Aller au contenu

EN DEFENSE DES LIBERTES

A l’ap­pel des groupes parle­men­taires de France Insou­mise, une réunion a été propo­sée à tous les partis et toutes les orga­ni­sa­tions poli­tiques de gauche et écolo­giques pour exami­ner, ensemble, les condi­tions d’une expres­sion commune voir d’ini­tia­tives. Tout en regret­tant le refus de plusieurs partis de s’as­so­cier à cette réunion unitaire et pour d’autres de s’as­so­cier à une décla­ra­tion commune, un certain nombre d’or­ga­ni­sa­tions présentes, jugeant essen­tiel de s’op­po­ser en commun à la dérive de l’exé­cu­tif, ont tenu à aller jusqu’au bout de la démarche. Voici leur décla­ra­tion. 

La chasse aux sorcières annon­cée par la ministre de l’En­sei­gne­ment supé­rieur de la Recherche et de l’In­no­va­tion à l’en­contre des ensei­gnant-e-s, cher­cheuse-re-s, étudiant-e-s qui « gangrè­ne­raient » l’uni­ver­sité par leur islamo-gauchisme marque un cran de plus dans la dérive droi­tière, auto­ri­taire, et liber­ti­cide du gouver­ne­ment et sa complai­sance à l’égard des propa­gandes racistes. Les accu­sa­tions infon­dées de la Ministre ont déclen­ché des réac­tions d’am­pleur dans le monde de l’uni­ver­sité et de la recherche, en France et à l’étran­ger. Après tant d’autres, ce sont doré­na­vant les liber­tés acadé­miques qui sont mises en cause au nom d’une chimère inven­tée par l’ul­tra-droite. 

Ensemble, nous disons que l’in­sup­por­table est atteint. Emma­nuel Macron et son gouver­ne­ment se placent ainsi dans les pas de Donald Trump qui, en juillet dernier, s’en prenait à l’en­sei­gne­ment « anti­pa­trio­tique de l’his­toire améri­caine » dans les univer­si­tés. Toujours plus libé­ral et auto­ri­taire, le régime accu­mule les mesures liber­ti­cides, que ce soit par la répres­sion et la crimi­na­li­sa­tion des mobi­li­sa­tions sociales, la situa­tion d’Etat d’ur­gence perma­nent, ou encore la loi sécu­rité globale. Ces mesures empruntent en partie au Rassem­ble­ment natio­nal et ses thèmes iden­ti­taires, notam­ment à travers la loi « sépa­ra­tisme » et la stig­ma­ti­sa­tion des musul­mans, qui distil­lent le venin du racisme. Au lieu de le combattre, elles ne font que favo­ri­ser sa progres­sion, renfor­cer les divi­sions dans la société, et donc le risque majeur de son arri­vée au pouvoir. 

Chacun sépa­ré­ment nous nous oppo­sons à cette poli­tique. Il est temps de nous rassem­bler, au delà des clivages parti­sans, pour dire de notre refus de cette poli­tique qui nous prive chaque jour davan­tage de nos liber­tés. Nous voulons aussi le faire ensemble, afin d’œu­vrer à la mobi­li­sa­tion citoyenne la plus large possible pour la levée de toutes les mesures liber­ti­cides et discri­mi­na­toires.

Ensemble, nous soutien­drons et nous propo­se­rons des initia­tives en faveur des liber­tés publiques et contre les discri­mi­na­tions dans les mois à venir. 

Ensemble, nous affir­mons notre soutien aux collec­tifs et asso­cia­tions qui militent avec constance dans ce domaine. Ce glis­se­ment de l’exé­cu­tif inter­roge bien au delà de nos orga­ni­sa­tions et suscite large­ment une réac­tion de tous ceux qui sont atta­chés aux liber­tés indi­vi­duelles et publiques. 

Ensemble, nous commençons donc par affir­mer notre soutien aux mobi­li­sa­tions annon­cées par la coor­di­na­tion contre la loi sécu­rité globale  

–    Le 16 mars au moment du passage de cette loi devant le Sénat 

–    Le 20 mars en rejoi­gnant la marche contre les violences poli­cières appe­lée par les collec­tifs de familles des victimes 

Ensemble, nous affir­mons la néces­sité d’une grande initia­tive de rue pour les Liber­tés, reven­di­ca­tive et festive au prin­temps. Elle devrait être la plus large possible, réunis­sant citoyen-ne-s, asso­cia­tions, syndi­cats, collec­tifs en lutte, partis, artistes, teufeurs. A cette fin, nous préfé­re­rions que la respon­sa­bi­lité de cet appel soit prise par l’ac­tuelle coor­di­na­tion réunis­sant les asso­cia­tions, syndi­cats et collec­tifs oeuvrant à la défense des droits de l’homme ni et des liber­tés publiques. Nous prenons dans les jours à venir des contacts avec ces orga­ni­sa­tions afin d’at­teindre cet objec­tif.

A Paris, le 13 mars 

Signa­taires :
France Insou­mise, GDS, Géné­ra­tion.s, ENSEMBLE!, PEPS, NPA, PCOF, PG, POI, UCL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.