Aller au contenu

frédé­ric Lordon, à propos de la répres­sion. « L’arc d’ex­trême droite »

Extraits de cet article paru dans  Lundi matin

« La main de la ZAD, les four­gons d’Arago, et l’arc d’ex­trême-droite »

Par Frédé­ric Lordon

paru dans lundi­ma­tin#147, le 28 mai 2018

Dans une sorte de concen­tré verti­gi­neux qui livre en un instant la vérité d’un régime, Gérard Collomb, micro « BFM » en main, aver­tit à mots à peine couverts que le droit de mani­fes­ter en France devien­dra bien­tôt condi­tion­nel à l’in­ter­ven­tion active des « mani­fes­tants ordi­naires » contre les « casseurs » – et que le refus desdits mani­fes­tants de deve­nir la police conduira logique­ment à la suspen­sion de leur droit.

(…)Désor­mais il y a « de l’ex­trême-droite » un peu partout, et jusque dans des endroits où on ne l’au­rait pas imagi­née. On sait, par exemple, qu’il y a « de l’ex­trême-droite » dans la tête de Laurent Wauquiez – mais ça n’est pas une surprise renver­sante. Plus contre-intui­tif en revanche (on l’ac­cor­dera) qu’il y ait « de l’ex­trême-droite » dans les débris de ce qui fut jadis connu sous le nom de Parti socia­liste : chez Manuel Valls, dans le laïci­sime raciste du Prin­temps répu­bli­cain. Chez Gérard Collomb.

(…)Ce que fait Collomb, non seule­ment Macron l’au­to­rise, mais il l’en­dosse. Il l’en­cou­rage même. La loi « Asile et immi­gra­tion », encou­ra­gée. La répres­sion des aides aux migrants, encou­ra­gée. Les évacua­tions brutales des univer­si­tés, encou­ra­gées. L’ex­ten­sion sans limite des préro­ga­tives poli­cières contre les mani­fes­tants poli­tiques, encou­ra­gée. L’en­trave géné­rale et systé­ma­tique à toute forme d’in­for­ma­tion qui ne soit pas d’ac­cord tacite ou d’hu­mide complai­sance, encou­ra­gée. L’évo­ca­tion d’une possible suspen­sion du droit de mani­fes­ter, encou­ra­gée.

Mais la liste des encou­ra­ge­ments indé­fi­nis commence à se faire lourde, maladroite, et surtout visible. On entend bien, par exemple, que, le naufrage de Parcour­sup promet­tant de lever les lycéens, il impor­tait de faire aussi vite que possible un exemple : terro­ri­ser soixante mineurs, captu­rés lors de l’oc­cu­pa­tion du lycée Arago, en leur infli­geant gardes à vue jusqu’à 48 heures, défè­re­ments et compa­ru­tions immé­diates est certai­ne­ment la chose à faire dans la logique de « l’arc » qui, du reste, ne connait plus d’autre réponse en ce genre de circons­tance – et même si mettre aux cent coups des parents pari­siens bour­geois, élec­teurs de deuxième tour d’Em­ma­nuel Macron à 90% appa­raît comme une idée étrange.

(…) Mais un autre gain en clarté, consi­dé­rable, a été accom­pli à Notre Dame des Landes, où il était fatal que l’usage d’armes de guerre fini­rait par produire des bles­sures de guerre : une main arra­chée. Pour avoir défendu le droit d’ex­pé­ri­men­ter autre chose. Le gain en clarté, c’est que, par le choix des armes qu’on lui applique, et les dommages qu’on accepte sans ciller de lui infli­ger, la popu­la­tion qui renâcle est main­te­nant infor­mée du rapport en lequel la tient l’Etat : celui d’un ennemi de l’Etat.

Pendant que ce gouver­ne­ment, donc, fait ouver­te­ment la guerre à certaines frac­tions de sa popu­la­tion, pendant qu’il mutile, en atten­dant qu’il assas­sine, ce qu’il fait déjà d’ailleurs, (…)

Par un para­doxe insuf­fi­sam­ment remarqué, le « barrage à l’ex­trême-droite » a donc donné nais­sance à cette forme, en effet nouvelle, d’un arc d’ex­trême-droite. Le ministre de l’in­té­rieur y prend toute la place qu’il y reven­dique en actes. Son supé­rieur hiérar­chique en est d’ac­cord, et c’est tout son gouver­ne­ment qui s’y trouve installé. Nous savons main­te­nant à quoi nous en tenir. Nous savons surtout que des gouver­ne­ments de cette sorte ne s’ar­rêtent nulle part. Il ne reste plus, précé­dents histo­riques en tête, qu’à penser aux actions que ce savoir légi­time en consé­quence.

Frédé­ric Lordon

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.