles de les frei­ner. Du fait du réchauf­fe­ment des eaux, la couche de glace s’amin­cit au niveau du bord du bol. De ce fait, les masses de glace située en aval accé­lèrent leur glis­se­ment vers les eaux plus profondes, ce qui accé­lère leur fonte et augmente les risques de rupture (voir le schéma).

De 1,2 à 4 mètres

La calotte glaciaire de l’An­tar­c­tique Ouest atteint jusqu’à quatre kilo­mètres d’épais­seur par endroits. Les volumes de glace impliqués sont donc énormes. Selon l’équipe du Profes­seur Rignot, à elle seule, la dispa­ri­tion des six glaciers étudiés fera monter le niveau des océans de quatre pieds (1,20 mètres) en quelques siècles. Ce n’est pas tout : cette dispa­ri­tion désta­bi­li­sera plus que proba­ble­ment (most likely) les secteurs adja­cents de la calotte, de sorte que le niveau des mers pour­rait au final s’éle­ver de près de quatre mètres.

Ces conclu­sions sont confir­mées par une autre étude, dont les résul­tats ont été dévoi­lés simul­ta­né­ment. Diri­gée par le Profes­seur Ian Joughin de l’Uni­ver­sité de Washing­ton, elle porte sur un des six glaciers de la région, Thwaites, l’un des plus impor­tants. Selon cette équipe de cher­cheurs, la dispa­ri­tion lente de Thwaites est inévi­table et irré­ver­sible. Même si les eaux chaudes se disper­saient d’une manière ou d’une autre , ce serait “trop peu, trop tard pour stabi­li­ser la calotte glaciaire”, selon Ian Joughin. Et d’ajou­ter : «  Il n’y a pas de méca­nisme de stabi­li­sa­tion ».

En effet, comme j’ai eu l’oc­ca­sion de l’ex­pliquer un jour à peine avant la sortie de ces études (1), le seul méca­nisme suscep­tible de stabi­li­ser la situa­tion, et même de renver­ser la tendance, serait une nouvelle glacia­tion. Or, selon les astro­phy­si­ciens, celle-ci n’in­ter­vien­dra pas avant 30.000 ans…

35 ans de mises en garde

Les obser­va­tions de Rignot et Joughin viennent corro­bo­rer les mises en garde lancées depuis plusieurs décen­nies par d’autres spécia­listes. Les auteurs de l’ar­ticle du New York Times rapportent ainsi qu’un premier aver­tis­se­ment quant à la fragi­lité de la calotte avait été lancé dès 1978 par John H. Mercer, glacio­logue à l’Uni­ver­sité d’Etat de l’Ohio. Selon Mercer, le réchauf­fe­ment dû aux émis­sions de gaz à effet de serre faisait planer une «  menace de désastre  ».

Ce pronos­tic avait été très contesté à l’époque. Mais dix ans plus tard, et un an après le décès de Mercer, le clima­to­logue en chef de la NASA, James Hansen, lançait le même aver­tis­se­ment devant une Commis­sion du Congrès des Etats-Unis. Et encore dix ans plus tard, en 2008, Hansen et huit autres scien­ti­fiques publiaient dans Science un article décor­tiquant en détail la menace évoquée pour la première fois par Mercer.

Mercer arri­vait à sa conclu­sion par un raison­ne­ment théo­rique couplé à une connais­sance fine des carac­té­ris­tiques de l’An­tac­tique Ouest. Hansen et ses collègues y arri­vaient en inter­ro­geant les paléo­cli­mats. Leur démons­tra­tion était impres­sion­nante : il y a 65 millions d’an­nées, la Terre était sans glace ; la glacia­tion de l’An­tar­c­tique s’est produite il y a trente-cinq millions d’an­nées envi­ron ; à ce moment, un seuil fut fran­chi, carac­té­risé par des para­mètres précis en termes de rayon­ne­ment solaire, d’al­bédo et de concen­tra­tion atmo­sphé­rique en gaz à effet de serre ; en compa­rant les valeurs esti­mées de ces para­mètres aujourd’­hui et dans le passé, les auteurs concluaient que nous étions proba­ble­ment en train de fran­chir le seuil dans l’autre sens…

La confir­ma­tion par l’ob­ser­va­tion

La nouveauté des études qui sortent aujourd’­hui est qu’elles se basent sur des obser­va­tions et des mesures, pas sur des raison­ne­ments. Eric Rignot a eu recours à des obser­va­tions par satel­lite, tandis qu’Ian Joughin a conçu un modèle mathé­ma­tique de l’évo­lu­tion du glacier Thwaites. Le fait que ces méthodes diffé­rentes abou­tissent à des résul­tats concor­dants avec les expli­ca­tions théo­riques ne laisse aucun doute sérieux sur l’ex­trême gravité de la situa­tion. Rien ne permet cepen­dant d’es­pé­rer que les déci­deurs en tire­ront les conclu­sions.

Quant aux causes, Rignot et Joughin confirment le méca­nisme déjà mis en lumière par d’autres cher­cheurs avant eux : ce n’est pas le réchauf­fe­ment de l’air mais celui de l’eau qui provoque la dislo­ca­tion de la calotte. Les néga­tion­nistes clima­tiques à la solde des lobbies pétro­liers et char­bon­niers se saisi­ront évidem­ment de cet élément pour clamer haut et fort que le chan­ge­ment clima­tique n’est pour rien dans l’af­faire. Les cher­cheurs, pour leur part, lient les deux phéno­mènes de la façon suivante : l’at­mo­sphère au-dessus de l’An­tar­c­tique est main­te­nue à une tempé­ra­ture très basse par des vents violents tour­nant autour du conti­nent ; du fait du réchauf­fe­ment, la violence de ces vents s’ac­croît, parce que le diffé­ren­tiel de tempé­ra­ture entre l’An­tar­c­tique et le reste du globe augmente ; et la force du vent provoque un mouve­ment des eaux qui « tire » pour ainsi dire les eaux plus chaudes des grands fonds vers la surface.

Ecoso­cia­lisme ou barba­rie: c’est vrai!

Il convient de préci­ser que les projec­tions avan­cées ci-dessus pour ce qui concerne l’élé­va­tion du niveau des mers (1,2 m. et près de 4 m. en quelques siècles) ne concernent que les six glaciers étudiés et la zone envi­ron­nante de l’An­tar­c­tique Ouest. Or, la fragi­li­sa­tion des calottes affecte aussi d’autres régions, en parti­cu­lier le Groen­land et la pénin­sule antar­c­tique – la région du monde où le réchauf­fe­ment (et ici il s’agit bien de réchauf­fe­ment de l’air) est le plus rapide (0,5°C par décen­nie). Les glaces accu­mu­lées dans ces régions, si elles devaient dispa­raître tota­le­ment, équi­vau­draient respec­ti­ve­ment à six et cinq mètres de hausse du niveau des océans.

Il convient de rappe­ler aussi que, selon le Profes­seur Kevin Ander­son, direc­teur d’un des plus pres­ti­gieux centres d’étude du chan­ge­ment clima­tique (Tyndall Center on Climate Change Research), le rythme actuel d’aug­men­ta­tion de la concen­tra­tion atmo­sphé­rique en CO2 nous met sur la voie d’un réchauf­fe­ment de 6°C d’ici la fin du siècle. Selon Anders Lever­mann, un des «  lead authors  » du GIEC, cela corres­pon­drait à une éléva­tion du niveau des mers d’une douzaine de mètres dans les mille à deux mille ans à venir (3).

Il convient enfin et surtout de rappe­ler que les méca­nismes capi­ta­listes imagi­nés depuis plus de vingt ans (Rio, 1992) par les néoli­bé­raux (primes, quotas, droits d’émis­sions échan­geables, taxes, et autres « inter­na­li­sa­tions des exter­na­li­tés » – qui servent de prétexte à une gigan­tesque vague d’ap­pro­pria­tion des ressources) ont été et sont impuis­sants à inflé­chir la courbe des émis­sions de gaz à effet de serre : au contraire, elles augmentent plus vite depuis le tour­nant du siècle!

Cette impuis­sance ne peut qu’aug­men­ter à l’ave­nir. Pour faire face à la situa­tion d’ur­gence abso­lue dont la réalité vient d’être confir­mée par les cher­cheurs, il faudrait 1°) que les émis­sions des pays déve­lop­pés dimi­nuent tout de suite d’au moins 11% par an ; 2°) que les respon­sables capi­ta­listes du désastre soient contraints de finan­cer un gigan­tesque plan mondial d’adap­ta­tion, incluant notam­ment la protec­tion des zones côtières.

Il est insensé de croire que des objec­tifs aussi ambi­tieux puissent être atteints dans le cadre du marché. Ils ne peuvent être atteints que par la remise en cause fonda­men­tale de l’ac­cu­mu­la­tion capi­ta­liste et la plani­fi­ca­tion de la tran­si­tion écolo­gique. Réus­sir celle-ci démo­cra­tique­ment et dans la justice sociale néces­site à tout le moins l’ap­pro­pria­tion collec­tive du secteur de l’éner­gie, l’ex­pro­pria­tion du secteur du crédit, la suppres­sion des produc­tions nuisibles et inutiles, la loca­li­sa­tion des produc­tions (en prio­rité agri­coles), le libre accès aux tech­no­lo­gies vertes, une nouvelle orga­ni­sa­tion de l’es­pace et de la mobi­lité, ainsi que la réduc­tion radi­cale du temps de travail, sans perte de salaire, avec embauche compen­sa­toire et baisse des rythmes de travail.

Frères humains qui après nous vivez…

Il n’est pas facile de conclure cet article sans verser dans l’es­cha­to­lo­gie catas­tro­phiste. Car la catas­trophe est là en vérité. Elle est en marche, inexo­rable. Si Rignot et Joughin ont raison – et croire qu’ils ont tort serait le comble de la dérai­son ! – rien ne peut l’ar­rê­ter et elle est irré­ver­si­ble… pour 30.000 ans au moins. Pour la limi­ter au maxi­mum, tirons les conclu­sions qui s’im­posent. Refu­sons le nihi­lisme misan­thro­pique des crétins pour qui la vraie nature, c’est la nature sans l’être humain. Dénonçons le cynisme crimi­nel de celles et ceux qui préfèrent imagi­ner la fin du genre humain que la dispa­ri­tion du capi­ta­lisme. Inter­pel­lons les scien­ti­fiques pour qu’ils sortent de leur tour d’ivoire et descendent dans l’arène sociale. Sonnons le tocsin sans trêve ni repos, dans nos asso­cia­tions, dans nos syndi­cats, partout.

L’al­ter­na­tive anti­ca­pi­ta­liste, écoso­cia­liste, n’est pas une posture « idéo­lo­gique » mais une néces­sité objec­tive, impé­rieuse, incon­tour­nable. Agis­sons ensemble pour trans­for­mer cette néces­sité en conscience avant qu’il ne soit trop tard. Sinon, il ne nous restera vrai­ment plus qu’à implo­rer le pardon de nos descen­dants et descen­dantes, à la façon de François Villon: « Frères humains qui après nous vivez/ N’ayez le cœur contre nous endurci/ Car si pitié de nous pauvres avez/ Dieu en aura plutôt de vous merci ».    

  1. « Scien­tists Warn of Rising Oceans from Polar Melt », New York Times, May 12. http://www.nytimes.com/2014/05/13/science/earth/collapse-of-parts-of-west-antar­c­tica-ice-sheet-has-begun-scien­tists-say.html?_r=1
  2. Discours au meeting de la LCR, 11 mai. http://www.youtube.com/watch?v=TzR6GkfTBYQ&list=PLWrLel4u0C80hJ8i­zacfz­wrZcNEes0irH
  3. http://www.lcr-lagauche.org/plus-de-renou­ve­lables-ou-moins-demis­sions/

Article publié sur le site http://www.lcr-lagauche.org/calottes-glaciaires-le-point-de-non-retour-est-fran­chi/

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.