Aller au contenu

Le Monde/Mireille Delmas-Marty : « Nous bascu­lons vers un droit pénal de la sécu­rité »

A la suite de l’as­sas­si­nat de Samuel Paty, consta­tant une radi­ca­li­sa­tion du débat public, la juriste s’inquiète d’une instru­men­ta­li­sa­tion de la justice.

Publié le 23/10/2020

Nous savions que la démo­cra­tie était fragile, mais nous pensions que le trip­tyque « démo­cra­tie, Etat de droit, droits de l’Homme » qui la carac­té­rise résis­te­rait aux dérives. Or nous décou­vrons, depuis les atten­tats de New York en 2001, qu’il a pufa­ci­le­ment être détruit en quelques années dans la plupart des Etats occi­den­taux, y compris en Europe et dans notre propre pays : assas­si­nats ciblés, société de surveillance, enfer­me­ment préven­tif, justice prédic­tive, inter­ne­ments de sûreté marquent un bascu­le­ment vers un régime auto­ri­taire. D’un droit pénal de la respon­sa­bi­lité, qui fonde la puni­tion sur la preuve de la culpa­bi­lité et la propor­tionne à la gravité de la faute, nous bascu­lons vers un « droit pénal de la sécu­rité », un droit poli­cier, voire guer­rier, qui traite le suspect en crimi­nel et le crimi­nel en ennemi hors la loi.

Neutra­li­sant la présomp­tion d’in­no­cence et remplaçant la respon­sa­bi­lité par une dange­ro­sité indé­mon­trable, ce droit sécu­ri­taire ajoute à la puni­tion une « mesure de sûreté » à durée indé­ter­mi­née. Mis en place à propos des délinquants sexuels (2007), il s’est étendu depuis 2015 au terro­risme. Puis la pandé­mie a encore renforcé l’ob­ses­sion sécu­ri­taire, et la folie norma­tive s’est empa­rée de nos socié­tés de la peur, d’au­tant plus faci­le­ment que la combi­nai­son « traçage, affi­chage, puça­ge… » permet de contrô­ler des « popu­la­tions » humaines, assi­mi­lées à des produits dange­reux. C’est dans ce contexte que la France avait adopté, pour lutter contre le terro­risme, plusieurs textes censu­rés par le Conseil consti­tu­tion­nel en tout – loi rela­tive aux conte­nus haineux sur Inter­net –, ou en partie – loi instau­rant des mesures de sûreté qui s’ajoutent à l’exé­cu­tion de la peine.

Et voici que l’as­sas­si­nat parti­cu­liè­re­ment barbare d’un profes­seur qui ensei­gnait la liberté d’ex­pres­sion par un jeune réfu­gié tchét­chène se reven­diquant de l’idéo­lo­gie isla­miste incite certains courants à remettre en cause le pouvoir du juge consti­tu­tion­nel, voire à durcir le droit des migra­tions.

Au stade actuel, le juge reste un rempart contre les dérives sécu­ri­taires, mais un rempart qui s’af­fai­blit, au motif qu’en empié­tant sur le pouvoir légis­la­tif, on insti­tue­rait un « gouver­ne­ment des juges » syno­nyme de « défi­cit démo­cra­tique ». Or la démo­cra­tie ne consiste pas seule­ment dans la majo­rité des suffrages, qui peut très bien conduire à des despo­tismes « légaux ». Elle suppose la résis­tance des droits de l’homme, et de l’Etat de droit, et le rôle du juge est d’au­tant plus impor­tant que la bana­li­sa­tion de l’état d’ur­gence légi­time un trans­fert du pouvoir légis­la­tif à l’exé­cu­tif. Dans notre monde de rapports de force poli­tiques, mili­taires, écono­miques, mais aussi média­tiques et cultu­rels, le droit risque plus que jamais d’être instru­men­ta­lisé pour justi­fier le système, et les juges stig­ma­ti­sés s’ils jouent leur rôle de gardiens des liber­tés.

D’au­tant que la perma­nence des crises (terro­risme, pandé­mie, chan­ge­ment clima­tique, révoltes sociales, désastre huma­ni­taire des migra­tions…) et l’im­mi­nence des catas­trophes qu’elles annoncent (au plan natio­nal, euro­péen, voire global) pour­raient rapi­de­ment nous submer­ger si nous ne parve­nons pas à unir nos efforts pour éviter, à la fois, le grand effon­dre­ment annoncé par les collap­so­logues et le grand asser­vis­se­ment préfi­guré par le modèle chinois.

Pour unir nos efforts, il n’est pas néces­saire de construire un Etat mondial, mais il ne suffit pas de juxta­po­ser les diffé­rences. Encore faut-il les ordon­ner, dans un proces­sus d’hu­ma­ni­sa­tion réci­proque, autour de valeurs communes inspi­rées par les diverses visions de l’hu­ma­nisme. Et encore faut-il que le droit renforce les respon­sa­bi­li­tés et que des juges impar­tiaux et indé­pen­dants en garan­tissent la mise en œuvre, orga­ni­sant les inter­ac­tions entre acteurs et entre niveaux norma­tifs. Cela implique un rééqui­li­brage entre les liber­tés indi­vi­duelles et les soli­da­ri­tés collec­tives ; entre l’es­prit de respon­sa­bi­lité et le devoir d’obéis­sance ; entre l’in­dé­pen­dance et l’in­ter­dé­pen­dance. Or ce rééqui­li­brage, chacun de nous devra le faire d’abord en lui-même pour renon­cer à certains excès auxquels le « produc­ti­visme-consu­mé­risme » nous a habi­tués.

(…)

Mireille Delmas-Marty est juriste, profes­seure émérite au Collège de France et membre de l’Ins­ti­tut.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.