Aller au contenu

Expres­sions chemi­nots CGT et SUD

CGT : LES CHEMINOTS EXIGENT LA CLARTÉ

Commu­niqué aux chemi­nots

Depuis le 09 mars dernier et au 8ème jour de l’ac­tion recon­duc­tible par période de 24 h, la mobi­li­sa­tion, bien qu’hé­té­ro­gène sur le terri­toire, reste signi­fi­ca­tive dans certaines caté­go­ries du person­nel et sur certains sites, y compris tous services.

Accord d’en­tre­prise, CCN, décret-socle, emploi, salai­res… chacun y va de son couplet, certains commentent, d’autres observent. Pendant ce temps, les chemi­nots agissent !

Les mensonges, les trahi­sons, les tactiques, les réunions « secrètes », les annonces de démis­sions n’y changent rien ! Ce sont bien les chemi­nots dans l’ac­tion qui font bouger les lignes !

C’est bien grâce au rapport de force que ceux qui, depuis des années, avaient décrété qu’il « ne fallait pas négo­cier pendant la grève » ont été contraints de reve­nir à la table des négo­cia­tions sous la pres­sion des chemi­nots.

OÙ EN SOMMES-NOUS ?

Accord d’en­tre­prise

L’ac­cord d’en­tre­prise soumis à la signa­ture porte l’em­preinte de la mobi­li­sa­tion. Les 19 heures de négo­cia­tions au cours de la Table Ronde du 06 juin, qui ne devait être qu’une séance de relec­ture, démontrent que les « arran­ge­ments entre amis » au coeur d’un week-end étaient loin de main­te­nir le RH0077. Il existe depuis cette Table Ronde une véri­table version 2 du texte, il n’y en a jamais eu d’autres.

Il reste cepen­dant des points néga­tifs non négli­geables qu’il convient d’ana­ly­ser avec soin (cf commu­niqué CGT du 07 juin « négo­cia­tions mara­thon sous pres­sion de l’ac­tion » dispo­nible auprès des mili­tants CGT).

De plus, malgré la « loyauté » deman­dée voire impo­sée à l’en­ca­dre­ment, la Direc­tion aban­donne ces chemi­nots en les mettant de côté sur l’or­ga­ni­sa­tion du travail en propo­sant de les bascu­ler au droit commun au travers du forfait-jours. Les OS censées les repré­sen­ter, hormis la CGT, n’ont rien tenté lors de leurs négo­cia­tions, secrètes ou pas, pour contrer cette exclu­sion.

Ces orga­ni­sa­tions syndi­cales sont respon­sables de l’in­tro­duc­tion de déro­ga­tions visant les agents de l’In­fra (EIC et Travaux) en accord avec le Gouver­ne­ment et la Direc­tion SNCF, actées dans un relevé de déci­sions qu’ils ont accepté isolé­ment pour l’im­po­ser.

L’ac­cord d’en­tre­prise est ouvert à signa­ture jusqu’au 14 juin 2016.

L’em­bal­le­ment média­tique, l’om­ni­pré­sence du message patro­nal et gouver­ne­men­tal relayé par des orga­ni­sa­tions syndi­cales qui font le choix de jouer le rôle de cour­roies de trans­mis­sion, n’im­po­se­ront pas aux chemi­nots, à la CGT, à ses adhé­rents, un rythme inadapté à la néces­saire réflexion concer­nant un texte qui va condi­tion­ner le quoti­dien des chemi­nots et des usagers pour les années à venir.

C’est pourquoi, la CGT lance une consul­ta­tion natio­nale de ses adhé­rents actifs, à partir d’élé­ments objec­tifs, permet­tant de recueillir leur avis sur la déci­sion que sera amenée à prendre leur orga­ni­sa­tion syndi­cale concer­nant l’ac­cord d’en­tre­prise.

CCN/Décret-socle

Les volets « dispo­si­tions géné­rales » et « contrat de travail – orga­ni­sa­tion du travail » de la CCN sont soumis à signa­ture ce jour jusqu’à 18h.

En annonçant l’ap­po­si­tion de leur signa­ture sur ces textes, l’UNSA et la CFDT les valident sans restric­tion et rendent ces 2 volets effec­tifs, fermant la porte des négo­cia­tions en aban­don­nant au passage les chemi­nots sur le ballast. Elles valident par consé­quent l’écart entre les chemi­nots de la SNCF et des Entre­prises Ferro­viaires Privées. Elles enterrent l’idée « d’un cadre social de haut niveau » pour tous. Elles auto­risent le Ministre A.Vida­lies à promul­guer le décret socle.

C’est une atti­tude irres­pon­sable, bien loin des décla­ra­tions d’in­ten­tion « d’en découdre » à l’is­sue du conflit de 2014 et après : « On garde les cartouches pour la défense des droits de tous les chemi­nots et notam­ment l’amé­na­ge­ment du temps de travail », disaient-ils !

En respon­sa­bi­lité, la CGT ne signera pas cette partie de la CCN.

D’autres volets et non des moindres restent à venir très prochai­ne­ment et notam­ment celui sur la clas­si­fi­ca­tion des métiers.

Ce point abor­dera la ques­tion du contenu et du contour des métiers maté­ria­li­sés aujourd’­hui dans « le diction­naire des filières ». Nul doute que sur cette partie, la vigi­lance et la mobi­li­sa­tion vont être néces­saires !

Le décret socle quant à lui qui, dans sa version projet est en deçà des règles exis­tantes, relève de la respon­sa­bi­lité du Secré­taire d’Etat. Ce décret n’est toujours pas paru au moment où nous écri­vons ces lignes.

Par ailleurs, la Direc­tion doit égale­ment répondre immé­dia­te­ment à l’exi­gence d’ou­ver­ture de négo­cia­tions sala­riales et cesser la spirale infer­nale de casse de l’em­ploi. Des négo­cia­tions doivent donc s’en­ga­ger sur le champ à tous les niveaux de l’en­tre­prise pour que cessent les ferme­tures de guichets, de gares, de lignes, les suppres­sions de trains, les réor­ga­ni­sa­tions inces­santes d’éta­blis­se­ments, la pres­sion sur les roulants ADC et ASCT, les déci­sions contraires à une orga­ni­sa­tion de la produc­tion permet­tant une amélio­ra­tion en qualité et sécu­rité du service public ferro­viaire.

La grève appar­tient à ceux qui la font !

Les chro­niqueurs de la vie sociale semblent éton­nés, pour­tant, la CGT redit que c’est bien aux chemi­nots dans l’ac­tion de déci­der des suites à donner au mouve­ment à partir des éléments que la Direc­tion Fédé­rale four­nit chaque jour, comme elle le fait depuis le début du conflit.

La démo­cra­tie mise en oeuvre par la Fédé­ra­tion CGT des Chemi­nots devrait servir d’exemple au Gouver­ne­ment. Sur le projet de loi « Travail », la CGT, sur le plan inter­pro­fes­sion­nel, a lancé une vota­tion citoyenne !

SUD :

Down­load the PDF file .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.