Aller au contenu

Front de gauche à Poitiers : sachons raison garder

Pour les muni­ci­pales à Poitiers, le Front de Gauche s’est scindé en deux. Est il défi­ni­ti­ve­ment mort ou seule­ment en sommeil ? A quelles condi­tions pourra t il reprendre du service et réuni­fier les cama­rades momen­ta­né­ment séparé.es ?
Regard partiel et peut être partial sur les muni­ci­pales poite­vines.

La liste « Osons Poitiers écolo­gique, sociale, soli­daire et citoyenne » dessine, à une échelle locale, les prémisses partielles de ce que pour­rait être la vraie gauche, vrai­ment à gauche, majo­ri­taire demain.

Lire la présen­ta­tion du programme sur le site : http://frays­se2014.fr/programme/, c’est lire un programme vrai­ment de gauche.

Entendre sur les ondes la tête de liste, Ch. Fraysse, dire qu’elle n’est pas favo­rable au main­tien des verts dans le gouver­ne­ment Hollande-Ayrault, est aussi le signe d’une écolo­gie de gauche, incom­pa­tible avec le social-libé­ra­lisme de Hollande et de ses soutiens.

Voir la capa­cité de cette liste rouge et verte à fusion­ner l’éco­lo­gie, le social, la soli­da­rité et la démo­cra­tie dans chacune de ses propo­si­tions, quel meilleur rempart consti­tuer contre la montée de l’ex­trême droite ?

Y a t il mieux à gauche pour Poitiers ? Nous ne voyons pas

Le mieux eût été et serait encore de propo­ser cela au débat des assem­blées citoyennes. Quelle meilleure manière, même dans la diffi­culté, de montrer la volonté commune de faire vivre le Front de Gauche poite­vin.

Décla­ra­tions intem­pes­tives et mal maîtri­sées….

Au lieu de cela, les colis­tiers commu­nistes de la liste Claeys, hier négo­cia­teurs du PCF local au sein du FdG, se livrent à des décla­ra­tions publiques surpre­nantes dans la presse du 21/02/2014 , sous le titre   « commu­nistes et singu­la­rité »:

  • « Plutôt dans la future majo­rité et faire avan­cer nos idées pas à pas, qu’à l’ex­té­rieur pour crier haut et fort et, au final, ne rien obte­nir. »

  • Juste un mot pour critiquer les Verts « avec qui il n’était plus possible de travailler » (Patrick Coro­nas).

Nous sommes donc extrê­me­ment surpris.es et choqué.es de ces décla­ra­tions qui laissent à penser le regret de ne pas être au gouver­ne­ment, par exemple, ou l’ina­nité de crier haut et fort pour ne rien obte­nir (que ferons nous le 18 mars et le 12 avril ?), et l’im­pos­si­bi­lité d’une majo­rité vrai­ment à gauche avec les verts.

Repro­duire la voix du maître social libé­ral n’est pas le mieux à faire…

La liste « Osons Poitiers » dite « d’ex­trême gauche » inclu­rait des « centristes de droite », dixit A. Claeys lui même.

Quel crédit accor­der à cette carac­té­ri­sa­tion sans s’in­ter­ro­ger sur la capa­cité d’A. Claeys à dire sa propre trajec­toire poli­tique et son posi­tion­ne­ment social libé­ral actuel ?

Que des mili­tant.es, préten­du­ment de centre droit de notre liste (ancien du Modem) , s’orientent à gauche vrai­ment, et s’en reven­diquent publique­ment, n’est ce pas plus posi­tif que la dérive à droite d’une gauche conver­tie aux valeurs du libé­ra­lismeetqui s’af­fiche avec un candi­dat deCAP 21 de Corinne Lepage, ex-ministre d’un gouver­ne­ment de droite ?

Pour que demain le Front de Gauche puisse reprendre le combat commun…

Oui nous avons échoué ensemble à main­te­nir l’in­dé­pen­dance, l’au­to­no­mie et l’unité du Front de Gauche aux muni­ci­pales.

Pour autant, nous restons convain­cus que le Front de Gauche est notre meilleur outil poli­tique pour affron­ter les échéances élec­to­rales et sociales. Propo­ser un plan de résis­tance crédible aux visées des libé­raux de tout poil, tel est l’objec­tif.

Pour sortir par le haut de l’in­ter­mède muni­ci­pal donnons aux assem­blées citoyennes tous les éléments qui nous ont conduit à des choix diffé­rents. Pour assu­mer le bilan et tracer le chemin, la démo­cra­tie est notre meilleur atout.

Où va le PS ? C’est quoi des élus utiles contre l’aus­té­rité ? Quelles alliances contre l’aus­té­rité impo­sée par l’Eu­rope ? Peut il y avoir un écoso­cia­lisme sans les Verts ?

Aux assem­blées citoyennes d’en débattre, le plus tôt sera le mieux

Arfeuillere Jacques, Aubar­bier Guy, Lenhard Séve­rine, Canaud Pascal, Moris­set Jean Luc, Bois­sel Pascal, Sahabi Thomas, Tarfaoui Danielle, Sarlan­die Guil­hem, Pasquier Thierry, Cukier Alexis, Soumaille Valé­rie

3 réflexions au sujet de « Front de gauche à Poitiers : sachons raison garder »

  1. Arthur dit :

    Tribune mal-venue, un peu fourre tout… Surinterprétation des propos tenus dans la NR, Patrick Coronas énonce juste la réalité des relations entre élus PCF et Verts. Avoir des élus utiles contre l’austérité et porteur d’une politique solidaire a toujours été la position du PCF. Rien de choquant donc. Des élus utiles contre l’austérité c’est par exemple la lutte victorieuse menée par A. Joulain sur le budget du CCAS, c’est l’action de N. Rimbaud-Raitière pour les maisons de quartier. Voilà des exemples d’élus utiles contre l’austérité.
    Pour l’alliance contre l’austérité européenne, rien de plus simple : des listes FDG partout, une belle campagne pour Tsirpas. Mettre au tapis l’Europe du fric pour construire l’Europe des peuples.

    Pour la participation au gouvernement ce n’est pas le cas, contrairement à d’autres.

    Alors même que les tensions s’apaisaient et que les relations se détendaient quel est le but de cette tribune vent debout contre le PCF ?

    Répondre
  2. GA dit :

    Hors sujet le commentaire d’Arthur.

    Qui s’exprime dans la presse, qui, sur la liste Claeys, sème la confusion sur des « élus contre l’austérité », qui reprend les caractérisations de Claeys contre « Osons Poitiers », liste où se trouvent des camarades du Front de Gauche, qui donc sème le vent et s’étonne ensuite du « vent debout » ? Ce n’est pas le PCF qui est ici en question, sauf si les déclarations des élus sont validées par les militant(E)s. Auquel cas, la question demeure, quid du Front de Gauche demain ?

    Répondre
  3. carl1917 dit :

    Claeys a écrit dans son programme qu’il ne négocierait avec quiconque. Il le fait et s’affirme comme à la tête d’une liste de gauche et puis unitaire avec lui-même, et écologiste (comme on dit à Notre dame des Landes,). Sans rire. L’ancien trésorier du PS, le cumulard pour qui la politique est un métier, jamais un engagement, l’un des hiérarques du PS, ce serait lui l’incarnation de la gauche à Poitiers. Les camarades du PCF pensent-ils cela?? Celles et ceux qui sont sur la liste d’A Claeys, peut-être, les autres nous savons que pour beaucoup, ils doutent, pour le moins.
    Le résultat du premier tour montre qu’une gauche nouvelle, combative, sociale et écologiste peut rassembler plus de 15% des voix à Poitiers. Ce qui ne suffit pas à nous réjouir alors que le FN s’implante, alors que le dégoût des politiciens nourrit une abstention de masse.
    Que signifiait le tract du PCF à propos d' »élus contre l’austérité », dans une municipalité qui sera dirigée par un social-libéral décomplexé?
    Que signifiaient ces interminables négociations internes au Front de gauche (nous en avons rendu compte sur ce site) pour la direction locale du PCF, si c’est pour être, à la fin des fins, en position subordonnée à un PS qui vit l’une de ses déconfitures électorales et morales historiques (qui n’en mourra pas, quoiqu’en disent nos camarades du PG)?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.