Aller au contenu

Ensemble insou­mis et les débats de France insou­mise.

Contri­bu­tion aux débats de l’As­sem­blée repré­sen­ta­tive de la France Insou­mise (juin 2020)

La crise du Covid-19 a été un révé­la­teur des impasses du capi­ta­lisme libé­ral. En France, nous avons assisté à la faillite du gouver­ne­ment Macron à prendre les mesures sociales, sani­taires et écono­miques qui s’im­po­saient, bloqués par leur idéo­lo­gie néoli­bé­rale et préfé­rant se conten­ter de discours creux plutôt que d’actes concrets. Une deuxième phase de la crise arrive, celle d’une accen­tua­tion de la crise écono­mique avec à la clé des plans de licen­cie­ments massifs, sans évoquer les risques poten­tiels de rebonds de l’épi­dé­mie. Pour masquer son inca­pa­cité à répondre à la crise et combler la crise profonde de la macro­nie, Macron répond par une fuite en avant auto­ri­taire  se posant en nouveau cham­pion de la droite. Les mobi­li­sa­tions actuelles dans la police, où l’in­fluence de l’ex­trême droite s’ac­cen­tue de manière inquié­tante, et l’aban­don éclair du gouver­ne­ment à y impo­ser la moindre réforme même symbo­lique doit nous aler­ter sur les dangers de la période.

Heureu­se­ment, face au projet de Macron allié à la droite et au patro­nat d’or­ga­ni­ser la régres­sion démo­cra­tique et sociale, les résis­tances émergent. Les mani­fes­ta­tions mondiales contre les violences et le racisme dans la police, essen­tiel­le­ment portée par la jeunesse, s’ins­crivent dans un cycle  global comme en témoignent aussi les mobi­li­sa­tions pour le climat . Nous devons soute­nir et être partie prenante de toutes les luttes sociales et popu­laires qui s’an­noncent dans les prochains mois :  pour la Santé, contre le racisme et les violences poli­cières,  contre les plans sociaux, mobi­li­sa­tions fémi­nistes ou pour le climat. Certes ces luttes ne convergent pas pour le moment, mais à la sortie du confi­ne­ment et en butte aux inter­dic­tions et à la répres­sion poli­cière, elles sont promet­teuses. Le projet de Macron de remettre sur la table la réforme des retraites est tout bonne­ment scan­da­leux et néces­si­tera une réponse à la hauteur des enjeux s’il ose cette provo­ca­tion. L’une des prio­ri­tés majeures de la période est de construire un front le plus large possible pour résis­ter et faire barrage à cette régres­sion accé­lé­rée et orga­ni­sée. La multi­pli­ca­tion des plans sociaux à la rentrée va poser des problèmes compliqués – comment lier les ques­tions de  défense de l’em­ploi, de remise en cause des produc­tions inutiles, quelle recon­ver­sion pour des secteurs indus­triels (aéro­nau­tique, auto­mo­bile,…), comment trai­ter des ques­tions de tran­si­tion écolo­gique, du numé­rique dans ce contexte, la FI doit être partie prenante de tous ces débats, confron­ta­tions avec son programme l’Ave­nir en Commun qu’il convien­dra d’en­ri­chir sur ces ques­tions nouvelles.

Si ces luttes sont cruciales dans la construc­tion d’une alter­na­tive poli­tique contre le duopole complice entre Macron et Le Pen, l’al­ter­na­tive n’en émerge pas pour autant auto­ma­tique­ment. C’est de ce point de vue qu’il faut souli­gner l’évé­ne­ment consi­dé­rable que consti­tue la mise en place par le collec­tif de syndi­cats et d’as­so­cia­tions « Plus jamais ça » d’un programme d’ur­gence dont la matrice marque la rupture avec le néoli­bé­ra­lisme et le produc­ti­visme. Il consti­tue une base solide pour abor­der la situa­tion sociale et poli­tique qui s’an­nonce et travailler à la construc­tion d’un front social et poli­tique, d’une fédé­ra­tion popu­laire comme l’avait proposé la FI durant le mouve­ment des Gilets Jaunes, aux côtés duquel du local au natio­nal la FI doit plei­ne­ment s’en­ga­ger pour répondre aux défis posés par la période.

La conver­gence des forces de gauche anti-libé­rales et anti-produc­ti­vistes, rassem­blant les forces poli­tiques, syndi­cales et asso­cia­tives, sur un programme de trans­for­ma­tion en profon­deur de la société nous semble néces­saire pour contrer la fuite en avant des néoli­bé­raux et le danger que repré­sente l’ar­ri­vée au pouvoir du Rassem­ble­ment Natio­nal. Nous n’ac­cep­te­rons pas une union de la gauche nouvelle géné­ra­tion où le fond est mis de côté. Il est essen­tiel de partir du programme pour construire cette conver­gence qui doit se faire sur un contenu radi­cal seul à même de répondre à l’exas­pé­ra­tion sociale et de permettre le rassem­ble­ment social néces­saire pour s’im­po­ser en 2022.

C’est pourquoi nous propo­sons que la FI engage les discus­sions avec les forces soute­nant le programme d’ur­gence du collec­tif « Plus jamais ça » afin de construire ce rassem­ble­ment « rouge et vert ». Le programme l’Ave­nir en Commun est bien entendu un outil indis­pen­sable et perti­nent à propo­ser et défendre lors de ces échanges.
C’est en  s’ins­pi­rant notam­ment de la démarche du collec­tif Archi­pel Citoyen aux élec­tions muni­ci­pales de Toulouse, en l’élar­gis­sant si possible à d’autres forces oppo­sées au néoli­bé­ra­lisme et au produc­ti­visme que la FI doit abor­der les élec­tions régio­nales. Elle doit prendre l’ini­tia­tive pour propo­ser aux forces sociales et de l’éco­lo­gie un rassem­ble­ment portant un projet alter­na­tif pour les régio­nales, un projet de rupture répon­dant à l’ur­gence sociale, écolo­gique et démo­cra­tique. Il ne s’agit pas de rassem­bler unique­ment mouve­ments et forces poli­tiques mais aussi tous ceux et celles parmi nos conci­toyen.ne.s qui se battent pour résis­ter aux poli­tiques libé­rales et souhaitent ouvrir une pers­pec­tive de rupture avec celles-ci. Une telle pers­pec­tive suppose bien évide­ment une démarche plura­liste, sans hégé­mo­nie d’une force par rapport aux autres  dans les compo­si­tion des listes et le choix des têtes de liste. Les élec­tions régio­nales doivent être une première étape dans la construc­tion de ce rassem­ble­ment dont l’objec­tif est de l’em­por­ter aux élec­tions prési­den­tielles et légis­la­tives de 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.