Aller au contenu

Spec­tacle : soutien aux occu­pa­tions

Commu­niqué d’En­semble!

DE LA RÉOUVERTURE  DES LIEUX CULTURELS A  L’ASSURANCE CHÔMAGE !

Devant le refus répété de négo­cier la réou­ver­ture  des lieux cultu­rels, à force de se sentir non-essen­tiels, les person­nels-, artistes, tech­ni­ciens, direc­teurs….ont décidé d’oc­cu­per ces lieux. Le mouve­ment initié à l’Odéon le 4 mars a fait tache d’huile. Depuis le week-end dernier, il s’est étendu à tout le terri­toire en métro­pole mais aussi à Saint Denis de la Réunion et à tous types de salles.

Comme le reven­dique la CGT, il s’agit d’ob­te­nir « des pers­pec­tives claires de réou­ver­ture des lieux cultu­rels et vie sociale », ainsi qu’ « un enga­ge­ment sans tarder sur la prolon­ga­tion de l’an­née blanche (…) pour tous les inter­mit­tents du spec­tacle et son élar­gis­se­ment à toutes les travailleuses et travailleurs précaires ».

Toutes celles et ceux qui occupent ces lieux, soutenu-e-s par des syndi­cats, des asso­cia­tions, le public  reven­diquent la réou­ver­ture des lieux de culture dans le respect des consignes sani­taires avec un calen­drier précis. Des expé­riences ont déjà eu lieu montrant que c’était possible! La culture n’est pas un supplé­ment d’âme, comme semblent souvent le consi­dé­rer les poli­tiques, en dehors des périodes élec­to­rales, elle n’est pas non plus « diver­tis­se­ment » mais est indis­pen­sable au fonc­tion­ne­ment même de toute la société.

Beau­coup des person­nels qui vivent de la culture sont des inter­mit­tent-e-s, il est indis­pen­sable que l’ »année blanche » -prolon­ga­tion des droits à indem­ni­sa­tion-accor­dée pour cette année soit prolon­gée. Il s’agit d’une mesure sociale élémen­taire. Les inter­mit­tent-e-s du spec­tacle demandent  que cette année blanche puisse exis­ter pour tous les inter­mit­tent-es- de l’em­ploi.

De plus, ces person­nels exigent le retrait de la réforme de l’as­su­rance chômage, qui va encore fragi­li­ser les précaires, en rédui­sant les allo­ca­tions et en péna­li­sant les chômeurs-ses.

Les occu­pant-e-s entendent ainsi accé­lé­rer les liens entre les diffé­rents combats en invi­tant toutes celles et ceux à parti­ci­per, redon­nant à ces lieux leur fonc­tion d’agora. Cette lutte est exem­plaire de la volonté de redon­ner vie à la société. Elle doit être soute­nue parce qu’il s’agit de la défense de droits de travailleurs et travailleuses en terrible diffi­cul­tés. Mais aussi parce que le droit à la culture, aux loisirs est essen­tiel pour toute la popu­la­tion.

C’est pourquoi ENSEMBLE, Mouve­ment pour une Alter­na­tive de gauche Sociale et Ecolo­gique, appelle toutes les orga­ni­sa­tions poli­tiques de gauche et écolo­gistes à soute­nir en commun le mouve­ment des travailleur/ses du spec­tacle et à parti­ci­per à leurs initia­tives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.