Aller au contenu

« Sécu­rité globale » : liberté d’in­for­mer bâillon­née.

« Sécu­rité globale, impu­nité totale », « Violences partout, images nulle part », « Police flou­tée, justice aveugle », « Bais­sez vos armes, nous bais­se­rons nos télé­phones ».

Samedi 21 novembre, des milliers de mani­fes­tant.e.s ont dénoncé, à Paris et dans plusieurs villes, le projet de loi de « surveillance » globale défendu par Darma­nin au nom du gouver­ne­ment et ont affirmé leur volonté de s’op­po­ser à ce projet scélé­rat.

Camé­ras de surveillance, drones survo­lant les mani­fes­ta­tions, flou­tage des poli­ciers, tenta­tive d’ac­cré­di­ta­tion des jour­na­listes auprès de la préfec­ture, notam­ment, bafouent la liberté d’in­for­mer et visent à empê­cher la publi­ca­tion sur les réseaux sociaux des violences poli­cières qui ont visé les mani­fes­ta­tions ouvrières, les jeunes des quar­tiers popu­laires et les popu­la­tions raci­sées, les ZAD et les mobi­li­sa­tions écolo­gistes ou qui ont blessé et mutilé des Gilets jaunes.

Alors que le Code pénal permet déjà de pour­suivre ce qui « porte atteinte à la vie privée » des personnes, c’est la protes­ta­tion sociale que le gouver­ne­ment veut muse­ler.

Le ministre de l’In­té­rieur a donc fait le choix poli­tique de répondre posi­ti­ve­ment aux exigences des syndi­cats de poli­ciers qui veulent rendre inopé­rantes les pour­suites contre les auteurs des violences poli­cières.

Ce choix rencontre le soutien total de la droite et du Rassem­ble­ment natio­nal.

Syndi­cats de jour­na­listes, rédac­tions de la quasi tota­lité des médias, orga­ni­sa­tions syndi­cales, asso­cia­tions, partis poli­tiques, simples citoyen.ne.s ont engagé ensemble la lutte contre un projet de loi qui vise à instil­ler la peur d’al­ler à une mani­fes­ta­tion.

Pour la liberté de la presse, celle d’in­for­mer, pour le droit des citoyen.ne.s de témoi­gner des violences poli­cières subies, ce projet de loi, symbole d’un pouvoir de plus en plus auto­ri­taire, doit être combattu et retiré.

Commu­niqué d’En­semble insou­mis. Le 23 novembre 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.