Aller au contenu

Etudiants étran­gers du Magh­reb deve­nus indé­si­rables pour Macron. Une riposte vient de Paris VIII, de Barbara Cassin.

#Bien­ve­nueEnF­rance !
https://www.youtube.com/watch?v=IVBvlK130vw


Etudiants étran­gers : « “Bien­ve­nue en France” », un dispo­si­tif au nom de contre-vérité, ne doit pas être mis en œuvre

Tribune plubliée sur le site de Le monde.fr le 17 mars. Extraits.

Barbara Cassin

philo­logue et philo­sophe, membre de l’Aca­dé­mie française

L’aug­men­ta­tion des droits d’ins­crip­tion pour les étudiants étran­gers hors Commu­nauté euro­péenne piétine nos valeurs et menace la fran­co­pho­nie, estime l’aca­dé­mi­cienne Barbara Cassin.

Tribune. En France, on se soigne et on apprend gratui­te­ment (ou presque) et très bien (ou presque), en tout cas plutôt mieux qu’ailleurs. Voilà de quoi les Gaulois sont heureux et fiers, qu’ils aient un gilet jaune, un col blanc, ou un stylo rouge. Notre iden­tité, nos valeurs sont là, parta­gées, concrètes.

Je veux ici, très solen­nel­le­ment protes­ter. Je veux faire entendre notre voix à nous, respon­sables et prati­ciens de l’en­sei­gne­ment, de la recherche, de l’édu­ca­tion, de la culture. Pour dire que « Bien­ve­nue en France », un dispo­si­tif au nom de contre-vérité, une infox qui ose se présen­ter comme un plan gouver­ne­men­tal d’at­trac­ti­vité des étudiants inter­na­tio­naux, ne doit pas être mis en œuvre. Ni eu égard à ce que nous sommes, ni eu égard à la sacro-sainte écono­mie.

La clé de ce dispo­si­tif, que l’on veut contraindre les prési­dents d’uni­ver­sité à appliquer, consiste à faire payer très cher – 16 fois plus cette année qu’en 2018 – les droits d’ins­crip­tion de certains étudiants. Pour ceux qui viennent de pays hors Commu­nauté euro­péenne, ces droits passent de 170 à 2 770 euros pour la licence, et de 243 à 3 770 euros pour le master.

Des fonc­tion­naires aux ordres

Résul­tat, pour ne parler que fran­co­pho­nie : sur le même banc, on trou­vera un Belge, un Suisse, un Cana­dien (il y a des accords qui en font des « Euro­péens »), soit des «  riches » qui paie­ront comme nos enfants. Et on trou­vera – ou plutôt on ne trou­vera plus ! – un Séné­ga­lais, un Algé­rien, un Haïtien, qui devraient mais ne pour­ront pas payer les droits qui leur sont récla­més. (…)

Les exclus sont ciblés : fran­co­phones d’Afrique, du Magh­reb, intel­lec­tuel­le­ment formés mais sans fortune. Avec un discours redou­table qu’on ne peut pas ne pas lire en fili­grane : pourquoi nos impôts à nous finan­ce­raient-ils les études de Noirs et d’Arabes ?

Outre les valeurs ainsi piéti­nées, les prési­dents de nos univer­si­tés soi-disant auto­nomes trai­tés comme des fonc­tion­naires aux ordres et demain, si cela conti­nue, les étudiants dans la rue avec leurs profes­seurs, dont je serai, l’idée même de « Bien­ve­nue en France » va contre toute poli­tique intel­li­gente et écono­mique­ment effi­cace à moyen comme à long terme.

C’est par la langue et la culture que ce qu’on ose encore appe­ler nos valeurs se trans­mettent. (…)Veiller à la rela­tion avec la fran­co­pho­nie où qu’elle soit, voilà une vraie poli­tique écono­mique.

Bien sûr qu’il faut déve­lop­per les parte­na­riats avec les univer­si­tés afri­caines et propo­ser des cours déma­té­ria­li­sés, acces­sibles en ligne. Bien sûr qu’il faut trou­ver des ressources pour faire mieux vivre nos univer­si­tés françaises. Mais mauvaise pioche : avec « Bien­ve­nue en France », on n’aura rien, sauf la mort de la fran­co­pho­nie. Et l’an­glais, au lieu du français, comme langue de partage.

Un sous-Prin­ce­ton

Car croit-on vrai­ment que les « bons », et riches, étudiants chinois et indiens vont venir s’ins­crire dans un sous-Prin­ce­ton ? (…)

La folie poli­tique de « Bien­ve­nue en France » est que cette mesure va à l’en­contre de la poli­tique même de l’ac­tuel gouver­ne­ment ! (…)

Jamais octroyer des bourses aux pauvres ne compen­sera la norme de l’éga­lité devant l’en­sei­gne­ment. Jamais la pratique aléa­toire d’une excep­tion ne vaudra la règle saine. « Liberté, Egalité, Frater­nité », inutile d’al­ler cher­cher ailleurs la défi­ni­tion du « progres­sisme ». Soyons donc écono­mique­ment intel­li­gents et poli­tique­ment cohé­rents. Et soyons géné­reux : la géné­ro­sité est un produit de luxe, or, le luxe tire notre écono­mie en avant. La qualité de vie, la langue, la culture, le partage du beau et du juge­ment, pas de meilleur argu­ment pour « Choose France » comme on dit chez nous…

Bien­ve­nue en France ? J’ai honte.

Barbara Cassin a notam­ment publié Quand dire, c’est vrai­ment faire. Homère, Gorgias et le peuple arc-en-ciel (Fayard, 2018).

Barbara Cassin (philo­logue et philo­sophe, membre de l’Aca­dé­mie française)

« Cher·es étudiant·es extra-commu­nau­taires, le gouver­ne­ment vous salue et vous souhaite la #Bien­ve­nueEnF­rance ! « Nous souhai­tons répondre digne­ment à votre désir et votre déter­mi­na­tion de venir étudier dans l’en­sei­gne­ment supé­rieur Français. Nous multi­plions donc vos frais d’ins­crip­tion non pas par 2, 3 ou 4, mais par 16 ! Féli­ci­ta­tions, vous êtes les heureu­ses·eux gagnant·es, nous avons fait le bon choix pour vous !  » ************** Pour plus d’in­for­ma­tions ************* -Site offi­ciel du carré rouge : https://univer­si­teou­verte.org/present… – Lien Face­book : https://www.face­book.com/univer­si­te­sa…https://www.face­book.com/PayeTesF­rais/https://www.face­book.com/Carr%C3%A9-R… – Lien Insta­gram : https://www.insta­gram.com/paye­tes­frais/ – Lien Twee­ter : https://twit­ter.com/PayeTesF­raishttps://twit­ter.com/CarreIn­fos – Tele­gram : https://t.me/carres­rou­ges­sa­medi#Univer­si­téOu­verte#carrés­rouges#Pouru­neU­ni­ver­si­téOu­verte#Paye­tesF­rais#Onétu­diei­ciOn­res­teici#univer­si­te­sans­fron­tiere

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.