Aller au contenu

Le bébé d’une congo­laise accueilli par les fées terri­fiantes de l’Etat français.

Le collec­tif DNSI inter­vint ; bilan au 20 juin au soir.

Une jeune femme congo­laise, madame Bibi L, accouche à Poitiers.
Le collec­tif DNSI inter­vint ; bilan au 20 juin au soir.

Quel accueil pour une femme et son bébé de  5 jours?

La jeune femme congo­laise qui venait d’avoir un enfant par césa­rienne vendredi  13 juin, était sortante du CHU le 18 juin midi, puis soir.
Sa sortie se faisait avec comme seule adresse les locaux de l’ac­cueil d’ur­gence, rue de Mont­ber­nage : dans des locaux qui ferment de 11h à 16 ou 17h envi­ron, tous les jours !

Cette femme avec son bébé à la rue dès 11 heures du matin ? Devant le carac­tère inac­cep­table de cette mesure les mili­tants de DNSI, dans ses diffé­rentes compo­santes, se sont mobi­li­sés.

Ces mili­tants ont effec­tué beau­coup de démarches :
-auprès de la préfec­ture ( appels télé­pho­niques multiples) puis rassem­ble­ment de 15 personnes et demande de délé­ga­tion devant la préfec­ture,
-auprès de la mairie de Poitiers (télé­phone au maire, à des adjoints),
– auprès de la Croix-rouge (télé­phone au 115, à la direc­tion),
-auprès de certaine dépu­tée,
-auprès de diffé­rents services du CHU.

http://www.lanou­vel­le­re­pu­blique.fr/Vienne/Actua­lite/Faits-divers-justice/n/Conte­nus/Articles/2014/06/19/A-la-rue-en-jour­nee-avec-un-bebe-1953256

Puis un rassem­ble­ment dans le hall du CHU d’une ving­taine de personnes, le 18 juin.
Nous avons constam­ment répété notre exigence légi­time d’un héber­ge­ment assu­rant une sécu­rité physique et affec­tive pour cette mère et son enfant de 6 jours !

Pour l’as­so­cia­tion DNSI, les prin­cipes étaient clairs et précis :
Il est bien de la respon­sa­bi­lité de l’Etat, et donc de la Préfec­ture et de la Direc­tion dépar­te­men­tale de la Cohé­sion sociale, d’as­su­rer la mise en oeuvre d’un véri­table accueil d’ur­gence respec­tant la loi et les Droits Humains.
A défaut dans de telle situa­tion l’hô­pi­tal doit jouer plei­ne­ment son rôle de protec­tion hospi­ta­lière.
« Nous avons constam­ment répété notre exigence légi­time d’un héber­ge­ment assu­rant une sécu­rité physique et affec­tive pour cette mère et son enfant de 6 jours ! »
Le CHU conscient de la situa­tion a prolongé d’une nuit la prise en charge.
Jeudi matin(19 juin), 2 nouveaux rassem­ble­ments de mili­tant.e.s (10 à 12 personnes) ont eu lieu à la Direc­tion Dépar­te­men­tale de La Cohé­sion Sociale (direc­te­ment respon­sable de l’or­ga­ni­sa­tion de l’hé­ber­ge­ment social) et au CHU.
Le CHU a annoncé sa déci­sion de pour­suivre sa prise en charge dans l’at­tente d’une solu­tion « accep­table » et s’est engagé à nous préve­nir dès qu’il y aurait du nouveau.
L’ après-midi, le CHU nous a indiqué qu’il avait été informé qu’une chambre d’hô­tel était propo­sée à partir du lende­main, dans le cadre d’un accueil de la Croix-Rouge.

Situa­tion de madame Bibi L

Madame L, Bibi de son prénom, a quitté le CHU cet après-midi avec sa fille pour une chambre dans un hôtel du quar­tier de la gare.
Elle était accom­pa­gnée par une assis­tante sociale de la Croix-Rouge.
Cette jeune femme engage la procé­dure de régu­la­ri­sa­tion à laquelle elle a droit en tant que mère d’un enfant français.
Comme elle le dit, l’hô­tel c’est mieux que le »115, qui est invi­vable.

http://www.lanou­vel­le­re­pu­blique.fr/Vienne/Actua­lite/Faits-divers-justice/n/Conte­nus/Articles/2014/06/20/Une-chambre-d-hotel-trou­vee-pour-Bibi-et-son-bebe-1954470

Mais elle « découvre » les problèmes maté­riels :
Pas de possi­bi­lité de se faire à manger. Comment faire des courses avec un bébé de quelque jours ?
Comment conser­ver des aliments sans frigo… et vivre avec 250 euros…?
Bien d’autres migrants sont confron­tés à ce type d’hé­ber­ge­ment à Poitiers.
Et ce parfois durant plusieurs mois, avec de jeunes enfants, mais pas avec un nour­ris­son, à notre connais­sance.
On restera atten­tif à ce que l’ac­com­pa­gne­ment de la Croix-Rouge prenne en compte la spéci­fi­cité de cette situa­tion.

Ques­tions pratiques
Madame L. va avoir besoin de maté­riel divers.
Dans l’im­mé­diat :
Une baignoire 1er âge ou une grande bassine; une pous­sette 1er âge; une glacière et des pains réfri­gé­rants;
Sans doute un petit lit (actuel­le­ment il y a un couf­fin) et des vête­ments pour bébé (à préci­ser)
Il s’agit d’une première liste.
Vous pouvez faire des offres. Il faut aller à l’es­sen­tiel, en lien avec madame L, car l’es­pace est réduit.
A suivre….

Texte fait par PB  à partir des compte-rendus réali­sés par

Yvon Plaçais, mili­tant de DNSI (« D’ailleurs nous sommes d’ici« )

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.