Aller au contenu

Cathe­rine Samary: Une guerre d’agres­sion « grand russe »

Je commen­ce­rai par souli­gner quelques aspects essen­tiels de la percep­tion pouti­nienne des enjeux de son pouvoir en Russie et sur l’échiquier inter­na­tio­nal et régio­nal (notam­ment au Béla­rus) quand il lance sa dite « opéra­tion mili­taire » le 24 février. Puis, j’évoque­rai au vu des premiers effets de sa guerre d’agres­sion grand-russe, les inflé­chis­se­ments de sa poli­tique produi­sant de nouvelles carac­té­ris­tiques et incer­ti­tudes des résis­tances en Russie et au Béla­rus. Je conclu­rai sur l’es­sence de ce que notre réseau tente de faire, passant le relais aux inter­ven­tions suivantes pour le concré­ti­ser.

Le contexte : une « opéra­tion » idéo­lo­gique­ment marquée et « située »
Poutine a construit son projet à partir d’une idéo­lo­gie et moti­va­tion grand-russe de remise en cause de la construc­tion « léni­niste » d’une Ukraine (et d’un Béla­rus) indé­pen­dante (voir son discours de fin 2021 [2]) ; et il a déter­miné la date de son offen­sive guer­rière non pas en fonc­tion d’une « menace » contre la Russie venant de l’OTAN, mais au contraire d’un constat (en 2021) de la crise de l’OTAN (« en mort céré­brale », disait Macron) : après le retrait d’Af­gha­nis­tan, d’une part, et dans le contexte de divi­sions majeures entre États-Unis et UE et au sein de l’UE entre Alle­magne, France et nouveaux membres d’Eu­rope de l’Est : notam­ment sur les enjeux éner­gé­tiques avec les dépen­dances étroites que l’on connaît entre Russie et UE – mais tout parti­cu­liè­re­ment, Alle­magne, France et Italie sur ce plan. Poutine savait aussi, comme Biden l’a rappelé expli­ci­te­ment y compris à Zelensky, qui s’en plai­gnait – que l’OTAN ne défen­drait pas l’Ukraine qui n’en était pas membre.

Après les années Eltsine et le « parte­na­riat pour la paix » avec l’OTAN (notam­ment le soutien par les États-Unis des sales guerres menées par la Russie en Tchét­ché­nie « contre le terro­risme » – la recons­truc­tion d’un État fort russe (dans la maîtrise de ses oligarques) et inter­na­tio­nal s’ac­com­pa­gnait d’une nouvelle logique de rapport de force et de partage de « sphères d’in­fluence » combi­nant traits et inté­rêt capi­ta­listes communs et rela­tions conflic­tuelles : la Russie a cher­ché à construire l’Union écono­mique eurasia­tique face à (et sur le modèle de) l’UE, et pour contrer le « parte­na­riat orien­tal » lancé en 2009 par l’UE en rempla­ce­ment de toute logique d’ex­ten­sion de ses membres) vers tous les pays post-sovié­tiques situés entre la Russie et l’UE – dont l’Ukraine et le Béla­rus [3]. De même, à partir de 2003 se met en place l’OTSC (Orga­ni­sa­tion du traité de sécu­rité collec­tive) souhai­tée par le Kaza­khs­tan – et qui inter­vient face aux soulè­ve­ments sociaux du Kaza­khs­tan en 2021. Car cette mini-OTAN a aussi (et surtout) une logique régio­nale de main­tien de l’ordre de pouvoirs auto­cra­tiques issus de l’ex-URSS parta­geant une peur orga­nique envers ce qui, à partir du début des années 2000 (notam­ment en Ukraine et Géor­gie), après la chute spéci­fique de Milo­se­vic [4] est analysé comme des « révo­lu­tions de couleur » – notion qui désigne des soulè­ve­ments popu­laires anti-corrup­tion prenant des emblèmes colo­rés dont les partis « pro-occi­den­taux » sont finan­cés par l’Oc­ci­dent. Malheu­reu­se­ment, la vision pouti­nienne de tout mouve­ment contes­ta­taire comme « pion » de l’étran­ger et toute révo­lu­tion embryon­naire comme « révo­lu­tion de couleur », pénètre aussi de façon désas­treuse au sein d’une partie de la gauche : celle-ci s’ap­puie sur la part d’évi­dence et de vrai de l’ins­tru­men­ta­li­sa­tion de toutes les crises par les grandes puis­sances qui tentent d’y faire avan­cer leurs propres inté­rêts finan­ciers et objec­tifs géopo­li­tiques.

Mais cette approche réduit les socié­tés à des pions, sans aucune marge de bilans propres de leurs expé­riences et d’ac­tions auto­nomes échap­pant en partie au contrôle d’« en haut » et d’ailleurs. Cela ne permet pas de comprendre la profon­deur de la crise des formes de repré­sen­ta­tion démo­cra­tiques aujourd’­hui – et, en Ukraine, la réalité de mouve­ments sociaux et de choix auto­nomes. Cela n’em­pêche nulle part les diffi­cul­tés à construire des alter­na­tives cohé­rentes – aux échelles où elles deviennent crédibles. Et cela n’em­pêche évidem­ment pas les instru­men­ta­li­sa­tions de mouve­ments auto­nomes par les grandes puis­sances – et des issues non garan­ties.

Mais de telles tendances valent aussi pour le pouvoir russe lui-même : son instru­men­ta­li­sa­tion des conflits du Kaza­khs­tan pour légi­ti­mer l’OTSC auprès de ses alliés auto­cra­tiques régio­naux non russes en a témoi­gné – sans suppri­mer la réalité des aspi­ra­tions expri­mées par les mouve­ments sociaux. De même, le rappro­che­ment plus orga­nique entre la Russie et le pouvoir du Béla­rus marque un tour­nant – et non une trajec­toire fixée d’avance. Loin d’être accla­mée, l’in­ter­ven­tion de Poutine dans la crise ukrai­nienne de 2014 avait suscité des défiances et critiques expli­cites jusqu’au Béla­rus:  l’enjeu de la souve­rai­neté (auto­cra­tique) des États post-sovié­tiques demeure omni­pré­sente dans la construc­tion de l’Union écono­mique eurasia­tique (comme de l’OTSC) – une source de tensions internes entre États membres et insti­tu­tions supra­na­tio­nales que rencontre aussi l’Union euro­péenne. L’idée que Poutine pour­rait sans problème mener une guerre pour s’ap­pro­prier des terri­toires et chan­ger le pouvoir en place chez ses voisins est fausse – y compris pour ceux qui adhèrent à l’OTSC (qui s’est rapi­de­ment reti­rée du Kaza­khs­tan) et… au Béla­rus.

Après avoir pris quelques distances avec Moscou à la suite de la récu­pé­ra­tion par la Russie de la Crimée et à la guerre hybride lancée dans le Donbass en 2014, Loukat­chenko s’est tourné radi­ca­le­ment vers Poutine pour stabi­li­ser son règne, après les soulè­ve­ments de 2020. La Cons­ti­tu­tion du Béla­rus avait enté­riné une neutra­lité en termes d’ar­me­ments nucléaires à la suite des accords conclus en 1996 avec la Russie et les États-Unis – analogues à ceux signés par l’Ukraine et le Kaza­khs­tan – cédant leurs armes nucléaires à la Russie moyen­nant une clause de respect des fron­tières. Les modi­fi­ca­tions consti­tu­tion­nelles récentes permettent à des bases russes de s’éta­blir dans le pays – mais pas au point d’en­trer « en guerre » avec des voisins…

Résu­mons donc la percep­tion pouti­nienne de ses marges de manœuvre et des avan­tages qu’il peut escomp­ter tirer de son offen­sive mili­taire en Ukraine au début de 2022 (illus­trée par ses propres discours).

  • Au plan inté­rieur russe : le tour­nant de 2014 en Crimée a été reçu de façon patrio­tique, et les négo­cia­tions sur le Donbass à Minsk avec les gouver­nants français et alle­mands ont donné une crédi­bi­lité à une logique de « gestion inter­na­tio­nale » d’un conflit interne ukrai­nien et d’un pouvoir de Kyiv post-Maïdan, appuyé sur des forces d’ex­trême droite « anti­russes [5] ». L’es­poir est de détour­ner la popu­la­tion de ses insa­tis­fac­tions sociales et poli­tiques inté­rieures. Mais – y compris vis-à-vis des alliés du Béla­rus – il ne s’agit pas de « guerre » : d’où l’ac­cent sur la double légi­ti­ma­tion poli­tico-idéo­lo­gique – « Nous sommes un seul peuple russe » et il s’agit d’une « opéra­tion » contre des fascistes ukrai­niens anti­russes.
  • L’élec­tion de Zelensky en 2019 et sa baisse de popu­la­rité un an après son élec­tion sont plutôt perçues comme preuve d’un pouvoir faible à Kyiv qui devrait s’ef­fon­drer faci­le­ment (même les alliés occi­den­taux de Zelensky le pensent aussi – offrant des aides pour quit­ter le pays…).
  • Cette logique interne/régio­nale s’ac­com­pagne d’une mission inter­na­tio­nale contre un ordre occi­den­tal unipo­laire face à une OTAN et une UE en crise.

… Et les premiers effets d’une guerre d’agres­sion
Loin de s’ef­fon­drer, le pouvoir de Zelensky se trans­forme et se conso­lide dans l’en­semble de l’Ukraine, exploi­tant son propre profil russo­phone et juif contre la propa­gande pouti­nienne non sans talent média­tique.
L’ap­pel à une résis­tance – où l’ar­mée est secon­dée par une défense terri­to­riale popu­laire – modi­fie de façon majeure l’im­pact local, régio­nal et inter­na­tio­nal de cette guerre – dans la durée. Non seule­ment le pouvoir de Kyiv ne s’ef­fondre pas – et Poutine ne trou­vera pas un régime à sa botte – mais c’est toute une popu­la­tion qui est mobi­li­sée contre cette inva­sion. Une nouvelle « ukrai­nité » popu­laire se construit dans et contre la guerre.

Les premières résis­tances à la guerre en Russie et au Béla­rus sont en phase avec cette carac­té­ris­tique que découvrent les soldats russes – et que dénoncent avec force en tout premier lieu des syndi­ca­listes de Russie et du Béla­rus.

Le commu­niqué de la deuxième confé­dé­ra­tion syndi­cale du pays, la Confé­dé­ra­tion du travail de Russie (KTR, Confé­dé­ra­tion indé­pen­dante membre de la CSI, 2,5 millions d’adhé­rents) à Moscou, le 25 février 2022 est éloquent :

La Confé­dé­ra­tion du travail de Russie note, avec une grande amer­tume, que ce sont les travailleurs de nos pays, des deux côtés, qui souffrent en consé­quence directe du conflit mili­taire. L’in­ten­si­fi­ca­tion du conflit menace de provoquer un choc dévas­ta­teur pour les écono­mies et les systèmes de soutien social de nos pays, ainsi qu’une baisse du niveau de vie des travailleurs. Cela ouvri­rait la porte à une vague massive de viola­tions des droits du travail des citoyens travailleurs.
En ce qui concerne tout ce qui précède, la Confé­dé­ra­tion du travail de Russie exprime sa convic­tion dans la néces­sité de la cessa­tion de l’ac­tion mili­taire, aussi rapi­de­ment que possible, et de la reprise du dialogue paci­fique et de la coexis­tence entre les peuples multi­na­tio­naux de Russie et d’Ukraine.

Paral­lè­le­ment, des actions protes­ta­taires indi­vi­duelles et collec­tives se multi­plient contre ce qu’il est inter­dit d’ap­pe­ler « guerre » se multi­plient. Lev Pono­ma­rev, un acti­viste défen­seur des droits humains, recueille plus d’un million et demi de signa­tures, des péti­tions surgissent par milieux profes­sion­nels (pour tenter de se proté­ger collec­ti­ve­ment de la répres­sion) – notam­ment celle signée par quelque 8 000 étudiants et ensei­gnants de l’uni­ver­sité Lomo­no­sov de Moscou. La socio­logue Karine Clément, spécia­liste des mouve­ments sociaux de la société russe [6], a souli­gné que Poutine ne fait « pas seule­ment la guerre à l’Ukraine » mais qu’il « massacre aussi » une société dont elle analyse les diffé­rentes compo­santes à la veille de ce tour­nant [7] aux consé­quences impré­vi­sibles.

Dans le contexte d’une société que le pouvoir s’ef­force d’ato­mi­ser et d’une guerre qui renforce les compor­te­ments patriar­caux, Ella Gros­man, active dans un des réseaux fémi­nistes contre la guerre en Russie explique :
L’agenda fémi­niste s’est révélé être un outil puis­sant pour la poli­ti­sa­tion des femmes et a touché même celles qui, au départ, ne s’in­té­res­saient guère à la poli­tique. […] Le fémi­nisme, avec sa formule « le person­nel est poli­tique », a de ce fait changé la donne. […] Malheu­reu­se­ment, nombre d’entre elles sont en grand danger. La menace ne vient pas seule­ment de l’État, qui réprime les citoyens protes­tant contre la guerre ou révé­lant la vérité à son sujet. Avant la guerre, les fémi­nistes russes et les femmes actives sur le plan poli­tique rece­vaient déjà des menaces de mort de la part de Russes ordi­naires, furieux que le simple fait de parler à haute voix des stéréo­types de genre, de la violence sexiste ou de parti­ci­per à la vie poli­tique, ces femmes violaient l’ordre patriar­cal tacite [8].

Les actions de femmes contre la guerre portent aussi la mémoire des trau­ma­tismes légués par d’autres guerres et les violences dans l’ar­mée. Mais des centaines de soldats russes, exploi­tant les marges de résis­tance que leur donne une guerre « non décla­rée », ont refusé d’al­ler au front. Le mercredi 25 mai, un tribu­nal mili­taire de la région du sud de la Russie de Kabar­dino-Balka­rie a conclu que 115 soldats avaient « arbi­trai­re­ment refusé d’ac­com­plir une mission offi­cielle et étaient partis de leur propre initia­tive vers un lieu d’af­fec­ta­tion perma­nent », violant ainsi les termes de leur contrat de service [9].

Les avan­cées et premières victoires de la résis­tance popu­laire ukrai­nienne ont contrasté avec les problèmes mani­festes de « moral » de troupes russes en quête de sens malgré la supé­rio­rité numé­rique et d’ar­me­ment des forces d’oc­cu­pa­tion. Mais cela produit aussi des inflé­chis­se­ments majeurs à la fois du cours répres­sif interne à la Russie et de la haine propa­gée contre tous ces Ukrai­niens qui résistent (même et de fait surtout, dans la région en guerre, russo­phones) – de plus en plus, comme dans d’autres contextes passés – assi­mi­lés à des nazis [10]. Les crimes de guerre commis non loin de Kyiv, à Bout­cha, puis à Mariou­pol et dans de multiples agglo­mé­ra­tions du Donbass témoignent d’une évolu­tion de la guerre dont la contre­par­tie est au plan inté­rieur égale­ment une violence répres­sive de contrôle fasci­sant de la société. Elle est et sera sans doute accom­pa­gnée de mesures sociales ciblées vers les popu­la­tions auxquelles sont distri­bués des passe­ports russes.

Qu’en est-il au Béla­rus ? Là aussi les tout premiers jours de la guerre ont vu l’ex­pres­sion de soli­da­ri­tés syndi­cales – susci­tant très vite une répres­sion radi­cale notam­ment contre des diri­geants du Congrès des syndi­cats démo­cra­tiques du Béla­rus (BKDP) et de syndi­cats de la métal­lur­gie (SPM) ou de la radio-élec­tro­nique (REP). Cette répres­sion a suscité des protes­ta­tions syndi­cales de soli­da­rité venant notam­ment de Russie (de la part de la KTR, évoquée plus haut, elle-même mena­cée), et d’Ukraine – de la part de la Confé­dé­ra­tion des syndi­cats libres d’Ukraine la KVPU [11]. Les travailleurs des chemins de fer du Béla­rus ont entre­pris de fait des actions de type « parti­san » qui joue­ront sûre­ment un rôle essen­tiel dans / contre cette guerre – pour rendre diffi­cile l’ache­mi­ne­ment de renforts et ravi­taille­ment des troupes russes en Ukraine.

En guise de conclu­sion ouverte : l’au­to­dé­ter­mi­na­tion des peuples et leurs liens égali­taires, raison d’être de notre réseau
Il est impos­sible de savoir sur la durée quel sera l’ef­fet sur la popu­la­tion russe d’une guerre où les méfaits commis par les forces russes sont attri­bués par Poutine aux « nazis ukrai­niens ». Nous n’avons aucune garan­tie d’une issue progres­siste – donc d’une paix juste (et durable parce que juste). Nous pouvons être sûr·es qu’elle ne sera pas juste si ses condi­tions sont dictées et contrô­lées par les grandes puis­sances entre elles – et échappent au contrôle de la popu­la­tion ukrai­nienne. Elle seule doit gérer son histoire, ses pages noires et sa diver­sité.

Notre réseau vise à des liens par en bas, indé­pen­dants de tout pouvoir et des propa­gandes de ces pouvoirs – contre tous les rapports néoco­lo­niaux et racistes, d’où qu’ils viennent, en premier lieu soli­daires avec nos amis de la jeune gauche ukrai­nienne, les courants fémi­nistes, les syndi­ca­listes ukrai­nien·nes – et avec les mouve­ments anti­guerre de Russie et du Béla­rus. Avec eux et elles, nous cher­chons à faire le plus en notre pouvoir pour que la défaite des projets impé­ria­listes russes soit à la fois celle de tous les oligarques. C’est à cette condi­tion qu’il s’agira aussi de la conso­li­da­tion d’une Ukraine popu­laire, démo­cra­tique et plura­liste dont les forces de gauche sont impliquées avec nous dans la redé­fi­ni­tion de rapports euro­péens et mondiaux paci­fiques parce qu’é­ga­li­taires et défen­seurs des biens communs de la planète.

Cathe­rine Samary [1]

[1] Membre du RESU ainsi que des groupes de travail fémi­nistes et réfu­gié·es du RESU. Elle a parti­cipé au nom du NPA (avec Olivier Besan­ce­not) à la délé­ga­tion en Ukraine du RESU des 3–8 mai 2022. Voir son article, « Retour d’Ukraine : quelle soli­da­rité avec le peuple ukrai­nien », Anti-K, juin 2022. [2] Voir notam­ment Denis Paillard, « Poutine et le natio­na­lisme grand- russe », http://europe-soli­daire.org/spip.php?arti­cle61945
[3] Lire à ce sujet mon article, « La société ukrai­nienne entre ses oligarques et sa Troïka », Les Possibles, n° 2, hiver 2013–2014.
[4] Voir sur mon site, http://csamary.fr, les causes internes de la crise yougo­slave dans le contexte de la globa­li­sa­tion capi­ta­liste et de ses conflits et désordre.
[5]Lire notam­ment l’adresse aux Russes de Taras Bilous, né dans le Donbass et membre de l’as­so­cia­tion socia­liste ukrai­nienne Sotsialny Rukh (www.europe-soli­daire.org/spip.php?arti­cle61629) et les argu­ments précis de Michael Karadjis,https://mkaradjis.com/2022/06/16/on-the-fantas­tic-tale-that-the-ukrai­nian-army-killed-14000-ethnic-russians-in-donbas-between-2014-and-2022/
[6] Voir Contes­ta­tion sociale à bas bruit en Russie, critiques sociales ordi­naires et natio­na­lismes, Le Croquant, 2022 et sa présen­ta­tion par Denis Paillard.
[7] https://alen­contre.org/europe/russie/poutine-ne-fait-pas-que-la-guerre-a-lukraine-il-massacre-aussi-la-societe-russe.html
[8] Lire d’Ella Ross­man, spécia­liste du fémi­nisme en URSS et en Russie, publié dans Les Cahiers de l’an­ti­dote : Soutien à l’Ukraine résis­tante, vol. 7.
[9] Voir www.marianne.net/monde/europe/guerre-en-ukraine-115-mili­taires-russes-licen­cies-pour-avoir-refu­ser-daller-combattre
[10] Voir l’ana­lyse du marxiste russe Ilya Budaits­kis, « Renven­ting Nazism for State Propa­ganda: How Mora­lity is Being Repla­ced by Force », https://russia­post.net/page28542780.html
[11]Les textes se trouvent avec d’autres exemples de soli­da­rité syndi­cale inter­na­tio­nale, notam­ment sur le site de Soli­daires inter­na­tio­nale et les cahiers de Soutien à l’Ukraine résis­tante, asso­ciés au RESU.

Commu­ni­ca­tion aux « 4 heures pour l’Ukraine » orga­ni­sées par le collec­tif français du Resu/Ensu, le 11 juin 2002 à la bourse du travail de Paris
Publié dans Les Cahiers de l’an­ti­dote : Soutien à l’Ukraine résis­tante (Volume 9) : Brigades édito­riales de soli­da­rité 9
https://www.syllepse.net/syllepse_images/articles/brigades-e–di­to­riales-de-soli­da­ri­te—9.pdf

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.