Aller au contenu

Ce gouver­ne­ment est-il encore de gauche ?

Contre le pacte Hollande-Medef, ripos­ter et rassem­bler à gauche (Tract d’En­semble Poitiers)

Le gouver­ne­ment Ayrault-Hollande multi­plie les mesures contre les sala­rié-es, les chômeur-ses, les  migrant-es et la grande majo­rité de la popu­la­tion.  Il cède sans rechi­gner aux exigences des grands  patrons et du MEDEF, allant même  au-delà de leurs espé­rances. Ce gouver­ne­ment est-il encore de  gauche ?

Un poli­tique à la solde du patro­nat

Avec le Pacte de respon­sa­bi­lité, le gouver­ne­ment :
– supprime les coti­sa­tions patro­nales qui finançaient les Allo­ca­tions fami­liales  depuis la Libé­ra­tion :  35 milliards d’eu­ros.
– prévoit une réduc­tion des dépenses publiques avec les priva­ti­sa­tions qui vont avec : 50 milliards.
Ces cadeaux viennent s’ajou­ter aux 200 milliards déjà accor­dés ces 30 dernières années. Et sans  ucune contre­par­tie ! Le patro­nat s’y refuse.
Tout cela soi disant pour « amélio­rer la compé­ti­ti­vité des entre­prises » et leur permettre  ’embau­cher ? Foutaises ! Cela ne servira encore qu’à augmen­ter les divi­dendes des action­naires !

Pour les riches, ça va, merci bien

Le montant des divi­dendes aux action­naires multi­plié par 20 en trente ans ; une répar­ti­tion des richesses de plus en plus inéga­li­taire : les 10% des ménages les plus riches détiennent 48% du patri­moine ; 50% de ménages les moins riches en possèdent 7%.

Une poli­tique contre les sala­riés et les plus dému­nis.

Loin de répondre aux attentes de la majo­rité de la popu­la­tion, le gouver­ne­ment accen­tue la poli­tique d’aus­té­rité :  baisse du pouvoir d’achat, 5 millions de chômeurs, augmen­ta­tion de la préca­rité,   éduc­tion des budgets sociaux et nouvelles attaques contre les services publics.
Dernière attaque en date : la remise en cause du statut des inter­mit­tent-e-s du spec­tacle signe une fois de plus une mesure contre les sala­rié-es.

Des recu­lades face à la droite et à l’ex­trême-droite.

La loi « famille  ». Le gouver­ne­ment a cédé aux plus rétro­grades en repous­sant la loi et en renonçant  aux quelques mesures progres­sistes : pré-majo­rité à 16 ans, recon­nais­sance d’un statut pour les beaux  parents. Pour­tant la loi était déjà fort limi­tée, puisque la reven­di­ca­tion de l’ac­cès à la PMA  (procréa­tion médi­ca­le­ment assis­tée) pour toutes les femmes n’y figu­rait pas.
Chacune de ces recu­lades encou­rage un peu plus l’of­fen­sive de la droite réac­tion­naire qui cherche à  iviser par genre, natio­na­lité, orien­ta­tion sexuelle, avec papiers ou sans papiers, en acti­vité ou sans  mploi, vieux et jeunes, travaillant dans le public ou dans le privé.
Cela pour masquer les vrais respon­sables de la crise : les profi­teurs, la haute finance et les grands  ction­naires qui eux n’ont pas de fron­tières.

Un gouver­ne­ment au service des lobbies indus­triels.

Sur le terrain de l’éco­lo­gie aussi, ce gouver­ne­ment revient sur ses promesses. A Notre-Dame-des-Landes, tout est prêt pour relan­cer les travaux pour le  profit exclu­sif de la multi­na­tio­nale Vinci au  épris des mobi­li­sa­tions plus en plus impor­tantes.
Sur le gaz de schiste, le lobbying des compa­gnies pétro­lières est relayé par Arnaud Monte­bourg.
Sur le nucléaire, le gouver­ne­ment accepte la demande d’EDF d’al­lon­ger la durée de vie des centrales.

Ce qui  revient à remettre  en cause la ferme­ture prévue des centrales et tourne le dos à une   réor­ga­ni­sa­tion urgente des poli­tiques éner­gé­tiques pour lutter contre le déré­gle­ment clima­tique.
Cette poli­tique, nous n’en voulons pas. Pas plus que le retour de la droite.
A ENSEMBLE nous voulons rassem­bler toutes les forces de la gauche qui combattent l’aus­té­rité et les  solu­tions réac­tion­naires dans un front social et poli­tique tota­le­ment opposé à cette accé­lé­ra­tion des poli­tiques libé­rales.

Dates à rete­nir

Le 18 mars, mani­fes­tons : l’ap­pel inter­syn­di­cal  lancé pour la défense de l’em­ploi, des salaires et contre  les mesures du Pacte de respon­sa­bi­lité doit être le point de départ d’un mouve­ment d’am­pleur sur la  durée.
Les 23 et 30 mars, votons contre la poli­tique soit disant de « gauche », pour une alter­na­tive à gauche  indé­pen­dante du PS.
Le 12 avril est en prépa­ra­tion une marche contre l’aus­té­rité en France et en Europe, avec nos frères et sœurs sala­rié.es des autres pays d’Eu­rope.

À Poitiers

A l’As­sem­blée Natio­nale à Paris, le député A. Claeys vote l’aus­té­rité, les poli­tiques racistes de Valls, la réduc­tion des moyens pour les communes ; à Poitiers, à la mairie, il veut faire croire que tout cela est une fata­lité et qu’on n’y peut rien.

Pour défendre et construire une vraie poli­tique de gauche et écolo­giste, « Ensemble » s’est engagé  dans la liste « Osons Poitiers écolo­gique, sociale, soli­daire et citoyenne » conduite par Chris­tiane  Fraysse, aux côtés de EELV, du NPA et du PG.

Notre liste commune rassemble Europe Ecolo­gie Les Verts, le Parti de Gauche, Ensemble (membre du front de gauche), le Nouveau Parti Anti­ca­pi­ta­liste et des citoyen.ne.s engagé.e.s dans la vie syndi­cale,  ssocia­tive, cultu­relle et spor­tive de notre ville.
Nos mobi­li­sa­tions parta­gées (contre la LGV, le nucléaire, le cumul des mandats, la vente du théâtre,  otre-Dame-des-Landes, pour le droit des migrants) nous conduisent à propo­ser ensemble un autre modèle de déve­lop­pe­ment. Un modèle soli­daire, sobre, respec­tueux de l’en­vi­ron­ne­ment, des ressources natu­relles et des habi­tant.e.s, appuyé sur les valeurs de liberté, égalité, frater­nité et laïcité.
Ce rassem­ble­ment marque notre volonté de propo­ser une alter­na­tive à gauche néces­saire pour lutter  ocale­ment et concrè­te­ment contre le dérè­gle­ment clima­tique et l’aus­té­rité impo­sée par le   béra­lisme écono­mique et finan­cier à Poitiers comme en Europe.
Notre programme est axé sur une plus juste redis­tri­bu­tion des richesses, sur la préser­va­tion des  essources natu­relles et de la biodi­ver­sité.
Nous ne le réali­se­rons pas seuls : à Poitiers la démo­cra­tie doit se construire sur la consul­ta­tion régu­lière des habi­tant.e.s et une réelle parti­ci­pa­tion citoyenne.
Il est plus que temps de mettre en œuvre des projets concrets qui ouvrent une voie écolo­gique, sociale, soli­daire et citoyenne.

Osons, dès le premier tour mettre en tête notre liste.
Osons voter pour une vraie poli­tique de gauche et écolo­gique.
Osez avec nous

au format pdf : Tract_Auste­rite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *