Aller au contenu

Comment le néoli­bé­ra­lisme trans­forme la connais­sance

Confé­rence de Chris­tian Laval à Poitiers

Confé­rence de Chris­tian Laval, profes­seur de socio­lo­gie, univer­sité Paris Ouest-Nanterre la Défense, membre du Sophia­pol, du Groupe d’études Ques­tion Marx et du Centre Bentham, cher­cheur asso­cié, Insti­tut de recherches de la Fédé­ra­tion syndi­cale unitaire, membre du conseil scien­ti­fique d’ATTAC.

______________________________

Jeudi 22 janvier 2015 à 14 h – Accès libre
POITIERS (86) | UFR Lettres et langues, amphi III
1 rue Raymond Cantel, 86000 Poitiers,
Nous sommes confron­tés à un rema­nie­ment fonda­men­tal dans la concep­tion de la connais­sance comme dans la manière d’en orga­ni­ser la créa­tion et la diffu­sion. La logique néoli­bé­rale qui préside actuel­le­ment aux trans­for­ma­tions de l’école, de l’uni­ver­sité et de la recherche est essen­tiel­le­ment écono­mique. La connais­sance est regar­dée comme un bien écono­mique rare, qui a un coût et un rende­ment indi­vi­duel et social mesu­rable. Dans ce qu’on appelle « l’éco­no­mie de la connais­sance », la connais­sance doit être au service de la compé­ti­ti­vité des écono­mies et des entre­prises. Et si la connais­sance est un bien écono­mique, l’école et la recherche doivent deve­nir elles-mêmes des entre­prises obéis­sant aux valeurs et aux prin­cipes du « mana­ge­ment de la perfor­mance ». Enfin, si la connais­sance est défi­nie comme un bien écono­mique, les béné­fi­ciaires indi­vi­duels devraient en être les premiers finan­ceurs, du moins à hauteur du béné­fice qu’ils en retirent.
On se deman­dera, avec le recul dont on dispose sur l’avan­ce­ment de ce modèle, quelles sont les consé­quences à en attendre sur la recherche et sur l’en­sei­gne­ment. On propo­sera quelques pistes de réflexion en faveur d’un modèle alter­na­tif qui, selon nous, s’im­pose.
Dans le cadre du cycle « Les amphis des lettres au présent », orga­nisé en parte­na­riat : Espace Mendès France,  l’UFR Lettres et langues de l’uni­ver­sité de Poitiers, sous la direc­tion scien­ti­fique de Stéphane Bikialo, maître de confé­rences en langue et litté­ra­ture françaises et Martin Rass, maître de confé­rences en civi­li­sa­tion et histoire des idées alle­mandes, univer­sité de Poitiers.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.