Aller au contenu

Ensemble! insou­mis. Quelques articles

Les dernières livrai­sons du site « réflexions-échanges insou­mis »

Problèmes d’af­fi­chage ? Affi­chez cette news­let­ter dans votre navi­ga­teur.

Hési­ta­tions vacci­nales et révoltes anti­co­lo­niales en outre-mer
Pep la ja chwézi ? « Il est temps d’en finir avec une approche qu’on pour­rait quali­fier de colo­niale », Jean Luc Mélen­chon a mis les pieds dans le plat ce mercredi 12 janvier pour dénon­cer la gestion de la crise en Guade­loupe et en Marti­nique. Depuis plusieurs jours en effet, avec la pers­pec­tive de la suspen­sion des non-vacciné.es, la situa­tion se tend, …Lire la suite.

L’en­do­mé­triose : recon­naître l’en­fer au quoti­dien
« C’est dans ta tête », « c’est normal d’avoir mal pendant ses règles », « tu es tout le temps fati­guée », « tu as pensé à aller voir un psy ? », « tu devrais chan­ger de parte­naire si tu as mal pendant les rapports », « tu es une chochotte »… Ces phrases, de très nombreuses femmes les entendent au quoti­dien lorsqu’elles expriment leurs douleurs liées à une mala­die trop mécon­nue …Lire la suite.

Une impasse nommée « primaire de toute la gauche »
L’élec­tion prési­den­tielle française est pola­ri­sée par les thèmes de « guerre cultu­relle » portés par l’ex­trême-droite mais aussi Emma­nuel Macron, avec le soutien direct (par exemple le milliar­daire Vincent Bolloré) ou indi­rect d’une grande partie des capi­ta­listes français. La situa­tion est donc très périlleuse avec l’hy­po­thèse d’un second tour entre le porteur d’un néo-libé­ra­lisme aux relents conser­va­teurs face à un …Lire la suite.

Mon école va craquer !
Alors que la vague Omicron est au plus haut, le nouveau proto­cole sani­taire dans les écoles provoque la colère des person­nels. À l’ini­tia­tive du SNUipp-FSU, rejoint par le Se-Unsa, le Snudi FO, le Snes Fsu, le Snalc, Sud éduca­tion, la CGT éduca­tion, les ensei­gnant-es sont appellé-es à la grève le 13 janvier. Le SNUipp-FSU Paris annonce plus de 75 % de …Lire la suite.

Macron, le mépris décom­plexé du peuple
Avançant sa candi­da­ture à la prési­den­tielle, Emma­nuel Macron a choisi la bruta­lité. Avec un terme de langage parti­cu­liè­re­ment fami­lier, “emmer­der”, le Président espère peut-être se rappro­cher d’un peuple qu’il se repré­sente comme vulgaire. Ce qui est sûr, c’est qu’il creuse le sillon de son mépris chaque jour plus décom­plexé vis-à-vis des caté­go­ries popu­laires. D’une certaine manière, Macron a tombé le masque. Les mots …Lire la suite.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.