Aller au contenu

Grève étudiantes. Partout en France la lutte conti­nue. Face au gouver­ne­ment, aux CRS et aux fascistes.

Ces derniers jours, les pres­sions admi­nis­tra­tives et poli­cières pesant sur les étudiant-e-s en lutte se sont renfor­cées. Mardi matin, la prési­dence de l’uni­ver­sité de Nanterre a imposé la ferme­ture de tous les bâti­ments. Plus tard dans la jour­née, elle a fait appel à la police qui a blessé plusieurs étudiant-e-s et en a inter­pellé sept.

Actuel­le­ment à Tolbiac (univer­sité Paris-1), le Président Georges Haddad prétexte de « violences consta­tées » pour deman­der « au préfet de police son concours pour réta­blir le fonc­tion­ne­ment habi­tuel » de l’uni­ver­sité, occu­pée par plusieurs centaines d’étu­diant-e-s mobi­lisé-e-s contre la sélec­tion. Ces « violences », margi­nales, ont été ferme­ment et sans ambi­guïté dénon­cées par le collec­tif d’oc­cu­pa­tion, qui lutte de façon paci­fique. Quiconque est allé discu­ter avec les personnes mobi­li­sées sur le site a pu consta­ter la tranquillité, le sérieux et la richesse de cette mobi­li­sa­tion.

Encou­ra­gées par Macron, les direc­tion d’uni­ver­si­tés et les forces de police colla­borent à casser le mouve­ment par la force. Cette inter­ven­tion poli­cière s’ins­crit dans un mouve­ment géné­ra­lisé de répres­sion de toute contes­ta­tion poli­tique et sociale, et dans un plan de commu­ni­ca­tion à la veille d’une allo­cu­tion prési­den­tielle.

Malgré cela, le mouve­ment ne cesse de s’am­pli­fier dans les univer­si­tés. Les assem­blées géné­rales massives et le votes de la grève et du blocage se multi­plient, de Nanterre à Rennes-2, à Lyon-2 ou ailleurs. L’ap­proche des examens accen­tue la pres­sion sur le gouver­ne­ment. Il faut renfor­cer la mobi­li­sa­tion dans les univer­si­tés et orga­ni­ser des conver­gences avec les autres secteurs en lutte, notam­ment les 19 avril, 1er mai et 5 mai.

Commu­niqué d’En­semble! du 11 avril

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.