Aller au contenu

Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points

Lettre à mon ministre en 31 points.

https://blogs.media­part.fr/samy-johsua/blog/150122/lettre-ouverte-jean-michel-blanquer-en-31-points

Emma­nuelle JOHSUA (Profes­seur en lycée profes­sion­nel. Marseille)

Monsieur, le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs…  ». En tant que triple vacci­née, et donc faisant encore partie des citoyen.nes selon votre président, mais conta­mi­née en milieu profes­sion­nel et donc ampli­fiant le taux d’ab­sen­téisme selon vos critères,  je note une volonté commu­ni­ca­tion­nelle de contri­tion. Je profite donc de ces quelques heures de bon sens pour vous dres­ser la liste de vos erreurs.

  • Pour avoir sous-estimé l’épui­se­ment des person­nels avant même l’épi­dé­mie, lors du suicide de notre collègue direc­trice d’école Chris­tine RENON, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir accusé les grévistes qui aler­taient sur nos condi­tions de travail,  « d’ins­tru­men­ta­li­ser » le suicide profes­sion­nel de notre collègue Chris­tine RENON, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir fait une réforme du bac, qui a mis nos élèves dans une situa­tion de stress continu, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour, de ce fait, avoir plongé les ensei­gnant.es dans un état de stress perma­nent et dans une surcharge de travail sans précé­dent, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir créé cette folie de « Parcour­sup », dont toutes celles et ceux qui l’ont pratiqué savent que c’est un outil de conso­li­da­tion des injus­tices sociales et scolaires, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir fait une réforme de l’en­sei­gne­ment profes­sion­nel catas­tro­phique, rédui­sant les heures de Français et Histoire/ Géogra­phie à 2.5 heures en Termi­nale, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir soutenu une réforme des retraites qui rédui­sait nos pensions et envi­sa­geait de nous faire travailler au-delà de 65 ans, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir soutenu une poli­tique de répres­sion violente contre les lycéens qui défen­daient leur bac, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour vous être rangé du côté des poli­ciers qui ont laissé des enfants de Mantes-la-Jolie à genoux et mains dans le dos quatre heures durant, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir orga­nisé des réformes, sans jamais vous soucier du terrain, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir rendu depuis deux ans de l’argent à Bercy, alors que l’Ecole de la Répu­blique est exsangue, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir annoncé qu’il n’y aurait pas de ferme­ture des écoles la veille de l’an­nonce de la ferme­ture des écoles, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir laissé les familles de nos élèves des quar­tiers popu­laires dans une situa­tion sociale catas­tro­phique durant le premier confi­ne­ment et sans inter­lo­cu­teurs à qui s’adres­ser, et pour votre inac­tion actuelle, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir expliqué que des enfants souf­fraient des violences intra­fa­mi­liales et du choc psycho­lo­gique durant les confi­ne­ments, et cepen­dant, les avoir fait reprendre sans soutien psycho­lo­gique, sans cellule de crise et surtout sans renfor­ce­ment des services sociaux ou de santé scolaire, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour nous avoir fourni des masques dange­reux d’abord, puis inef­fi­caces ensuite, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir dit que l’école était le lieu le plus sûr, sans jamais relan­cer un service de méde­cine du travail à la hauteur ni amélio­rer le service de santé scolaire, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir jeté l’op­probre sur les salles de profs « gangré­nées par les islamo-gauchistes », alors que nous commé­mo­rions la mort de notre collègue Samuel PATY, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir laissé croire que nous pouvions gérer le distan­ciel, le présen­tiel, alors que nos services étaient « hackés par une cybe-rattaque d’ordre mondial », je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir fait comme si tout était normal sans jamais mesu­rer les impacts de cette pandé­mie mondiale sur notre jeunesse ou sur les person­nels admi­nis­tra­tifs, de vie scolaire, ensei­gnants, agents, etc., je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir sous-entendu que nous étions une profes­sion absen­téiste, alors que nous nous échi­nons jour après jour à main­te­nir debout un service d’édu­ca­tion à genou, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir jeté le discré­dit sur les orga­ni­sa­tions syndi­cales qui vous aler­taient, tout en finançant dans le même temps, aux frais du minis­tère, les petites fêtes de votre syndi­cat lycéen maison, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir annoncé une cinquan­taine de proto­coles sani­taires, dont dix-neuf depuis deux mois, dans la presse plutôt qu’à vos services, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir saboté mon cours d’en­sei­gne­ment civique, avec vos affiches sur la laïcité, annonçant que la laïcité c’est de  « rire aux mêmes blagues » ou de « lire les mêmes livres », alors que c’est exac­te­ment l’in­verse, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir obligé les familles à jongler depuis trois semaines avec les tests et proto­coles, jouant les usagers contre les person­nels, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir réduit le nombre de postes d’en­sei­gnants et d’AED dans mon établis­se­ment (et dans tous les établis­se­ments d’ailleurs), alors que le nombre d’élèves augmen­tait, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir été dans un colloque sur les soi-disant dangers du sépa­ra­tisme, afin de vous pava­ner au milieu de vos cour­ti­sans, alors que les parents faisaient la queue dans les phar­ma­cies, se retrou­vaient avec leurs enfants sur les bras, sans possi­bi­lité de dépo­ser des congés « garde d’en­fants » et que je faisais cours à des élèves malades, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir laissé dans une situa­tion catas­tro­phique la ques­tion de l’en­sei­gne­ment des élèves en situa­tion de handi­cap. Aban­don­nant les ensei­gnant.es et les accom­pa­gnant.es, ainsi que les familles et leurs enfants à des comptes d’apo­thi­caires, se répar­tis­sant les aides à la demi-heure, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir parlé de tenue répu­bli­caine pour nos lycéennes, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir laissé penser à l’opi­nion publique que vous étiez la fermeté et la rigueur alors que nous étions de dange­reux fainéants plain­tifs qui devions signer une charte de la confiance, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir mis en doute notre atta­che­ment aux valeurs répu­bli­caines, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour avoir conti­nué à geler le point d’in­dice, nous lais­sant avec des salaires parmi les plus bas de l’OCDE mais malgré tout un peu meilleurs que ceux de nos collègues contrac­tuel.les, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour tergi­ver­ser encore et encore sur la four­ni­ture de masques chirur­gi­caux, masques FFP2 en nombre, capteurs de CO2, puri­fi­ca­teurs d’air mais aussi sur les allè­ge­ments de programmes ou le report des épreuves de spécia­lité en bac, je vous demande de vous excu­ser.
  • Pour pour­suivre imper­tur­ba­ble­ment votre entre­prise de casse du service public de l’édu­ca­tion, quand tout démontre qu’il faudrait au contraire le déve­lop­per et le renfor­cer, je vous demande de vous excu­ser.

Aujourd’­hui, on vous reproche dans les médias « le ton et la méthode », mais la liste est trop longue des faits concrets que les person­nels vous reprochent. Les excuses, comme les applau­dis­se­ments des soignant.es, ne permettent ni de payer les factures, ni de remettre sur pieds un vrai service public d’édu­ca­tion. Mais je doute que vous ayez été nommé pour cela. Et puisqu’il est de bon ton d’uti­li­ser des gros mots, je pense qu’il est temps « d’ar­rê­ter de nous emmer­der ».

Cordia­le­ment.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.