Aller au contenu

Des gilets jaunes dénoncent les appels au suicide lancés à des poli­ciers par des mani­fes­tants ce samedi à Paris

Le cri « suici­dez vous! »lancé par certains mani­fes­tants ce samedi à des
poli­ciers alors que le nombre de suicides dans la police est si élevé est
into­lé­rable. Bien sûr la déri­sion tous azimuts est devenu une
marchan­dise vulgaire et rentable dans les médias de masse; nous nous
habi­tuons à rica­ner de tout.
Mais qui a vu au moins une fois le corps suppli­cié d’un suicidé sait le
respect et le silence qui est dû à ces malheu­reux.
Les mani­fes­tants pour un autre monde ont à garder une éthique
mili­tante face à nos adver­saires qui n’ont guère d’éthique quant à eux.
Ajou­tons que les repré­sen­tants des « syndi­cats » de poli­ciers qui font la
commu­ni­ca­tion de Casta­ner comme ils firent celle de ses prédé­ces­seurs
et qui appellent avec rage chaque semaine à toujours plus de répres­sion
ne sont pas nos amis.

PB, 22–4–2019




« Commu­niqué Gilets Jaunes »
  Nous dénonçons avec vigueur les propos invi­tant les poli­ciers à se suici­der, enten­dus très margi­na­le­ment et pour la première fois lors de l’acte XXIII des Gilets Jaunes, après plus de cinq mois de
mobi­li­sa­tion.   Nous appor­tons notre soutien total aux familles des
vingt-huit poli­ciers et des deux gendarmes qui ont mis fin à leurs
jours depuis le début de l’an­née. Notre soli­da­rité et notre compas­sion
vont aux fonc­tion­naires qui subissent, comme nous, au quoti­dien, les
poli­tiques de destruc­tion du service public.   Macron et son
gouver­ne­ment, dont la légi­timé ne tient plus qu’à un fil, sont au service d’une oligar­chie qui spolie chaque jour un peu plus l’hon­nête travail des Français, instru­men­ta­lise sans vergogne des forces de l’ordre déjà mises à rude épreuve.  

Toute­fois, les violences poli­cières consta­tées de manière répé­tée durant les vingt-trois semaines de mobi­li­sa­tion restent sans précé­dent
dans l’his­toire de la Ve Répu­blique. Le compte, malheu­reu­se­ment
provi­soire, fait état de 248 bles­sures à la tête, 23 personnes ébor­gnées, 5 mains arra­chées, ainsi que le décès de la malheu­reuse Zineb Redouane, âgée de 80 ans, dont la famille vient de porter plainte.  
Un certain nombre d’agents, qui ne devraient pas avoir leur place
dans la police, acceptent d’obéir à certains ordres au mépris de tout
cadre déon­to­lo­gique, et mutilent sciem­ment des mani­fes­tants paci­fiques.   La justice devrait à ce sujet se montrer sévère, et l’on est en droit de
penser que la sépa­ra­tion des pouvoirs est plus que jamais mise à mal
dans ce pays et sous ce gouver­ne­ment.  
Dans ce contexte de dégra­da­tion mani­feste du climat social, il paraît
évident que des propos malheu­reux peuvent, et pour­ront encore surgir
ici ou là, sans pour autant empor­ter l’adhé­sion géné­rale.

Lors du dernier acte, un poli­cier m’a par exemple genti­ment
proposé de me crever l’œil qu’il me reste (Jérôme Rodrigues).   Par
consé­quent, nous condam­nons la manœuvre des poli­ti­ciens et des
médias qui se sont saisis des propos d’une petite poignée d’in­di­vi­dus
pour tenter de diabo­li­ser une fois encore les gilets jaunes.   Car
l’en­tre­prise n’est pas nouvelle, et toutes les pires lâche­tés auront été
mobi­li­sées en ce sens. On aurait bien aimé voir condam­ner, avec la
même véhé­mence, les propos de Luc Ferry lorsqu’il appe­lait à tirer
sur les mani­fes­tants. On aurait bien aimé voir condam­ner les
bavures à répé­ti­tion, ainsi que l’ex­tra­or­di­naire rétré­cis­se­ment des
liber­tés indi­vi­duelles auquel nous assis­tons. L’État assume en effet
une trajec­toire auto­ri­taire dans l’in­dif­fé­rence géné­rale des grands
médias, si prompts à s’émou­voir par ailleurs.
Nous n’al­lons pas tomber dans le piège qui nous est tendu. Nous savons que les poli­ciers et les gendarmes sont fati­gués, que les fortes chaleurs à venir seront éprou­vantes pour eux, et que leur hiérar­chie craint plus
que tout qu’ils frater­nisent avec leurs compa­triotes, unis dans le plus
formi­dable mouve­ment social qui soit apparu en France depuis plus de
cinquante ans.  
S’il souhaite réel­le­ment mettre un terme à cette situa­tion, nous invi­tons expres­sé­ment le président Macron à mettre en actions nos reven­di­ca­tions. Il les trou­vera par exemple dans les conclu­sions du Vrai
ébat.   Notre déter­mi­na­tion est intacte, et nous reste­rons mobi­li­sés
autant qu’il le faudra.  

Pris­cil­lia Ludosky, Laeti­tia Dewalle, Julie Castin, Élodie Crisias (95),
Faouzy Lellouche, Benoit Le Cam (Chartres), Maxime Nicolle,
Philippe Pascot, Natha­naël RAMPHFT (Lille), Éric Drouet, Juan Branco, François Boulo, Hakim Lowe, Maxime Souque (Le vrai débat),
Jérôme Rodrigues #Lafa­mille

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.