Aller au contenu

Instal­la­tion du premier quar­tier géné­ral des travailleuses et travailleurs sans papiers

Ci-dessous, le texte d’ap­pel à l’or­ga­ni­sa­tion du Q.G. des sans-papiers, qui s’ins­tal­lera régu­liè­re­ment et ce, jusqu’aux élec­tion prési­den­tielles, dans diffé­rents lieux à Paris.

En cette période parti­cu­liè­re­ment délé­tère où il est essen­tiel de donner une visi­bi­lité aux « ombres » de la nation, rava­lées par les poli­ti­ciens et les médias au rang de masse anonyme, de « stock » contrôlé par des gestion­naires au coeur froid et un arse­nal répres­sif toujours plus élaboré, il est indis­pen­sable que cette action soit rassem­bleuse, unitaire et offen­sive.

Merci de nous faire savoir si vous souhai­tez y parti­ci­per en nous envoyant vos signa­tures avant d’en infor­mer la presse.


INSTALLATION DU PREMIER QUARTIER GÉNÉRAL DES TRAVAILLEUSES ET TRAVAILLEURS SANS-PAPIERS

Comme à l’ha­bi­tude en période pré-élec­to­rale, les immi­grés en géné­ral, les sans-papiers en parti­cu­lier sont trans­for­més en boucs émis­saires, respon­sables de tous les maux de la répu­blique, ampli­fiés sans relâche par les sinistres Zemmour-Le Pen, relayés par le gouver­ne­ment ou des poli­ti­ciens « présu­més de gauche » comme Monte­bourg, Valls et consorts.

Cette indé­cente course à l’écha­lote, qui conta­mine la société française bien plus dange­reu­se­ment que la covid 19, doit cesser, au risque de trans­for­mer la France en une nation réac­tion­naire, repliée sur elle-même, oubliant les énormes bien­faits humains, cultu­rels, écono­miques, que l’im­mi­gra­tion a appor­tés au pays depuis des décen­nies.

Plus de 500.000 sans-papiers travaillent aujourd’­hui en France, occu­pant des emplois en manque chro­nique de main-d’œuvre (liste de 151 métiers en tension établie offi­ciel­le­ment par le gouver­ne­ment depuis 2008), tels le B.T.P., le nettoyage, la restau­ra­tion, la livrai­son, l’aide aux personnes âgées, handi­ca­pées, garde d’en­fants, ména­ge…, travaillant dans des condi­tions inac­cep­tables, esclaves taillables et corvéables à merci, surex­ploi­tés par nombre de patrons négriers.

Des centaines de milliers de ces sans-papiers sont en outre décla­rés, payant les charges sala­riales, alimen­tant les caisses de retraite, chômage, forma­tion… dont ils ne béné­fi­cie­ront jamais, déclarent et paient leurs impôts, lais­sant chaque année des centaines de millions d’eu­ros dans les caisses de l’état français.

Des dizaines de milliers d’entre eux, au péril de leur santé, ont travaillé durant les périodes de confi­ne­ment covid sans que l’état n’en fasse cas, alors qu’il s’était engagé à les régu­la­ri­ser.

Cette main-d’œuvre très bon marché est une aubaine pour les finances de la France et pour les gouver­ne­ments qui se gardent bien de la régu­la­ri­ser pour conser­ver précieu­se­ment cette armée labo­rieuse de réserve sans laquelle des pans entiers de l’éco­no­mie s’écrou­le­raient.

Nous exigeons que cessent ces discours discri­mi­na­toires, déma­go­giques, indé­cents et que tous les sans-papiers de France qui vivent et travaillent ici soient régu­la­ri­sés afin de mettre fin à ce marché aux esclaves sans cesse appro­vi­sionné.

Á partir de ce 23 novembre 2021 et jusqu’aux élec­tions prési­den­tielles, les travailleuses et travailleurs sans-papiers instal­le­ront leur Quar­tier Géné­ral de campagne dans diffé­rents endroits de la capi­tale pour invi­ter le peuple français à les soute­nir dans leur combat pour la dignité, l’éga­lité des droits et leur régu­la­ri­sa­tion.

PROCHAIN Q.G. DES SANS-PAPIERS SAMEDI 27 NOVEMBRE
 PLACE DE LA BASTILLE (devant l’Opéra)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.