Aller au contenu

Deuxième jour après l’as­saut des gendarmes contre Notre dame des Landes. Deux réac­tions de là-bas

Au deuxième jour de l’in­ter­ven­tion mili­taire sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, une évidence s’im­pose : ce n’est pas seule­ment évacuer la ZAD que veut le gouver­ne­ment mais c’est aussi briser celles et ceux qui, depuis des années, ont choisi de lier leurs vies au refus de la destruc­tion du bocage et des zones humides de Notre-Dame-des-Landes.

En détrui­sant par la force des dizaines de lieux de vie et de nombreuses parcelles culti­vées, en bles­sant et muti­lant des dizaines de personnes qui s’op­posent à cette poli­tique de la terre brûlée, le gouver­ne­ment sait très bien qu’il ment en reniant ses propres enga­ge­ments anté­rieurs de modé­ra­tion et de dialogue. Et c’est bien déli­bé­ré­ment qu’il choi­sit cette poli­tique à très courte-vue de la terre brûlée, escomp­tant en faire un exemple pour toutes celles et ceux qui aujourd’­hui se lèvent contre sa poli­tique.

Par la seule volonté de Macron et de son gouver­ne­ment, la ZAD est aujourd’­hui le champ d’af­fron­te­ments aussi inutiles qu’ils sont violents.

Ensemble ! 44 soutient toutes celles et tous ceux qui tentent de s’op­po­ser à ces destruc­tions insup­por­tables et se mobi­lisent pour défendre la ZAD.

Avant que ne se produise l’ir­ré­pa­rable, Ensemble ! 44 appelle la Préfète de Loire-Atlan­tique à suspendre sine die l’ac­tuelle opéra­tion mili­taire.

Contre le Président des riches et son gouver­ne­ment de menteurs, Ensemble ! 44 appelle à la coor­di­na­tion des résis­tances et des luttes.

Mardi 10 avril, 14h30.

Ensemble!44,

Confé­rence de presse tenue cette après-midi à 14h par une tren­taine de personnes repré­sen­tant les diverses acti­vi­tés agri­coles,para-agri­coles, arti­sa­nales et cultu­relles sur la ZAD.

// Commu­niqué – décla­ra­tion des porteurs d’ac­ti­vi­tés agri­coles et autres
de la zad face aux expul­sions en cours

Aujourd’­hui, à la Rolan­dière, nous étions une tren­taine de personnes repré­sen­tant les diverses acti­vi­tés agri­coles, para­gri­coles, arti­sa­nales et cultu­relles sur la ZAD. Nous avons porté un message collec­tif pour répondre aux contre-véri­tés répan­dues depuis hier par ceux qui nous expulsent. Nous avons des projets extrê­me­ment divers dans leurs formes mais nous sommes abso­lu­ment soli­daires, d’au­tant plus quand la préfec­ture essaie de nous divi­ser par des chan­tages à la destruc­tion de
nos acti­vi­tés et lieux de vie.

Hier, la ferme des cents noms a été détruite. Ce matin encore, les gendarmes cher­chaient à s’at­taquer au grand pota­ger collec­tif des Rouge et Noir et au jardin de plantes médi­ci­nales qui le jouxte. Aujourd’­hui toutes les acti­vi­tés et les habi­ta­tions de la zone sont mena­cées. Le gouver­ne­ment a fait le choix d’in­ter­rompre le dialogue, de mili­ta­ri­ser
la zone, de venir détruire avec des trac­to­pelles, des blin­dés et des milliers de gendarmes mobiles l’es­poir qui a été semé sur les terres de Notre-Dame-des-Landes.

Pour­tant, depuis plusieurs semaines, un proces­sus de dialogue et de négo­cia­tion avait été engagé par l’in­ter­mé­diaire d’une délé­ga­tion commune du mouve­ment. Celle-ci avait affirmé aux pouvoirs publics notre volonté d’en­ga­ger un proces­sus de mise en confor­mité et de régu­la­ri­sa­tion de nos acti­vi­tés et habi­tats sur la zone. Elle avait engagé un certain nombre de démarches en ce sens.

Suite au rendez-vous de la délé­ga­tion commune avec Lecornu, une demande de rendez-vous collec­tif a été envoyée au Direc­teur de la Mutua­lité Sociale Agri­cole de Loire Atlan­tique. Une copie de ce recom­man­dée a été adres­sée bien enten­due à Nicole Klein. Ironie du sort, cette lettre au nom de l’as­so­cia­tion pour un avenir commun dans le bocage était co-signée par un jeune paysan-éleveur des cent noms. Contrai­re­ment à ce qu’a prétendu hier la préfec­ture pour justi­fier la destruc­tion, celui-ci avait une acti­vité décla­rée sur le trou­peau !

Puis,le 28 mars dernier, lors de la dernière rencontre de la délé­ga­tion commune avec la DDTM, le mouve­ment avait exigé un nouveau rendez-vous au plus vite – avant l’in­ter­ven­tion annon­cée. A l’ordre du jour : soumettre à examen et à discus­sion une propo­si­tion de Conven­tion d’Oc­cu­pa­tion Précaire collec­tive, présen­ter le travail en cours sur la consti­tu­tion d’une coopé­ra­tive d’ac­ti­vi­tés rassem­blant à la fois des exploi­tants indi­vi­duels et des acti­vi­tés collec­tives, des acti­vi­tés implan­tées de longue date et d’autres qui ont germé des possi­bi­li­tés offertes par l’aban­don du projet.

Ces dernières semaines, un certains nombre de projets d’ac­ti­vi­tés qui ne dispo­saient pas d’exis­tence légale, ont consti­tué des asso­cia­tions loi 1901. Toutes les acti­vi­tés sont imbriquées et inter-dépen­dantes, tant sur le plan agro­no­mique (rota­tion des parcelles) que sur celui de la mise en commun d’ou­tils, de l’en­traide et des chan­tiers collec­tifs.

Durant toutes ces rencontres, la délé­ga­tion commune a exigé du temps pour permettre un dialogue serein. Le gouver­ne­ment, avec cette opéra­tion mili­taire, est dans une stra­té­gie de tri, de chan­tage et de nettoyage de la zone que nous refu­sons. Dans le contexte d’une telle inter­ven­tion, il est impen­sable de signer des Conven­tions indi­vi­duelles, alors que des lieux peuvent être détruits à tout moment. La préfec­ture ment quand elle prétend que des démarches soli­taires auraient été enta­mées en ce sens.
Personne ne l’avait fait car l’en­semble des projets agri­coles, para­gri­coles et arti­sa­naux de la zad avaient décidé de défendre l’hy­po­thèse d’une conven­tion collec­tive.

Pour que le dialogue reprenne, il faut que les expul­sions cessent. Si la préfec­ture s’en­ferme dans une logique de répres­sion nous devrons conti­nuer à résis­ter pour défendre les diffé­rents lieux de vie de la ZAD. Nous nous savons épau­lés depuis hier par un nombre crois­sant de personnes et d’or­ga­ni­sa­tions de toute sorte. Nous appe­lons dès à présent tous nos soutiens à nous rejoindre pour un pique nique à 13h demain mercredi 11 avril sur le camps des cheveux blancs, entre les fosses noires et les vraies rouges, sur la zad.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *