Aller au contenu

Drones, sécu­rité et sûreté des INB.

Lettre ouverte à Monsieur le président de l’ ANCCLI, à Monsieur le ministre de la défense

La campagne récente de survols des INB* par des drones en France démontre la vulné­ra­bi­lité de nos instal­la­tions nucléaires à ceux qui n’ en avaient pas déjà conscience: non seule­ment le survol des instal­la­tions est possible, mais aucune mesure de préven­tion n’ a pu l’ empê­cher. Malgré tous les moyens et les efforts déployés, les pilotes sont restés incon­nus donc impu­nis.

 

L’ ANCCLI* a adressé, le 24 novembre 2014, une demande d’ infor­ma­tion au minis­tère de la défense, accom­pa­gnée d’une demande de réunion pour échan­ger et travailler en syner­gie avec les orga­nismes concer­nés par ce problème.

 

Le Minis­tère a fait 10 décembre une réponse dila­toire qui ne donne satis­fac­tion à aucune des deux demandes de l’ ANCCLI.

 

A son tour, cet échange de cour­riers démontre l’im­puis­sance des auto­ri­tés face à ce problème qui demeure inso­luble.

 

civauxIl est évident que le niveau de sécu­ri­té* est lié à celui de la sûre­té* de nos INB. Autre­ment dit, on peut craindre qu’ une agres­sion exté­rieure ne soit capable de provoquer un acci­dent nucléaire grave, voir majeur, dans un CNPE*.

 

Mais d’ où vient le réel danger : des drones ou des réac­teurs nucléaires ?

 

Il existe des drones de toutes les tailles, du simple jouet pour enfant à l’arme char­gée de missiles.

 

Les drones utili­sés pour les survols de zones inter­dites n’ ont présenté aucun danger, alors pourquoi les stig­ma­ti­ser? Pour masquer le danger que repré­sente les réac­teurs nucléaires?

 

Là se situe le véri­table danger: une attaque terro­riste pour­rait détruire les défenses des CNPE qui n’ ont été dimen­sion­nés que pour parer des acci­dents tech­no­lo­giques. Une telle attaque pour­rait avoir pour consé­quence un acci­dent nucléaire majeur. Le tort des drones est de leur montrer le chemin.

 

Dans le contexte actuel de risque terro­riste, nos 58 réac­teurs en fonc­tion­ne­ment sont deve­nus autant de talons d’ Achille dans notre défense natio­nale. Du point de vue stra­té­gique, la France est deve­nue indé­fen­dable en raison de la vulné­ra­bi­lité de ses centrales. Aucune de nos nombreuses bombes atomiques en pourra jamais empê­cher une attaque sur l’une d’ elles.

 

L’état va « prendre les mesures qui s’ impo­sent… » : pour­rait-il trans­for­mer nos 19 sites nucléaires civils en forte­resses, avec DCA, radars anti-missiles et anti-drones, avia­tion de chas­se…?

 

L’ ANCCLI égale­ment a raison de consi­dé­rer que « …on ne peut lais­ser gran­dir les inquié­tudes de toute une popu­la­tion qui vit, ne l’ oublions pas,sur un terri­toire où sont implan­tés 58 réac­teurs nucléaires. »
Mais suffira-t-il d’in­for­mer et de rassu­rer pour rendre nul le risque nucléaire ?

 

Ce risque, avéré depuis Tcher­no­byl et Fuku­shima, est inhé­rent au fonc­tion­ne­ment des réac­teurs. Ces quatre explo­sions de réac­teurs repré­sentent une occur­rence de presque 1% sur le parc mondial, ( sans comp­ter les acci­dents de piscine de stockage à Mayak et à Wind­scale). On est bien loin des calculs de proba­bi­lité très opti­mistes qui avaient été avan­cés.

 

Les seuls réac­teurs sûrs qui existent dans le monde sont ceux qui n’ont jamais été mis en service, il y en a 5. Le rêve d’une société en paix et béné­fi­ciant d’une éner­gie propre illi­mi­tée est deve­nue le cauche­mar des gendarmes et des ingé­nieurs.

 

Sûreté et sécu­rité des CNPE ne seront assu­rées qu’ à leur ferme­ture.

 

Jacques Terra­cher

 

Petit lexique du nucléaire :
ANCCLI : asso­cia­tion natio­nale des CLI (commis­sion locale d’in­for­ma­tion).
Sûreté : la préven­tion des acci­dents, assu­rée par les ingé­nieurs.
Sécu­rité : la préven­tion des atten­tats, assu­rée par les gendarmes et l’ar­mée.
INB : instal­la­tion nucléaire de base (centrales, usines, sous-marins …nucléaires)
CNPE : centrale nucléaire de produc­tion d’ élec­tri­cité.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.