Aller au contenu

« Darma­nin, Lalle­ment, dehors! »

28 novembre 2020

Elle est insup­por­table la vidéo qui, pendant quinze minutes, nous montre le violent passage à tabac d’un produc­teur de musique par trois poli­ciers, accom­pa­gné de propos racistes. Cette agres­sion a été jusqu’au lance­ment d’une grenade lacry­mo­gène dans le local de répé­ti­tion et l’ar­res­ta­tion des dix-sept jeunes qui s’y trou­vaient.

Insup­por­table les fausses décla­ra­tions de ces trois poli­ciers accu­sant cette personne de « violences sur personnes dépo­si­taires de l’au­to­rité publique et de rébel­lion ».

Une enquête est ouverte par l’IGPN à l’en­contre de ces poli­ciers pour « violences volon­taires en réunion avec arme et à carac­tère raciste », « faux en écri­ture publique » .

Et cela, quelques jours à peine après la violente expul­sion des migrant.e.s de la place de la Répu­blique, migrant.e.s en errance dans les rues de Paris faute de propo­si­tion dans des foyers d’ac­cueil.

Le projet de loi sur la « sécu­rité globale » avec son fameux article 24 est une parfaite illus­tra­tion d’une dérive auto­ri­taire et liber­ti­cide assu­mée et accen­tuée par l’état d’ur­gence sani­taire.

Il vise à cacher au public les violences poli­cières, les actes racistes, à mettre en place une véri­table impu­nité des poli­ciers concer­nés.

Sans vidéo, le produc­teur de musique était inculpé de violence et de rébel­lion.

Il est temps de mettre un coup d’ar­rêt aux violences poli­cières dont sont victimes les migrant.e.s, les jeunes racisé.e.s des quar­tiers popu­laires, qui ont blessé grave­ment Théo Luhaka, tué Rémi Fraisse, Cédric Chou­viat, Adama Traoré, entre autres .

Le 28 novembre, c’est la Marche des Liber­tés. Rassem­blons-nous, mani­fes­tons tous ensemble comme le montrent les nombreux appels unitaires.

Un grand coup de balai, c’est urgent !

Le projet de loi sur la surveillance géné­ra­li­sée doit être retiré.

Le préfet Lalle­ment doit être relevé de ses fonc­tions par le gouver­ne­ment.

Le ministre de l’In­té­rieur, qui est le chef suprême de la police, doit démis­sion­ner.

L’IGPN doit être dissoute et rempla­cée par une instance indé­pen­dante tant de l’ins­ti­tu­tion poli­cière que du pouvoir poli­tique.

Commu­niqué de Ensemble insou­mis. Le 27 novembre 2020. 

Share on Face­bookShare on Twit­ter

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.