Aller au contenu

Le Monde, 28 octobre: Clémen­tine Autain:« J’alerte: la France est en passe de perdre pied »

Notre pays ressemble chaque jour un peu plus à une société pré-fasciste.

Le combat contre le terro­risme isla­miste, loin de toucher sa cible, se trans­forme en tapis rouge pour Marine Le Pen. Nous avons besoin de ratio­na­lité et de démo­cra­tie. L’heure n’est pas à faire le dos rond en atten­dant que le tonnerre passe. Il existe une réponse éman­ci­pa­trice et nous devons la porter avec fierté et convic­tions.

 « La France a une nouvelle fois été touchée en son cœur. Devant l’hor­reur, l’abjec­tion de l’as­sas­si­nat d’un ensei­gnant, l’hom­mage à Samuel Paty et la réaf­fir­ma­tion des prin­cipes fonda­teurs de notre Répu­blique doivent nous rassem­bler.

Malheu­reu­se­ment, ne respec­tant même pas ce temps de deuil, certains – Manuel Valls en tête – ont préféré les anathèmes et les insultes à la dignité et à la frater­nité.

C’est pour­tant avec la raison et la réflexion que nous devons mener le débat sur la stra­té­gie la mieux à même de combattre le terro­risme se reven­diquant de l’is­lam, et l’of­fen­sive de courants obscu­ran­tistes.

La Répu­blique n’est pas un concept ni une réalité figés. Elle est toujours inache­vée. A chaque époque dans l’his­toire, les confron­ta­tions ont fait rage entre répu­bli­cains avant que ne soit dégagé un équi­libre, toujours provi­soire, garan­tis­sant la paix civile et un cadre pour la vie en commun. Refu­ser ce débat légi­time, par malhon­nê­teté, paresse intel­lec­tuelle ou mani­pu­la­tion poli­tique, c’est tour­ner le dos à l’es­prit des Lumières que nous reven­diquons haut et fort pour combattre les djiha­distes et autres fonda­men­ta­listes.

Nous avons besoin de confron­ter, honnê­te­ment et serei­ne­ment, nos analyses et propo­si­tions. Face aux monstres, c’est dans la qualité et la ratio­na­lité de nos échanges que se situe notre force.

J’alerte : la France est en passe de perdre pied.

Au nom de la défense de la liberté et de la démo­cra­tie, notre pays s’en­fonce dans le piéti­ne­ment des liber­tés et de la démo­cra­tie.

Le débat public est devenu un concours Lépine des idées d’ex­trême droite.

Un jour, on nous propose d’in­ter­dire le voile dans tout l’es­pace public, le lende­main de n’au­to­ri­ser que les prénoms conte­nus dans le calen­drier, le surlen­de­main d’en finir avec les rayons halal ou casher dans les super­mar­chés.

La haine, la vindicte, l’em­pi­le­ment de lois liber­ti­cides ont pris le pas sur l’ar­gu­men­ta­tion raison­née et les mesures à même de toucher la cible.

Un tel climat ne nous sortira pas de l’im­mense diffi­culté dans laquelle nous nous trou­vons : il ne peut conduire qu’à la guerre civile.

D’édi­tos en chro­niques humo­ris­tiques, de discours à l’As­sem­blée natio­nale en plateaux télé­vi­sés, j’en­tends qu’il faudrait que nous balayions devant notre porte. Par ce « nous » , je veux parler de cette gauche sociale, poli­tique, intel­lec­tuelle qui se reven­dique Char­lie, défend une laïcité d’apai­se­ment et non d’ex­clu­sion, et combat ce racisme qui prend aujourd’­hui la forme du rejet des musul­mans.

Comment est-il possible que cette gauche soit mise au banc des accu­sés quali­fiés par certains comme en dehors du cadre répu­bli­cain, pendant que l’ex­trême droite et tous ses porte-voix déroulent sans ambages leurs messages auto­ri­taires et haineux ?

Pire, c’est nous qui serions carré­ment « complices » voire « respon­sables » des meurtres commis au nom de l’is­lam.

A nous de rendre des comptes, voire de « rendre gorge », pendant que Marine Le Pen béné­fi­cie d’un tapis rouge et que ceux qui gouvernent ou ont gouverné se trouvent dédoua­nés de toute expli­ca­tion, de toute justi­fi­ca­tion sur leurs manque­ments, leurs erreurs et leurs erre­ments pour­tant déci­sifs.

Qui a déman­telé les services de rensei­gne­ments ?

Qui n’a prévu que 25 personnes dans la cellule Pharos pour lutter concrè­te­ment contre la haine et le prosé­ly­tisme djiha­diste sur les réseaux sociaux, quand nous n’avons cessé de dénon­cer les plans d’aus­té­rité ?

Qui a progres­si­ve­ment laminé la présence et la qualité des services publics dans les banlieues popu­laires, quand nous nous épou­mo­nions à dire que ce retrait de l’Etat comme du monde asso­cia­tif était aussi injuste que dange­reux ?

Qui a fermé les yeux sur les pots-de-vin donnés par une entre­prise française comme Lafarge à Daesh [l’Or­ga­ni­sa­tion Etat isla­mique], alors que nous lancions l’alerte sans que cela inté­resse les grands médias ?

Qui a laissé le Qatar possé­der le PSG ou inves­tir dans les quar­tiers popu­laires, quand nous l’avons dénoncé ?

Ceux qui se sont affi­chés en photo avec les membres de le collec­tif Cheikh Yassine [dissous en conseil des ministres mercredi 21 octobre], ce n’est pas nous mais des figures de l’ex­trême droite.

Ceux qui assument de prendre genti­ment le thé avec de hauts digni­taires saou­diens ou de lâcher les Kurdes pour ne pas déran­ger la Turquie d’Er­do­gan, ce n’est pas nous, ce sont des ministres sous Sarkozy, Hollande ou Macron.

Et, aujourd’­hui, c’est La France Insou­mise ou EELV, Media­part ou Regards, la Fédé­ra­tion des conseils de parents d’élèves (FCPE) ou le syndi­cat étudiant UNEF, Benoît Hamon ou Nico­las Cadène [le rappor­teur géné­ral de l’Ob­ser­va­toire de la laïcité], qui sont montrés du doigt, calom­niés, exclus du concert des hommages à Samuel Paty ?

Ce procès est abso­lu­ment scan­da­leux et terri­ble­ment dange­reux. C’est une insulte à l’in­tel­li­gence et à l’hon­nê­teté. Et c’est l’ali­gne­ment sur l’agenda de l’ex­trême droite.

Notre pays ressemble chaque jour un peu plus à une société préfas­ciste. Le monstre gran­dit sans qu’au­cune résis­tance collec­tive ne parvienne, pour l’heure, à frei­ner cette ascen­sion. La tona­lité du débat poli­tique est aussi élec­trique que déli­rante dans un moment qui devrait exiger du rassem­ble­ment et de l’in­tel­li­gence collec­tive.

La violence se déchaîne de façon expo­nen­tielle sur les réseaux sociaux. Les caps fran­chis dans la tolé­rance aux propos et propo­si­tions racistes sont inouïs.

Vide de sens et outil de la diver­sion, l’ex­pres­sion « islamo-gauchistes », deve­nue courante, y compris dans la bouche d’un ministre d’Etat chargé de l’édu­ca­tion, rappelle la chasse aux sorcières qui visait les « judéo-bolche­viques » ou les « hitléro-trots­kystes ».

C’est un désastre.

Chacune, chacun a-t-il bien conscience de ce qui se trame et de sa propre respon­sa­bi­lité dans ce sombre théâtre de la vie publique qui nous aspire dans une spirale de violences, d’amal­games, d’ar­bi­traire, dans cette boue idéo­lo­gique qui nous emmène tout droit vers le néant ?

Je pense aux grandes voix qui se reven­diquent de la gauche mais se taisent, voire attisent les confu­sions et excom­mu­ni­ca­tions. Je pense aux jour­na­listes qui ne cessent de poser les ques­tions venues de la droite dure, qui ne voient rien à dire ou redire quand Jean-Luc Mélen­chon est quali­fié de « collabo » dans l’hé­mi­cycle de l’As­sem­blée natio­nale, ou quand l’es­sayiste Pascal Bruck­ner accuse [la mili­tante anti­ra­ciste et fémi­niste] Rokhaya Diallo d’avoir « poussé à armer » les isla­mistes.

Le débat ne serait-il désor­mais qu’entre Éric Zemmour et Michel Onfray, comme le met en scène la chaîne CNews dans un duel qui n’est rien d’autre qu’un duo ?

Un retour sain sur l’his­toire du XXe siècle devrait invi­ter à sortir de la sidé­ra­tion et de la compli­cité ou notre pays bascu­lera dans de tragiques réci­dives. L’heure n’est pas à faire le dos rond en atten­dant que le tonnerre passe. Il existe une réponse éman­ci­pa­trice et nous devons la porter avec fierté et convic­tions.

Avec Jaurès, nous savons que la logique de guerre ne conduit pas à la paix. La fermeté n’est pas l’ar­bi­traire. Dans l’idéal de notre Répu­blique, laïque et sociale, il existe un fil protec­teur contre l’obs­cu­ran­tisme et le fascisme. À nous de le faire vivre. »

Clémen­tine Autain

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.