Aller au contenu

En Biélo­rus­sie, des chemi­nots contre la guerre

[Ils] bloquent les appro­vi­sion­ne­ments de l’ar­mée russe

En Biélo­rus­sie, des chemi­nots marquent leur oppo­si­tion à la guerre et leur soutien aux ukrai­niens en sabo­tant les chemins de fer. C’est un premier pas à suivre pour que la classe ouvrière mette fin à cette guerre meur­trière.

https://www.revo­lu­tion­per­ma­nente.fr/Bielo­rus­sie-des-chemi­nots-anti-guerres-bloquent-les-appro­vi­sion­ne­ments-de-l-armee-russe

https://www.info­li­ber­taire.net/bielo­rus­sie-succes-dans-la-guerre-du-rail/

Libé­ra­tion explique que les liai­sons ferro­viaires entre l’Ukraine et la Biélo­rus­sie auraient été coupées, Samedi 19 Mars 2022. L’ar­ticle précise que « selon Bypol, une orga­ni­sa­tion qui regroupe d’an­ciens membres des forces de sécu­rité passés à l’op­po­si­tion, le réseau s’at­taque en prio­rité aux équi­pe­ments de signa­li­sa­tion et d’au­to­ma­ti­sa­tion des voies, faciles à endom­ma­ger et coûteux à rempla­cer ». Les armoires de commandes seraient donc les prin­ci­pales cibles de ces actes de boycott contre la guerre.

Cette mobi­li­sa­tion fait écho au commu­niqué du congrès des syndi­cats démo­cra­tiques de Biélo­rus­sie (BKDP) publié au début de la guerre qui assu­rait notam­ment que « nous voulons vous assu­rer, chers ukrai­niens, que la grande majo­rité des biélo­russes, y compris les travailleurs, condamnent les actions impru­dentes du régime biélo­russe actuel qui tolère l’agres­sion russe contre l’Ukraine. Nous exigeons une cessa­tion immé­diate des hosti­li­tés et le retrait des troupes russes d’Ukraine et de Biélo­rus­sie ».

Des chemi­nots ont fait état auprès de Libé­ra­tion de la forte répres­sion suite aux actions. Huit personnes ont été arrê­tées et accu­sées d’ap­par­te­nir au réseau de sabo­tage, tandis qu’une enquête est ouverte depuis des semaines pour des actes de terro­risme en bande orga­ni­sée. Cette répres­sion n’est pas surpre­nante quand on sait que, en 2020 et en 2021, alors que le pays connais­sait des mois de mani­fes­ta­tions et une grève géné­rale contre le régime auto­ri­taire du président Alexandre Louka­chenko, la répres­sion avait été terrible. Il y avait notam­ment eu des milliers d’ar­res­ta­tions avec des allé­ga­tions de mauvais trai­te­ments et de tortures et il y avait eu plusieurs morts.

Les actions coura­geuses des chemi­nots biélo­russes montrent que la résis­tance contre Alexandre Louka­chenko et Vladi­mir Poutine se pour­suit. Elles tracent égale­ment un hori­zon plus concret d’une lutte contre la guerre par en bas et elles sont de puis­sants rappels que les travailleurs ont les outils en mains pour arrê­ter la machine de guerre. En effet la Biélo­rus­sie est un pays allié de la Russie et joue en l’oc­cur­rence un rôle clef dans le conflit, comme zone de tran­sit pour le maté­riel mili­taire notam­ment. Les actions de sabo­tage menées par les chemi­nots para­lysent l’ache­mi­ne­ment du maté­riel et plus large­ment elles obligent les troupes russes à se montrer discrètes et à dissi­mu­ler les armes sous couver­ture civile. Le courage des chemi­nots biélo­russes, en refu­sant les velléi­tés belliqueuses de la Russie et en affron­tant la répres­sion de leur propre gouver­ne­ment, est un premier pas pour que la classe ouvrière russe, biélo­russe et ukrai­nienne, frater­nise et lutte de concert pour la paix, par la grève et la multi­pli­ca­tion des actions de sabo­tages.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.