Aller au contenu

Hospi­me­dia: « Un collec­tif alerte sur les restric­tions de l’ac­cès aux soins des personnes étran­gères »

« Six asso­cia­tions et fédé­ra­tions s’in­dignent de la publi­ca­tion d’un décret qui restreint selon elles l’ac­cès aux soins des personnes étran­gères. Un texte qui tombe d’au­tant plus mal dans cette période de confi­ne­ment. Un décret, publié le 30 octobre dernier au Jour­nal offi­ciel, a suscité l’in­di­gna­tion d’un collec­tif composé de l’Uniopss , l’Ob­ser­va­toire du droit à la santé des étran­gers (ODSE), les Mutuelles de France, la Fédé­ra­tion des acteurs de soli­da­ri­tés (Fas), France assos santé et Sidac­tion. Ce dernier dénonce dans un commu­niqué son contenu mais aussi le timing de sa publi­ca­tion : « En pleine crise sani­taire et sociale, le Gouver­ne­ment publie un nouveau décret rédui­sant l’ac­cès à la protec­tion mala­die des personnes étran­gères. » Il coïn­cide par ailleurs avec la mise en place du « recon­fi­ne­ment ». Pour le collec­tif, le Gouver­ne­ment oblige par ce texte les personnes à venir dépo­ser physique­ment leur première demande d’aide médi­cale de l’État (AME), y compris lorsqu’ils habitent à l’autre bout du dépar­te­ment et ceci alors que la France se trouve dans une situa­tion de confi­ne­ment natio­nal et que les dépla­ce­ments doivent être limi­tés. « Un non-sens en termes de santé publique », ajoute-t-il. Le décret précise en effet que la première demande est dépo­sée par le deman­deur auprès de l’or­ga­nisme d’as­su­rance mala­die de son lieu de rési­dence. Elle peut aussi l’être auprès d’un établis­se­ment de santé ou d’une perma­nence d’ac­cès aux soins de santé (Pass) qui trans­mettent dans un délai de huit jours les demandes à l’As­su­rance mala­die.

« Ce texte s’ins­crit dans la lignée du débat sur l’im­mi­gra­tion et le rapport de l’Ins­pec­tion géné­rale des affaires sociales(Igas) sur l’AME », indique le collec­tif contacté par Hospi­me­dia, à savoir une séquence de restric­tions dans l’ac­cès aux soins des personnes étran­gères.

(…)

Le collec­tif souhaite donc que le Gouver­ne­ment revienne à un délai de douze mois pour les personnes faisant l’objet de mesure d’éloi­gne­ment défi­ni­tive. De même, ajoute-t-il, les obstacles à la demande d’AME doivent être levés.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.