Aller au contenu

LA CRITIQUE RADICALE DE L’ARGENT ET DU CAPITAL CHEZ LE DERNIER-MARX

Ce livre est le deuxième d’une série, il est écrit par notre cama­rade Philippe Bayer. Son sous-titre est « Maté­riaux pour une refon­da­tion du marxisme ». Il est édité aux éditions « L’Har­mat­tan », dans la collec­tion « ouver­ture philo­so­phique »; il a paru en décembre 2014.
Ce qu’il nous propose, ce n’est rien de moins qu’ une relec­ture de Marx centrée sur ce que l’au­teur nomme « le Dernier-Marx ».
Chez Marx, avant ce « dernier Marx », le déter­mi­nisme aurait prévalu, avec une concep­tion de l’His­toire comme ayant un but déter­mi­nable. Ce Dernier-Marx, « on peut le lire dans l’édi­tion française du Capi­tal » en un repo­si­tion­ne­ment de Marx, où inter­vient  « une problé­ma­tique radi­ca­le­ment subjec­tive à partir d’une onto­lo­gie de l’iden­ti­té vitale ».
Dans un précé­dent ouvrage, l’au­teur a déve­loppé le premier moment de cette relec­ture que consti­tuait « la critique radi­cale de la valeur-travail » par le Dernier-Marx. Dans cet ouvrage deuxième, cette relec­ture se pour­suit en abor­dant la critique radi­cale de l’argent et du capi­tal.
Pour donner une idée des enjeux de ce travail, voici une dénon­cia­tion de l’ « univer­sa­lité abstraite » qu’on peut y lire dans sa conclu­sion :
« Il faut se rendre à l’évi­dence que la seule univer­sa­lité qui s’est construite est celle du capi­tal, parce que l’his­toire qui s’est réali­sée a été la sienne. Aussi dans le débat actuel qui traverse la gauche radi­cale, à propos de la néces­sité ou pas de sortir de l’Eu­rope, il convient de cesser de se réfé­rer à un univer­sa­lisme abstrait, comme si l’uni­ver­sa­lité concrète du capi­tal la réali­sait malgré tout, de par une sorte de ruse de la raison histo­rique. C’est la logique du capi­tal dans sa mani­fes­ta­tion la plus déve­lop­pée que nous avons avec l’Eu­rope, sa propre logique abso­lu­ment oppo­sée à une huma­nité libre à laquelle elle s’en prend pour en détruire les éléments possibles. » (p228).

Par ce travail, l’au­teur entend parti­ci­per à une refon­da­tion du marxisme, il se situe dans le travail de la critique radi­cale, ce alors que la logique du capi­tal se déploie dans tout l’uni­vers avec les consé­quences rava­geuses que nous vivons.
Ce travail parti­cipe de cette urgence poli­tique qui est aussi théo­rique. Car comment penser en dehors de ces caté­go­ries qui s’im­posent à nous comme natu­relles et qui ne sont que des concepts de l’époque du capi­ta­lisme triom­phant ? Comment orga­ni­ser la nouvelle hégé­mo­nie poli­tique anti­ca­pi­ta­liste ? L’im­por­tance des travaux théo­riques anti­ca­pi­ta­listes et leur mise en confron­ta­tion, leur dispute, s’im­pose à toutes et tous les mili­tants.
Ce livre s’ins­crit dans cette actua­lité brûlante.

Pascal Bois­sel, mai 2015.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.