Aller au contenu

Des moyens révo­lu­tion­naires pour éviter la catas­trophe écolo­gique

Treize thèses très claires propo­sées par Michael Löwy sur les causes de la catas­trophe écolo­gique immi­nente et les moyens révo­lu­tion­naires de l’évi­ter. Elles ont été initia­le­ment publiées le 23 janvier sur Europe soli­daire sans fron­tières (ESSF) et Média­part.

I. La crise écolo­gique est déjà, et devien­dra encore plus dans les mois et années à venir, la ques­tion sociale et poli­tique la plus impor­tante du 21e siècle. L’ave­nir de la planète et donc de l’hu­ma­nité va se déci­der dans les prochaines décen­nies. Les calculs de certains scien­ti­fiques au sujet de scéna­rios pour l’an­née 2100 ne sont pas très utiles, pour deux raisons : a) scien­ti­fique : consi­dé­rant tous les effets rétro­ac­tifs impos­sibles à calcu­ler, il est très hasar­deux de faire des projec­tions d’un siècle ; b) poli­tique : à la fin du siècle nous tous, nos enfants et petits enfants seront partis, alors quel inté­rêt ?

II. La crise écolo­gique comporte plusieurs aspects, aux consé­quences dange­reuses, mais la ques­tion clima­tique est sans doute la menace la plus drama­tique. Comme nous explique le GIEC, si la tempé­ra­ture moyenne dépasse les 1,5° de plus par rapport à la période préin­dus­trielle, un proces­sus irré­ver­sible de chan­ge­ment clima­tique risque de s’en­clen­cher. Quelles en seraient les consé­quences ? Juste quelques exemples : la multi­pli­ca­tion des méga-incen­dies comme celui de l’Aus­tra­lie ; la dispa­ri­tion des rivières et la déser­ti­fi­ca­tion des terres ; la fonte et dislo­ca­tion des glaces polaires et l’élé­va­tion du niveau de la mer pouvant aller jusqu’à des dizaines de mètres : or, à deux mètres des vastes régions du Bangla­desh, de l’Inde et de la Thaï­lande, ainsi que les prin­ci­pales villes de la civi­li­sa­tion humaine – Hong Kong, Calcutta, Venise, Amster­dam, Shan­ghai, Londres, New York, Rio – seront dispa­rues sous la mer. Jusqu’où la tempé­ra­ture pourra-t-elle monter ? A partir de quelle tempé­ra­ture la vie humaine sur cette planète sera mena­cée ? Personne n’a de réponse à ces ques­tions….

Ce sont des risques de catas­trophe sans précé­dent dans l’his­toire humaine. Il faudrait reve­nir au Plio­cène, il y a quelques millions d’an­nées, pour trou­ver une condi­tion clima­tique analogue a celle qui pourra s’ins­tau­rer dans l’ave­nir du fait du chan­ge­ment clima­tique. La plupart des géologues estiment que nous sommes entrés dans une nouvelle ère géolo­gique, l’An­thro­po­cène, où les condi­tions de la planète ont été modi­fiées par l’ac­tion humaine. Quelle action ? Le chan­ge­ment clima­tique a commencé avec la Révo­lu­tion indus­trielle du 18e siècle, mais c’est après 1945, avec la globa­li­sa­tion néo-libé­rale, qu’il a effec­tué un saut quali­ta­tif. En d’autres termes, c’est la civi­li­sa­tion indus­trielle capi­ta­liste moderne qui est respon­sable de l’ac­cu­mu­la­tion de CO2 dans l’at­mo­sphère et donc du réchauf­fe­ment global.

III. La respon­sa­bi­lité du système capi­ta­liste dans la catas­trophe immi­nente est large­ment recon­nue. Le Pape François, dans l’Ency­clique Laudato Si, sans pronon­cer le mot « capi­ta­lisme », dénonçait un système de rela­tions commer­ciales et de propriété struc­tu­rel­le­ment pervers, exclu­si­ve­ment fondé sur « le prin­cipe de maxi­mi­sa­tion du profit », comme respon­sable à la fois de l’injus­tice sociale et de la destruc­tion de notre Maison commune, la Nature. Un mot d’ordre univer­sel­le­ment scandé dans les mani­fes­ta­tions écolo­giques partout dans le monde est : « Chan­geons le Système, pas le Climat ! ». L’at­ti­tude des prin­ci­paux repré­sen­tants de ce système, parti­sans du busi­ness as usual – milliar­daires, banquiers, « experts », oligarches, poli­ti­ciens – peut être résu­mée par la phrase attri­buée à Louis XIV : « Après moi, le déluge ».

IV. Le carac­tère systé­mique du problème est cruel­le­ment illus­tré par les compor­te­ments des gouver­ne­ments, tous (avec des raris­simes excep­tions) au service de l’ac­cu­mu­la­tion du capi­tal, des multi­na­tio­nales, de l’oli­gar­chie fossile, de la marchan­di­sa­tion géné­rale et du libre-échange. Certains – Donald Trump Jair Bolso­naro, Scott Morri­son (Austra­lie) – sont ouver­te­ment écocides et climato-néga­tion­nistes. Les autres, les « raison­nables », donnent le ton dans les réunions annuelles de la COP (Confé­rences des Parties ou Cirques Orga­ni­sés Pério­dique­ment ?) qui se carac­té­risent par une vague rhéto­rique « verte » et une totale iner­tie. La plus réus­sie a été la COP 21, à Paris, qui s’est soldé par de solen­nelles promesses de réduc­tions d’émis­sions par tous les gouver­ne­ments parti­ci­pants – non tenues, sauf par quelques îles du Paci­fique ; si elles avaient été tenues, calculent les scien­ti­fiques, la tempé­ra­ture pour­rait néan­moins monter jusqu’à 3,3° supplé­men­tai­res…

V. Le « capi­ta­lisme vert », les « marchés de droits d’émis­sions », les « méca­nismes de compen­sa­tion » et autres mani­pu­la­tions de la préten­due « écono­mie de marché soute­nable » se sont révé­lées parfai­te­ment inef­fi­caces. Pendant qu’on « verdit » à tour-de-bras, les émis­sions montent en flèche et la catas­trophe se rapproche à grands pas. Il n’y a pas de solu­tion à la crise écolo­gique dans le cadre du capi­ta­lisme, un système entiè­re­ment dévoué au produc­ti­visme, au consu­mé­risme, à la lutte féroce pour les « parts de marché », à l’ac­cu­mu­la­tion du capi­tal et à la maxi­mi­sa­tion des profits. Sa logique intrin­sèque­ment perverse conduit inévi­ta­ble­ment à la rupture des équi­libres écolo­giques et à la destruc­tion des ecosys­tèmes.

VII. Les seules alter­na­tives effec­tives, capables d’évi­ter la catas­trophe, sont des alter­na­tives radi­cales. « Radi­cal » veut dire s’at­taquant aux racines du mal. Si la racine c’est le système capi­ta­liste, il nous faut des alter­na­tives anti-systé­miques, c’est dire anti-capi­ta­listes – comme l’éco­so­cia­lisme, un socia­lisme écolo­gique à la hauteur des défis du 21è siècle. D’autres alter­na­tives radi­cales comme l’éco­fé­mi­nisme, l’éco­lo­gie sociale (Murray Book­chin), l’éco­lo­gie poli­tique d’An­dré Gorz ou la décrois­sance anti-capi­ta­liste ont beau­coup en commun avec l’éco­so­cia­lisme : des rapports d’in­fluence réci­proque se sont déve­lop­pés ces dernières années.

VIII. Qu’est-ce que le socia­lisme ? Pour beau­coup de marxistes, c’est la trans­for­ma­tion des rapports de produc­tion – par l’ap­pro­pria­tion collec­tive des moyens de produc­tion – pour permettre le libre déve­lop­pe­ment des forces produc­tives. L’éco­so­cia­lisme se réclame de Marx, mais rompt de façon expli­cite avec ce modèle produc­ti­viste. Certes, l’ap­pro­pria­tion collec­tive est indis­pen­sable, mais il faudrait aussi trans­for­mer radi­ca­le­ment les forces produc­tives elles-mêmes : a) en chan­geant leurs sources d’éner­gie (renou­ve­lables à la place de fossiles) ; b) en rédui­sant la consom­ma­tion globale d’éner­gie ; c) en rédui­sant (« décrois­sance ») la produc­tion des biens et en suppri­mant les acti­vi­tés inutiles (publi­cité) et les nuisibles (pesti­cides, armes de guerre) ; d) en mettant un terme à l’ob­so­les­cence program­mée. L’éco­so­cia­lisme implique aussi la trans­for­ma­tion des modèles de consom­ma­tion, des formes de trans­port, de l’ur­ba­nisme, du « mode de vie ». Bref, c’est beau­coup plus qu’une modi­fi­ca­tion des formes de propriété : il s’agit d’un chan­ge­ment civi­li­sa­tion­nel, fondé sur des valeurs de soli­da­rité, égali­berté, et respect pour la nature. La civi­li­sa­tion écoso­cia­liste rompt avec le produc­ti­visme et le consu­mé­risme pour privi­lé­gier la réduc­tion du temps de travail et, donc, l’ex­ten­sion du temps libre dédié à des acti­vi­tés sociales, poli­tiques, ludiques, artis­tiques, érotiques, etc, etc. Marx dési­gnait cet objec­tif par le terme « Règne de la liberté ».

IX. Pour accom­plir la tran­si­tion vers l’éco­so­cia­lisme il faut une plani­fi­ca­tion démo­cra­tique, orien­tée par deux critères : la satis­fac­tion des véri­tables besoins et le respect des équi­libres écolo­giques de la planète. C’est la popu­la­tion elle-même – une fois déba­ras­sée du matraquage publi­ci­taire et de l’ob­ses­sion consom­ma­trice fabriquée par le marché capi­ta­liste – qui déci­dera, démo­cra­tique­ment, quels sont les véri­tables besoins. L’eco­so­cia­lisme est un pari sur la ratio­na­lité démo­cra­tique des classes popu­laires.

X. Pour accom­plir le projet écoso­cia­liste des réformes partielles ne suffisent pas. Une véri­table révo­lu­tion sociale serait néces­saire. Comment défi­nir cette révo­lu­tion ? On pour­rait se réfé­rer à une note de Walter Benja­min, en marge de ses thèses Sur le concept d’his­toire (1940) : « Marx a dit que les révo­lu­tions sont la loco­mo­tive de l’his­toire mondiale. Peut-être que les choses se présentent autre­ment. Il se peut que les révo­lu­tions soient l’acte par lequel l’hu­ma­nité qui voyage dans le train tire les freins d’ur­gence ». Traduc­tion en termes du 21e siècle : nous sommes tous des passa­gers d’un train suicide, qui s’ap­pelle Civi­li­sa­tion Capi­ta­liste Indus­trielle Moderne. Ce train se rapproche, à une vitesse crois­sante, d’un abîme catas­tro­phique : le chan­ge­ment clima­tique. L’ac­tion révo­lu­tion­naire vise à l’ar­rê­ter – avant que ce ne soit trop tard.

XI. L’éco­so­cia­lisme est à la fois un projet d’ave­nir et une stra­té­gie pour le combat ici et main­te­nant. Il n’est pas ques­tion d’at­tendre que « les condi­tions soient mûres » : il faut susci­ter la conver­gence entre luttes sociales et luttes écolo­giques et se battre contre les initia­tives les plus destruc­tives des pouvoirs au service du capi­tal. C’est ce que Naomi Klein appe­lait Blocka­dia. C’est au sein de mobi­li­sa­tions de ce type que pourra émer­ger, dans les luttes, la conscience anti-capi­ta­liste et l’in­té­rêt pour l’eco­so­cia­lisme. Des propo­si­tions comme le Green New Deal font partie de ce combat, dans leurs formes radi­cales, qui exigent l’aban­don effec­tif des éner­gies fossiles – mais non dans celles qui se limitent a recy­cler le « capi­ta­lisme vert ».

XII. Quel est le sujet de ce combat ? Le dogma­tisme ouvrie­riste/indus­tria­liste du siècle passé n’est plus actuel. Les forces qui aujourd’­hui se trouvent en première ligne de l’af­fron­te­ment sont les jeunes, les femmes, les indi­gènes, les paysans. Les femmes sont très présentes dans le formi­dable soulè­ve­ment de la jeunesse lancé par l’ap­pel de Greta Thun­berg. – une des grandes sources d’es­poir pour l’ave­nir. Comme nous l’ex­pliquent les écofé­mi­nistes, cette parti­ci­pa­tion massive des femmes aux mobi­li­sa­tions résulte du fait qu’elles sont les premières victimes des dégâts écolo­giques du système. Les syndi­cats commencent, ici ou là, à s’en­ga­ger aussi. C’est impor­tant, car, en dernière analyse, on ne pourra pas battre le système sans la parti­ci­pa­tion active des travailleurs des villes et des campagnes, qui consti­tuent la majo­rité de la popu­la­tion. La première condi­tion c’est, dans chaque mouve­ment, asso­cier les objec­tifs écolo­giques (ferme­ture de mines de char­bon ou de puits de pétrole, ou de centrales ther­miques, etc.) avec la garan­tie de l’em­ploi des travailleurs concer­nés.

XIII. Avons-nous des chances de gagner cette bataille avant qu’il ne soit trop tard ? Contrai­re­ment aux préten­dus « collap­so­logues », qui proclament, à cor et à cri, que la catas­trophe est inévi­table et que toute résis­tance est inutile, nous croyons que l’ave­nir reste ouvert. Il n’y a aucune garan­tie que cet avenir sera écoso­cia­liste : c’est l’objet d’un pari au sens pasca­lien, dans lequel on engage toutes ses forces, dans un « travail pour l’in­cer­tain ». Mais, comme le disait, avec une grande et simple sagesse, Bertolt Brecht : « Celui qui lutte peut perdre. Celui qui ne lutte pas a déjà perdu. »

Michael Löwy

Texte publié sous licence Crea­tive commons BY-NC-ND.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.