Aller au contenu

Contre l’im­pé­ria­lisme russe, ne touchez pas à l’Ukraine !

Décla­ra­tion du Mouve­ment socia­liste russe – RSD datée du 21 février 2022, avant l’in­va­sion

Traduc­tion française :

Poutine vient de termi­ner son discours aux Russes.L’homme qui se fait appe­ler président a commencé son discours par un éloge anti­com­mu­niste, affir­mant que Vladi­mir Ilitch Lénine était le créa­teur de l’Ukraine et que son exis­tence sous sa forme actuelle est le résul­tat de la poli­tique natio­nale des bolche­viks. En accu­sant les bolche­viks de « nour­rir les natio­na­listes », Poutine couvre la pire et la plus répu­gnante des formes de natio­na­lisme – le chau­vi­nisme grand-russe. Dans ce contexte, Poutine a menacé de montrer aux Ukrai­niens ce que signi­fie la « décom­mu­ni­sa­tion ». Compte tenu du contexte de son discours, on pour­rait perce­voir ces mots comme rien de moins qu’une menace d’in­ter­ven­tion directe en Ukraine. Sans surprise, tout en critiquant les poli­tiques natio­nales léni­nistes, Poutine a jeté des pierres sur l’éco­no­mie plani­fiée, les natio­na­li­sa­tions et a fait l’éloge du stali­nisme.

La persé­cu­tion de l’op­po­si­tion, la corrup­tion, la hausse des prix des biens et des services, l’ab­sence de tribu­naux indé­pen­dants et tout ce que Poutine a dit sur l’Ukraine donne l’im­pres­sion qu’il parlait de la Russie. Nous ne nions pas que les réformes en cours en Ukraine entraînent des inéga­li­tés sociales mons­trueuses, l’ap­pau­vris­se­ment, le chômage et d’autres problèmes. Mais nous croyons ferme­ment que le sort de l’Ukraine doit être décidé par les travailleurs et tous les oppri­més de ce pays, et non par le maté­riel mili­taire russe et les lobbyistes pro-russes. Les dettes de l’Ukraine envers la Fédé­ra­tion de Russie, que Poutine nous a rappe­lées, ne sont pas une raison pour une inva­sion mili­taire. La popu­la­tion ukrai­nienne ne s’est pas endet­tée auprès de la Russie ; que le gouver­ne­ment russe réclame ces dettes à ceux à qui il les a données, y compris Viktor Ianou­ko­vitch, qui réside en toute sécu­rité sur le terri­toire de la Fédé­ra­tion de Russie.

La viola­tion des accords de Minsk est l’œuvre non seule­ment de Kiev, mais aussi de Moscou, n’a pas l’in­ten­tion de cesser de soute­nir ses enclaves impé­ria­listes dans les soi-disant « répu­bliques popu­laires ».

Nous sommes pour le retrait immé­diat des troupes russes, la fin de tout soutien mili­taire aux forma­tions armées dans les oblasts de Luhansk et Donetsk, un cessez-le-feu et le droit des citoyens ukrai­niens de déci­der du sort de leur pays sans les impé­ria­listes de l’Est et de l’Ouest !

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.