Aller au contenu

Italie. Mimmo Lucano, ancien maire, est condamné à 13 ans de prison pour sa soli­da­rité en actes avec les migrant.e.s

La péti­tion

https://www.change.org/p/dome­nico-lucano-mimmo-siamo-con-te?recrui­ter=978917&utm_source=share_peti­tion&utm_medium=face­book&utm_campaign=psf_combo_share_initial&recrui­ted_by_id=e1f1f510–59dc-0130-d813–3c764e049c64&utm_content=fht-30871726-it-it%3A3

Qui est Mimmo Lucano ?
( source Nejma Brahim, 1er octobre 2021, Média­part)

 « Mimmo Lucano, ancien maire de Riace (Italie, Calabre), a été condamné jeudi 30 septembre à 13 ans et 2 mois de prison pouras­so­cia­tion de malfai­teurs visant à aider et encou­ra­ger l’im­mi­gra­tion irré­gu­lière, fraudes, détour­ne­ment de biens publics et abus de pouvoir.
Il avait redonné vie à son village de Calabre grâce à l’ac­cueil des migrants.

Il nous disait espé­rer que l’is­sue du procès serait « posi­tive ». Dome­nico Lucano (dit « Mimmo ») a fina­le­ment été condamné à 13 ans et deux mois de prison jeudi 30 septembre, après plusieurs années de procé­dure, par le tribu­nal de Locri. C’est deux fois plus que les réqui­si­tions du parquet. L’ex-maire de Riace a été reconnu coupable d’as­so­cia­tion de malfai­teurs visant à aider et encou­ra­ger l’im­mi­gra­tion irré­gu­lière, fraudes, détour­ne­ment de fonds publics et abus de pouvoir. Une peine « exor­bi­tante » pour ses avocats, Giuliano Pisa­pia et Andrea Dacqua.

Maire de Riace, en Calabre, de 2004 à 2018 (jusqu’à sa suspen­sion), Mimmo Lucano s’était fait connaître pour ses posi­tions en faveur de l’ac­cueil des migrants. Cons­ta­tant le dépeu­ple­ment de son village après l’émi­gra­tion des Riacesi qui avaient fui le marasme écono­mique de leur région, il avait choisi d’in­té­grer à la vie de Riace, dans un modèle inclu­sif et durable, les exilés débarqués en Calabre. L’élu avait notam­ment récu­péré des loge­ments inoc­cu­pés, réha­bi­lité d’an­ciennes infra­struc­tures, relancé l’ar­ti­sa­nat et l’éco­no­mie locale et favo­risé l’édu­ca­tion et la forma­tion de tous et toutes, démon­trant qu’un « autre monde » était possible.

Le « modèle Riace » avait ainsi été salué par le Haut-Commis­sa­riat aux réfu­giés de l’ONU ou encore le pape François. En 2016, Mimmo Lucano avait été classé parmi les 50 diri­geants les plus influents par le maga­zine améri­cain Fortune et il rece­vait, l’an­née suivante, le prix Dres­den Peace.

Mais, en 2018, après avoir été visé par plusieurs enquêtes judi­ciaires, il était suspendu de ses fonc­tions, assi­gné à rési­dence puis inter­dit de séjour dans son village, jusqu’à l’an­nu­la­tion de cette déci­sion par la Cour suprême, qui avait consi­déré qu’il n’y avait aucune indi­ca­tion de « compor­te­ment frau­du­leux » que l’an­cien maire aurait « maté­riel­le­ment mis en place » pour attri­buer certains services à des coopé­ra­tives, comme la collecte des déchets. Cela n’aura pas empê­ché sa condam­na­tion ce jeudi.

Mimmo Lucano devra par ailleurs resti­tuer la somme de 500 000 euros corres­pon­dant à des fonds euro­péens. Une lourde peine qui démontre une fois de plus la crimi­na­li­sa­tion des personnes soli­daires à l’égard des migrants.

« Aujourd’­hui, nous ne connais­sons que l’ap­pa­reil et non les raisons qui ont conduit à cette déci­sion. Mais il est diffi­cile de comprendre comment on a pu en arri­ver à une peine aussi sévère, ont commenté les avocats de Mimmo Lucano auprès du Huffing­ton Post Italia, pour un homme comme Lucano qui vit dans la modes­tie et qui n’a tiré aucun avan­tage de son action en tant que maire de Riace et, comme il est apparu au cours de la procé­dure, s’est toujours engagé dans sa commu­nauté et dans l’ac­cueil et l’in­té­gra­tion [des personnes migrantes]. » Ses conseils ont annoncé vouloir faire appel de cette déci­sion. »

Outre la signa­ture de la tribune, une façon de soute­nir Mimmo Lucano est de faire connaître son œuvre via

> son livre : « Grâce à eux, comment les migrants ont sauvé mon village » où il raconte le « modèle Riace » et les obstacles à surmon­ter pour le main­te­nir .

« Mimmo LucanoMarco Rizzo Traduc­tion JEREMIE LEFEBVRE  – Langue d’ori­gine : ITALIEN Buchet Chas­tel 9 Septembre 2021

À propos

« C’est une évidence qui m’ap­pa­raît chaque fois que je m’as­sois pour contem­pler la mer : quiconque vient frap­per à nos portes, qu’il soit réfu­gié, pauvre ou voya­geur, repré­sente pour ce monde le seul salut possible, le seul véri­table espoir contre la violence de l’his­toire. ».
Quand un bateau de réfu­giés kurdes s’échoue près de son village de Riace, sur la côté cala­braise, Mimmo Lucano les accueille comme ses frères. Devenu maire, il met en place un programme d’in­té­gra­tion inédit qui redonne vie à un village en train de s’éteindre. Grâce à lui, des centaines d’hommes et de femmes retrouvent leur dignité. Grâce à eux, Riace renaît. Le célèbre « maire des migrants » raconte ici une aven­ture humaine où les petits gestes deviennent très grands, une lutte où l’es­poir et le courage s’unissent contre la barba­rie des temps. »

>un docu­men­taire : « Riace, un paese di Cala­bria » qu’il serait peut-être possible de proje­ter lors d’un ciné débat. L’idée circule sur le réseau assem­blées locales des EGM pour une projec­tion le même jour un peu partout ; Si cela ne débouche pas, on pour­rait peut-être l’en­vi­sa­ger pour les EGM 86 ? Voir PJ Un village de Calabre

Cette sentence déme­su­rée devrait susci­ter dans les jours qui viennent des propo­si­tions d’ac­tions de la part des EGM, d’or­ga­ni­sa­tions et collec­tifs d’aide aux migrants, ONG inter­na­tio­nales, …

A suivre.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.