Aller au contenu

L’après-épidé­mie : ne pas redé­mar­rer pour tout recom­men­cer comme avant. Appel

En 1971 commence à être publiée une bande-dessi­née qui devient un film en 1973 : L’an 01. Dans ce récit haut en couleurs des utopies de cette période, la popu­la­tion décide de tout arrê­ter – produc­tion, travail, école, etc. – et de se mettre à réflé­chir à ce qui doit être redé­marré ou pas. Les usines de voiture ? Les fabriques de pâtes ? Les grands maga­sins ? les grandes fermes indus­trielles ? Dès les premières pages de la bande-dessi­née, le ton est donné : il faut arrê­ter ce mode de vie qui n’a plus de sens et qui mène la planète à la catas­trophe.
Aujourd’­hui, nous n’avons pas choisi de nous arrê­ter. Mais, comme au début des années 1970, le non-sens – ou plutôt le contre-sens – de ces modes de vie et de produc­tion, la catas­trophe vers laquelle ils nous amènent, nous invitent à notre tour à ne plus vouloir redé­mar­rer sans savoir ce qu’il faut redé­mar­rer, ce qu’il faut trans­for­mer et ce qu’il faut arrê­ter abso­lu­ment.
La tenta­tion – en parti­cu­lier d’une réponse « de gauche », mais pas seule­ment – est, comme dans l’après seconde guerre, d’une grande « relance ». La tenta­tion est d’au­tant plus grande qu’elle appa­rai­trait comme une victoire face à l’or­tho­doxie euro­péenne austé­ri­taire qui impose aux Etats de ne pas dépas­ser les 3 % de défi­cit budgé­taire annuel.
Si la crise du Covid-19 va être le drame de millions de morts, de bles­sés, de chômeurs dans le monde, la reprise écono­mique pour­rait être un nouveau drame : celui, après une baisse massive des émis­sions de CO2 pendant la pandé­mie, d’un effet rebond où la relance de l’éco­no­mie ferait explo­ser les émis­sions de gaz carbo­niques. Pour autant, cette relance – parce qu’elle reste­rait dans le cadre d’une écono­mie mondia­li­sée dans un sens ultra-libé­ral et produc­ti­viste – repro­dui­rait les mêmes impasses qu’a­vant la crise. Elle ne pren­drait pas à bras le corps combien – comme l’a encore montré cette crise – le souci de l’au­to­no­mie indi­vi­duelle va de pair avec la conso­li­da­tion des liens sociaux et insti­tu­tion­nels. Elle pour­rait s’ac­com­pa­gner, pour « lever les freins » à la crois­sance, de nouvelles remises en cause du droit du travail, des dispo­si­tifs de soli­da­ri­tés collec­tives, des contraintes envi­ron­ne­men­tales, sans comp­ter les limi­ta­tions aux liber­tés publiques. Elle serait anti-sociale, anti-écolo­gique et liber­ti­cide. Nous refu­sons d’être mis devant ce fait accom­pli.

Pendant l’épi­dé­mie des millions de travailleurs se sont très concrè­te­ment inter­ro­gés sur l’uti­lité de leur travail, des millions de personnes se sont inter­ro­gés sur l’ab­sence de sens de leur vie d’avant, même si la vie pendant le confi­ne­ment était diffi­cile. Il nous appar­tient de faire que ce ques­tion­ne­ment s’ap­pro­fon­disse et débouche sur des recon­ver­sions très concrètes elles aussi.

Dès à présent, à rebours de l’in­di­vi­dua­lisme égoïste et concur­ren­tiel promu par le néoli­bé­ra­lisme comme des modèles alter­na­tifs soit disant « collec­ti­vistes », mais en réalité étatistes et bureau­cra­tiques, qui ont failli hier, ce qu’il faut discu­ter ce n’est pas comment tout va rede­ve­nir comme avant mais comment, dans un monde néces­sai­re­ment inter­dé­pen­dant, rien ne doit être comme avant si nous voulons vrai­ment tirer les leçons de la pandé­mie actuelle.
Pendant le confi­ne­ment, il nous faut conti­nuer ces débats, ces prises de posi­tions, ces échanges sur ce qui ne doit pas conti­nuer comme avant. Il faut trou­ver les formes pour faire conver­ger ces réflexions.
Avec un nouvel agir, mû par le désir de vie et de soli­da­rité nous devons mettre en débat la ques­tion de comment termi­ner le confi­ne­ment géné­ral.
Ne pas retour­ner au travail mais dans nos lieux de travail pour y tenir des assem­blées où déci­der de ce que nos produc­tions doivent deve­nir : être arrê­tées ? Ré-orien­tées dans un sens soute­nable écolo­gique­ment, socia­le­ment, mora­le­ment ; relo­ca­li­sées en mondia­li­sant autre­ment, via le déve­lop­pe­ment des coopé­ra­tions et des soli­da­ri­tés inter­na­tio­nales ? Ne pas retour­ner dans les cafés et les restau­rants pour relan­cer la consom­ma­tion mais pour y tenir aussi des assem­blées et en faire les nouveaux « clubs » révo­lu­tion­naires de quar­tier où nous inven­te­rons concrè­te­ment le nouveau monde ? Le confi­ne­ment géné­ral doit-il se termi­ner par une grève géné­rale ? Sortir de chez nous pour ne pas retour­ner au travail mais dans les rues pour obte­nir la démis­sion des pouvoirs en place ?
Ce dont il faut discu­ter avant que la folie de nos vies ne nous empri­sonne à nouveau est cela : comment ne pas redé­mar­rer pour tout recom­men­cer ?

Parmi les signa­taires:

Gene­viève Azam, essayiste, membre d’ATTAC ; Chris­tophe Agui­ton, alter­mon­dia­liste ; Paul Ariès, direc­teur de l’Ob­ser­va­toire Inter­na­tio­nal de la Gratuité (OIG) ;

Clémen­tine Autain, dépu­tée La France Insou­mise ; Ludi­vine Banti­gny, histo­rienne ;

Olivier Besan­ce­not ; Leïla Chaibi, dépu­tée euro­péenne La France Insou­mise ; Patrice Cohen-Séat, président hono­raire d’Es­paces-Marx ; Alain Coulom­bel, EELV ; Philippe Corcuff, socio­logue et mili­tant liber­taire ; Thomas Coutrot, écono­miste ; Patrick Farbiaz, co-fonda­teur de PEPS ;

Elsa Faucillon, dépu­tée PCF ; Pierre-François Grond, membre d’En­semble ; Jean-Marie Harri­bey, écono­miste (Univer­sité de Bordeaux), conseil scien­ti­fique d’At­tac ; Ingrid Hayes, Ensemble ;

Pierre Khalfa, écono­miste ; Marjo­rie Keters, Acides (Alliance contre les crimes indus­triels et pour le droit à un envi­ron­ne­ment sain) ;

Stéphane Lavi­gnotte, théo­lo­gien protes­tant, pasteur, mili­tant écolo­giste ; Michael Löwy, cher­cheur émérite CNRS ; Elise Lowy, mili­tante écolo­giste, cofon­da­trice de PEPS ;

Noël Mamère, écolo­giste ; Philippe Mangeot, ensei­gnant ; Philippe Marlière, poli­to­logue ;

Willy Pelle­tier, socio­logue, coor­di­na­teur géné­ral de la Fonda­tion Coper­nic ;

Pablo Servigne, agro­nome, biolo­giste, auteur ; Yves Sinto­mer, socio­logue ; Jacques Testart, biolo­giste, essayiste, Roger Winte­rhal­ter, PEPS/Alter­na­tives et Auto­ges­tion

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.