Aller au contenu

Italie, la gauche radi­cale aux élec­tions face à une extrême-droite annon­cée victo­rieuse

Crise poli­tique en Italie, un article fort inté­res­sant de notre cama­rade Mathieu Dargel sur le site d’En­semble-inous­mise :

C’était « le gouver­ne­ment des meilleurs »

516 jours, un record pour un gouver­ne­ment italien ! C’est ce qu’aura duré le gouver­ne­ment de Mario Draghi. Il était le produit d’un Parle­ment élu en 2018, dont les mêmes dépu­tés ont formé succes­si­ve­ment une majo­rité Ligue-Mouve­ment 5 Etoiles, puis une majo­rité Parti Démo­crate -M5S et enfin une majo­rité de soutien à un gouver­ne­ment d’union natio­nale autour de Mario Draghi, le « gouver­ne­ment des meilleurs ». Après une crise poli­tique de quelques semaines, au cours desquelles les manœuvres poli­ti­ciennes se sont succédé dans le plus pur style du théâtre de marion­nettes que peut donner une classe poli­tique italienne tota­le­ment décon­si­dé­rée, le Président de la Répu­blique Matta­rella a fina­le­ment appelé à des élec­tions anti­ci­pées le 25 septembre, 6 mois plus tôt que la fin offi­cielle de la légis­la­ture en cours. Ces élec­tions, qui se dérou­le­ront pour la première fois en appli­ca­tion des nouvelles lois élec­to­rales, rédui­sant le nombre de dépu­tés à 400 et celui des séna­teurs à 200, seront précé­dées d’une très courte campagne élec­to­rale. Une partie du temps dispo­nible devra de plus être utilisé par les forces non repré­sen­tées dans le Parle­ment actuel au recueil de 34 000 signa­tures de citoyens répar­tis sur l’en­semble du terri­toire italien, pour avoir simple­ment le droit de se présen­ter. Ce qui pose un défi de taille à la nouvelle force poli­tique qui était en train de se consti­tuer dès le début de juillet, l’Union Popu­laire. L’union Popu­laire, inspi­rée de l’ex­pé­rience française, regroupe notam­ment Potere al Popolo, Rifon­da­zione Comu­nista et DEMA, le parti de l’an­cien maire de Naples, Luigi de Magis­tris. Bien plus que la tenta­tive d’une énième alliance élec­to­rale, cette démarche vise à agré­ger autour de reven­di­ca­tions parta­gées et d’une orien­ta­tion radi­cale, les prin­ci­paux acteurs poli­tiques, asso­cia­tifs, cultu­rels et repré­sen­tants du syndi­ca­lisme de base. Une première réunion natio­nale de cette Union Popu­laire s’est tenue avec un grand succès à Rome le 9 juillet, avant même l’an­nonce de la démis­sion du gouver­ne­ment Draghi, en présence notam­ment de Manon Aubry. Pour la campagne élec­to­rale, Luigi De Magis­tris a été dési­gné par tous les parte­naires de l’al­liance comme chef de file et candi­dat au poste de Premier Ministre.

Nous avons demandé à Marta Collot, porte-parole natio­nale de Potere al Popolo de nous préci­ser son analyse de la situa­tion poli­tique italienne. Préci­sons toute­fois que sur la ques­tion de la guerre en Ukraine, évoquée dans cette inter­view, le débat poli­tique en Italie, au sein de la gauche radi­cale, est très diffé­rent de celui qui se déroule en France (voir notre article https://ensemble-insou­mise.org/que-se-passe-t-il-dans-la-gauche-italienne/) et que nous ne parta­geons pas tous les points de vue expri­més par Potere al Popolo.

Comment analyses-tu la chute du Gouver­ne­ment de Mario Draghi ?

M.C La chute du « gouver­ne­ment des meilleurs » n’est en fait pas facile à lire. Tout d’abord parce que les gouver­ne­ments sont l’ex­pres­sion des inté­rêts au sein de la société, et ce gouver­ne­ment, le président Matta­rella et tous les partis qui se présentent main­te­nant aux élec­tions de septembre sont bien alignés sur un camp : celui des patrons.

Je donne quelques exemples, de fait, à y regar­der de plus près, le gouver­ne­ment Draghi est toujours là, avec tous ses partis, qui font semblant de s’af­fron­ter pour obte­nir des voix, puis quand il s’agit des affaires, ils sont tous d’ac­cord.

Le 28 juillet, à la Chambre des dépu­tés, les partis de Conte, Bersani, Letta, Renzi, Salvini, Berlus­coni, ont tous voté ensemble sur la priva­ti­sa­tion de services de l’eau. Ils l’ont fait en approu­vant le morti­fère art. 8 du projet de loi sur la con urrence, voulu à tout prix par Draghi, qui impose la brade­rie au marché de tous les services publics.

Ou la ques­tion de la guerre en Ukraine. Avec les élec­tions et une majo­rité de la popu­la­tion qui s’op­pose à l’en­ga­ge­ment italien dans cette guerre, le conflit en Ukraine a disparu des procla­ma­tions de ceux qui, il y a encore quelques semaines, étaient en première ligne… pour soute­nir une guerre par procu­ra­tion. Pour­tant, dans le silence géné­ral, un gouver­ne­ment démis­sion­naire et un parle­ment dissous conti­nuent d’ali­men­ter l’es­ca­lade, mettant en place un quatrième décret d’en­voi d’armes.

Mais il y a plus, bien plus impor­tant. Avec un timing extra­or­di­naire, la crise gouver­ne­men­tale a vu le Premier ministre Draghi présen­ter sa démis­sion défi­ni­tive le jour même où la BCE a offi­cia­lisé une nouvelle impor­tante et déci­sive concer­nant la poli­tique moné­taire de la zone euro. La mesure la plus visible concerne une augmen­ta­tion des taux d’in­té­rêt, mais il y a beau­coup plus et on peut lire beau­coup à ce sujet : le point poli­tique est que, tandis que Draghi quitte le Palazzo Chigi en claquant la porte, son programme poli­tique néoli­bé­ral sans scru­pules revient par la fenêtre via le nouvel instru­ment de poli­tique moné­taire de la BCE.

Ces événe­ments nous rappellent égale­ment que, quel que soit le résul­tat des élec­tions du 25 septembre prochain, le programme du gouver­ne­ment est déjà prêt et est inscrit noir sur blanc dans le PNRR (Plan Natio­nal de Résis­tance et de Rési­lience), élaboré par l’exé­cu­tif de Draghi et contrai­gnant pour celui qui sortira vainqueur des urnes pour la durée de la légis­la­ture, sous peine d’ex­plo­sion de l’ins­ta­bi­lité finan­cière sous la pres­sion de la BCE.

Quel rôle le Mouve­ment 5 Etoiles a-t ’-il joué dans cette crise ? Et dans quel état se trouve-t-il aujourd’­hui ?

M.C. Sur cette ques­tion, permets-moi-moi d’al­ler vite et au but, je l’es­père. Il faut comprendre qu’en réalité la crise gouver­ne­men­tale ouverte par les 5 Stelle est un véri­table théâtre poli­tique, contre lequel le M5S s’était toujours élevé. En fait, M. Castel­lone, le chef de leur groupe au Sénat, en refu­sant de voter la confiance à Draghi, a immé­dia­te­ment parlé d’une oppo­si­tion à une mesure précise, mais il avait toujours été, en réalité, dispo­nible pour appor­ter une confiance totale au le gouver­ne­ment.

L’opé­ra­tion du Mouve­ment, qui n’a cessé de perdre des morceaux tout au long de la légis­la­ture, n’est évidem­ment qu’une action poli­tique à contre­temps, pour tenter de retrou­ver une certaine crédi­bi­lité. Surtout, il n’a pas remis en cause la ligne poli­tique des réformes envi­sa­gées dans les objec­tifs et les condi­tions du PNRR, qui ont pour but donner plus d’argent aux entre­prises et priva­ti­ser ce qui est encore en dans les mains du secteur public.

Ainsi, ces jours-ci, nous assis­tons à des “affron­te­ments de pouvoir” au sein d’un Mouve­ment qui n’existe plus en fait, avec des scis­sions conti­nues mais surtout avec une orien­ta­tion poli­tique, histo­rique­ment « anti­sys­tème », contes­ta­taire, qui a fondu comme neige au soleil…

Les « obser­va­teurs inter­na­tio­naux », la presse euro­péenne, semblent nous dire que la campagne se dérou­lera entre deux coali­tions qui portent des lignes, des projets poli­tiques oppo­sés. Le « centre droit » qui va des néo-fascistes de Fratelli d’Ita­lia, diri­gés par Gior­gia Meloni, à Forza Italia de Berlus­coni, en passant par la Lega de Salvini, d’une part. Et d’autre aprt une coali­tion de centre gauche autour du Parti démo­crate de Enrico Letta.

M.C Ici aussi, il est bon de clari­fier quelque chose que nous répé­tons depuis des années : il n’y a pas de réelles diffé­rences au sein de la classe poli­tique de ce pays (ne parlons même pas des partis tradi­tion­nels, si même la préten­tion « anti­sys­tème » de 5 Stelle a été copiée et détruite au cours de cette légis­la­tu­re…). Letta et Meloni sont les deux faces d’une même médaille et ceux qui nous le rappellent sont avant tout les hommes d’af­faires.

Veux-tu des exemples de ce que je dis ? Je te l’ex­plique tout de suite. C’est Enrico Carraro, président de Confin­dus­tria Veneto, qui nous aide à dissi­per le brouillard de la fausse oppo­si­tion entre les deux partis poli­tiques qui sont censés se dispu­ter une majo­rité rela­tive au prochain Parle­ment. Après avoir dit qu’ils se sentaient trahis par la Ligue, le chef des indus­triels a évoqué Letta et Meloni comme deux inter­lo­cu­teurs possibles.

Outre les jéré­miades typiques des repré­sen­tants du patro­nat sur le fait que personne ne les écoute, Carraro a exprimé les deux options que la bour­geoi­sie natio­nale estime suffi­sam­ment crédibles pour ses inté­rêts : une droite écono­mique natio­na­liste et fasciste, ou une droite écono­mique libé­rale, à visage plus humain et avec plus de connexions inter­na­tio­nales. Quoi qu’il en soit, les Fratelli d’Ita­lia et le Parti Démo­crate restent de fervents défen­seurs de la l’OTAN et de l’ef­fort de guerre, ce qui n’est guère surpre­nant.

Une autre ques­tion, interne au monde des ” progres­sistes ” et que vous connais­sez malheu­reu­se­ment aussi en France, est celle de la logique du moindre mal : plutôt Macron, que Le Pen, plutôt le PD, que Meloni. J’en suis sûre : le vote utile sera le seul sujet qui sera discuté dans les semaines à venir dans le camp ‘pro­gres­sis­te’. Rien sur la sortie de l’Ita­lie de la guerre et les contraintes de l’OTAN, rien sur les salaires et le salaire mini­mum, rien sur le recul de la tran­si­tion écolo­gique, rien sur les ques­tions sociales globales.

La décou­verte que l’aile droite dispose d’un vaste soutien et d’un bloc social d’en­tre­prises et d’in­té­rêts défi­nis dans le pays est la décou­verte de l’eau chaude. Au contraire, la ques­tion de savoir à quels inté­rêts sociaux répondent le Parti Démo­crate et l’in­sup­por­table camp « libé­ral/progres­siste » n’est jamais posée. Et c’est cette ambi­guïté qui s’est trans­for­mée, au fil du temps, en un aligne­ment sur les inté­rêts des socié­tés, des enti­tés privées et des entre­prises du tiers secteur qui a éloi­gné le PD et le centre-gauche de ces secteurs sociaux que la droite tente de conqué­rir et auxquels elle donne une repré­sen­ta­tion. Cela nous semble très simple, et pour­tant, ces jours-ci, les attaques contre les forma­tions poli­tiques de la gauche alter­na­tive, comme l’Union popu­laire, qui sont censées “s’écar­ter pour faire barrage à la droite”, ont débuté. La coali­tion de « centre-gauche » entre le PD de Letta et le parti « Alliance » de Calenda (député euro­péen du groupe Renew) a été conclue sur la base de l’agenda du gouver­ne­ment Draghi, excluant de ce fait même des parte­naires plus à gauche, comme Sinis­tra Italiana et les Verts qui espé­raient naïve­ment en faire partie…

Quelques jours avant la chute du gouver­ne­ment, la Justice italienne a déclen­ché une opéra­tion contre des mili­tants syndi­caux impliqués dans des grèves impor­tantes du secteur de la logis­tique ces dernières années, au prétexte que ces actions n’au­raient pas été « reven­di­ca­tives » mais des « formes d’ex­tor­sion ». Que peux-tu nous dire à ce sujet ?

M.C. L’ordre de déten­tion provi­soire émis par le juge d’ins­truc­tion de Piacenza à l’en­contre des diri­geants de l’USB et du SiCo­bas consti­tue une attaque très lourde non seule­ment contre les cama­rades, indi­vi­duel­le­ment, contre ces deux struc­tures du syndi­ca­lisme conflic­tuel , mais égale­ment contre la possi­bi­lité d’or­ga­ni­sa­tion syndi­cale en elle-même. Il s’agit en fait d’un immense fichage de masse, car il ne s’agit pas seule­ment des 8 cama­rades touchés par la priva­tion de liberté dans ces dossiers. C’est un fichage à l’en­contre de l’ac­ti­vité syndi­cale des 7 dernières années dans le secteur de la logis­tique, dans les hubs des multi­na­tio­nales du secteur.

Nous sommes face au para­doxe que quelqu’un appelé ” poli­tico-séman­tique “, c’est-à-dire que la police nous dit que la lutte de classe pour obte­nir de meilleures condi­tions de travail – même en cas de chan­ge­ment de contrat – devient une extor­sion, et que la grève est un chan­tage exercé contre l’en­tre­prise. Le crime serait donc de créer ou d’adhé­rer à un syndi­cat afin d’ob­te­nir un meilleur revenu. ….

Notre Cons­ti­tu­tion, qui fonde la Répu­blique sur le travail, favo­rise l’or­ga­ni­sa­tion syndi­cale et recon­naît le droit de grève, consi­dère le conflit social comme un outil de progrès de la collec­ti­vité. Confondre les syndi­cats, qui ne sont rien d’autre que l’as­so­cia­tion pour la conquête des droits – même de manière franche et déter­mi­née – avec une asso­cia­tion pour la délinquance, provoque un recul dans l’af­fir­ma­tion de la léga­lité consti­tu­tion­nelle. En bref, le pouvoir judi­ciaire joue le même jeu que celui que nous voyons à l’œuvre dans les partis poli­tiques et dans un Parle­ment désor­mais dépourvu de pouvoir.

Le proces­sus « Vers l’Union Popu­laire » est-il une simple alliance élec­to­rale, ou a-t-il voca­tion à deve­nir un nouveau sujet poli­tique ?

M.C. Les élec­tions poli­tiques approchent et, comme toujours dans ces cas-là, on en voit de toutes les couleurs. Retour­ne­ments de vestes, parle­men­taires ayant voté les pires mesures soudai­ne­ment sensibles aux diffi­cul­tés des gens ordi­naires, et autres phéno­mènes assez dégoû­tants. Nous, en revanche, nous nous enga­geons à construire l’Union popu­laire pour défier ce système pourri, et pour faire entendre la voix du peuple jusque dans les urnes s dont nous sommes exclus par calcul poli­tique. Ce n’est pas un brico­lage pour les élec­tions, c’est une idée qui est née bien avant et qui s’ins­pire, je pense que tu le comprends, du proces­sus que nous avons vu en France.

Nous avons lancé le proces­sus de l’Union Popu­laire contre la guerre, les armes, Draghi et le Draghisme. Pour la paix, les droits sociaux et du travail, l’en­vi­ron­ne­ment, l’éga­lité sociale et civile.

Nous avons commencé à enta­mer un chemin commun il y a quelques mois, en vue de la fin de cette légis­la­ture, qu’en tant que Potere al Popolo nous avons quali­fiée d’hal­lu­ci­nante : oui, hallu­ci­nante, parce qu’elle a trahi de toutes les manières possibles le vote exprimé par les élec­teurs en mars 2018, en l’igno­rant fonda­men­ta­le­ment et en compo­sant des gouver­ne­ments à la mode de chaque saison : Lega-5Stelle, 5Stelle- Pd-Italia Viva et Sinis­tra Italiana, jusqu’à atteindre l’apo­théose : un gouver­ne­ment de tous les partis poli­tiques, du centre-droit au centre-gauche, réunis autour de la figure sacrée de l’an­cien chef de la banque centrale euro­péenne Draghi.

Selon nous, il est clair qu’il faut une rupture du système, de la médaille à deux faces que nous avons évoquée précé­dem­ment. C’est ce dont nous avons parlé dans nos assem­blées, c’est ce dont nous avons discuté avec les membres de l’Union Popu­laire en France.

La campagne élec­to­rale, très brève, s’an­nonce diffi­cile, en plein été. Surtout en devant récol­ter les 35 000 signa­tures néces­saires à l’Union Popu­laire pour avoir le droit de se présen­ter.

M.C. Si ce que nous avons dit jusqu’à présent corres­pond à la réalité, il nous semble clair que pour le système du pouvoir, il est indis­pen­sable d’em­pê­cher l’en­trée sur le terrain d’autres orien­ta­tions, même celles qui sont confu­sé­ment ” en rupture “, avec des idées et des projets de société radi­ca­le­ment diffé­rents.

Et la tâche d’in­ter­dire de facto la présen­ta­tion de nouveaux sujets poli­tiques a été confiée au “géné­ral été” : pour parti­ci­per, il faut recueillir au moins 750 signa­tures pour chaque circons­crip­tion avant le 19 août, dans des villes vides ou dont la popu­la­tion est confi­née à l’in­té­rieur pendant la majeure partie de la jour­née. Il s’agit d’un nombre énorme de signa­tures, envi­ron 30 000.

Des délais aussi serrés contre­disent l’es­sence de toute l’idéo­lo­gie libé­rale, qui repose sur la possi­bi­lité décla­rée – mais jamais réali­sée – de promou­voir une parti­ci­pa­tion maxi­male et des programmes gouver­ne­men­taux corres­pon­dant aux inté­rêts des diffé­rentes classes sociales sur le terrain.

On essaiera quand même, bien sûr. Mais il est clair que l’on ne peut même plus imagi­ner la parti­ci­pa­tion élec­to­rale comme une banale campagne publi­ci­taire de ses valeurs, idées, programmes et projets. C’est une lutte poli­tique, à contre-courant, pour affir­mer une subjec­ti­vité sociale, idéale et poli­tique dont le pouvoir ne veut même pas qu’elle existe.

Propos recueillis par Mathieu Dargel.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.