Aller au contenu

Jeunesses. ‘No futu­re’ ?

Prépro­gramme de la 10e édition du Festi­val Raisons d’agir du mercredi 8 au vendredi 10 avril 2015

Etre jeune aujourd’­hui… Quoi de commun entre l’ap­prenti/e, déjà au travail, et l’étu­diant/e des grandes écoles, promis/e au meilleur avenir ? Quelles rencontres imagi­ner entre les « galé­riens » des « quar­tiers » qui résistent comme ils le peuvent à la relé­ga­tion et celles et ceux qui inventent de nouvelles manières de vivre dans le bout de campagne où ils ont trouvé refuge ? Quelle unité possible entre les conver­tis aux nouveaux fantasmes de la radi­ca­lité reli­gieuse et celles et ceux qui s’ef­forcent de gagner pas à pas leur propre éman­ci­pa­tion, sociale, sexuelle ou poli­tique ?

Il y a pour­tant quelques ques­tions qui se posent à tous ceux qui, comme on dit, entrent aujourd’­hui dans la vie. Ce que leur promettent les géné­ra­tions en place, c’est toujours plus d’at­tente, toujours plus de menaces, toujours plus de risques. Ce que leur ont déjà offert les insti­tu­tions qui ont accom­pa­gné leur enfance et leur adoles­cence, ce sont des diplômes au rende­ment incer­tain, un monde écono­mique livré au consu­mé­risme, une poli­tique habi­tée par la déses­pé­rance.

Et puis il y a le regard des presque déjà vieux, souvent condes­cen­dant ou un peu nostal­gique, forcé­ment nostal­gique. De leur temps, on ne se complai­sait pas « chez papa et maman » jusqu’à pas d’âge, on savait s’en­ga­ger pour la vie ou on savait se révol­ter – selon, bien-sûr, la lucarne d’où les observent les presque déjà vieux. Conflit de géné­ra­tion ? Même pas. Mais distances, ruptures, malen­ten­dus.

Il y a pour­tant beau­coup à apprendre des façons dont chacun fait ou a fait sa jeunesse. On gagne à compa­rer les expé­riences, à trans­mettre ce qui peut l’être, à réin­ven­ter ce qui doit l’être. Sous réserve que chacun prenne la parole et fasse le récit de sa propre exis­tence et de ce qui compte pour lui. A la condi­tion, aussi, que l’on soit atten­tif à tout le nuan­cier des mondes d’avant et à ce qui se vit aujourd’­hui, dans les nouvelles façons de vivre le travail, les études, la famille, le sens de la justice, l’es­poir de la trans­for­ma­tion sociale.

La 10e édition du festi­val Raisons d’agir mettra donc en discus­sion le rapport des jeunes d’hier et d’aujourd’­hui à l’en­ga­ge­ment. Plus encore qu’à l’oc­ca­sion des précé­dentes éditions, il s’agira de croi­ser les expé­riences indi­vi­duelles et collec­tives et les savoirs issus des sciences sociales, le regard des cinéastes, la sensi­bi­lité des artistes.

Avec :

  • Marsu (ex-mana­ger des ‘Béru­rier noir’)
  • Des jeunes enga­gés dans la musique, l’édu­ca­tion popu­laire, les ZAD ou le mili­tan­tisme poli­tique.
  • Rémi Douat, produc­teur délé­gué de l’émis­sion « Les Pieds sur Terre » sur France Culture.
  • Des projec­tions de films : « Pasca­line et Klara », « On n’est pas des marques de vélo ».
  • Les cher­cheurs Romuald Bodin, Auré­lien Casta, Henri Eckert, Sophie Orange, Julie Pagis, Camille Peugny, Nico­las Rénahy,…
  • Une expo sur les fanzines.
  • Une prome­nade socio­lo­gique.
  • Des travaux d’enquête réali­sés par des étudiants.
  • Et une soirée-concert !
  • Accueil possible chez l’ha­bi­tant, contac­tez-nous !

Espace Mendès-France, Poitiers

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.