Aller au contenu

Le bulle­tin de Clémen­tine Autain (FI) et d’Elsa Faucillon (PCF). Les révoltes dans le monde; le droit de retrait des chemi­nots, etc.

https://lefil­des­com­muns.fr/

Un air de révolte

Hong-Kong, Haïti, Chili, Liban, Cata­logne, Algé­rie, des mouve­ments insur­rec­tion­nels ou révo­lu­tion­naires ont lieu aux quatre coins du monde.  Qu’on se soulève contre une société de plus en plus inéga­li­taire à Port-au-Prince, contre la hausse du prix des trans­ports à Santiago, contre la hausse des taxes à Beyrouth ou à Paris ou encore contre la répres­sion juri­dique des promo­teurs du proces­sus d’in­dé­pen­dance en Cata­logne, le parfum de révolte prend les mêmes accents. Celui de la fatigue des classes diri­geantes qui n’ob­tiennent plus que diffi­ci­le­ment le consen­te­ment des popu­la­tions, celui des diffi­cul­tés sociales et écono­miques qui épuisent l’at­tente du présent, celui des aspi­ra­tions poli­tiques qui cessent de pouvoir être repous­sées à l’ave­nir.   

Chaque fois égale­ment, les réponses des diri­geants sont les mêmes. D’abord la surdité, ensuite l’en­tê­te­ment, fina­le­ment la répres­sion. 17 morts en Haïti, 7 au Chili, 2 en France, des milliers de bles­sés, encore plus d’ar­res­ta­tions. La France et l’Es­pagne jouent de la matraque pour mater les mani­fes­tant.e.s, tandis que l’ar­mée répond au peuple haïtien et désor­mais au Chili, où l’état d’ur­gence a été déclaré, une première depuis la dicta­ture. Le président Chilien a déclaré, entouré de mili­taire, dans une mise en scène aux mauvais relents de Pino­chet, “nous sommes en guerre”.  C’est que ces élites qui perdent pieds sont en guerre contre les peuples. Contre les pauvres, les chômeurs, les services publics, leurs aspi­ra­tions à déci­der eux-mêmes, contre les bifur­ca­tions, les alter­na­tives, les contes­ta­tions, les nouveaux chemins. Guerre totale contre l’autre possible plus libre et démo­cra­tique que recherchent humble­ment les peuples de ces pays.  

Toutes ces années à ne rien résoudre, à se jouer des besoins des uns et des autres pèsent aujourd’­hui très lourd sur la vie de millions de personnes. La défiance à l’égard des diri­geants trans­forme désor­mais la colère en moteur des passions de millions de personnes qui prennent leur destin en main. Barce­lone, quel symbole ! Voilà qu’on empri­sonne des poli­ti­ciens qui avaient pour une fois répondu aux demandes popu­laires en Cata­logne ! Que dire de Beyrouth, où le Liban fait sa révo­lu­tion en dansant, rappe­lant la magni­fique phrase d’Emma Gold­man « Si je ne peux pas danser, ce n’est pas ma révo­lu­tion ». Et Santiago ! où résonne de nouveau le cri du peuple : « El pueblo unido jamas sera vencido » ! Rien ne semble arrê­ter d’ailleurs, le peuple algé­rien. 

Il y a quelque chose de beau dans le soulè­ve­ment, quelque chose de l’ordre de l’ex­tase, du désir. Reste que les défis soule­vés ont plus que besoin d’une ambi­tion éman­ci­pa­trice à fonder pour éviter qu’une fois l’exal­ta­tion du combat passée, la réjouis­sance ne succombe pas. Nous avions créé le Fil du Communs sur la convic­tion que partout notre devoir serait de déjouer le piège qu’on nous tendait : déses­poir de l’éter­nel recom­men­ce­ment ou fascisme. Au regard d’aujourd’­hui, si l’air de révolte nous enivre, notre cap s’est confirmé et nous savons que le plus dur nous attend encore.

Clémen­tine Autain et Elsa Faucillon

SNCF : la direc­tion en train de mytho 

Vendredi 18 octobre, (…)

Le droit de retrait, en cas de condi­tion de travail déplo­rable, pour­rait vous sauver la vie. C’est de ça dont on usait les person­nels ce matin-là, le droit de cesser son acti­vité lorsqu’on estime ne pas pouvoir effec­tuer son travail dans des condi­tions sereines. Voyez-vous, ce mercredi 16 octobre, un TER s’est engouf­fré dans un camion à Saint-Pierre-sur-Vence dans les Ardennes. Sans contrô­leur ou autre person­nel présent, le conduc­teur blessé à la jambe a dû venir en aide aux passa­gers bles­sés. Pour éviter un surac­ci­dent il a marché 1,5 km afin de poser des signa­li­sa­tions de sécu­rité et s’as­su­rer qu’un autre train ne lui emboîte le pas. Pas de légion d’hon­neur pour ce héros du quoti­dien, il n’est ni dicta­teur ni évadé fiscal. 

Voilà pourquoi, ce vendredi, de très nombreux agents de notre service public raillé ont décidé de marquer le coup. Se battre pour la sécu­rité de tous et toutes, quelle mouche a donc piqué ces indé­fen­dables sagouins ? (…) Guillaume Pépy, dont l’en­train pour venir en aide à ces sala­riés est assez simi­laire à l’en­vie du Christ de monter sur la croix, s’est empressé d’an­non­cer des “rete­nues sur salaires” et des sanc­tions, esti­mant que le droit de retrait n’avait pas lieu d’être en absence de danger. Plus habi­tué des chauf­feurs privés et des avions, on comprend son état de quié­tude. Edouard Philippe s’est lui aussi lancé dans la bataille dénonçant une “grève sauvage”. C’est vrai quoi, chez les chemi­nots on joue à la grève comme un gamin joue avec des billes, c’est un instinct sauvage. Des rumeurs rapportent même le concours orga­nisé chaque année par les syndi­cats de celui qui perdrait le plus de salai­re…

Comme toujours, ces boni­men­teurs de la direc­tion du pays et de la SNCF ont pu comp­ter sur le renfort du cycle infer­nal de la fake news en conti­nue et de vos inou­bliables BFM TV, Cnews & cie, qui lorsqu’ils ne sont pas occu­pées à invi­ter des fascistes, aiment à relayer la commu­ni­ca­tion des puis­sants. Oui mais voilà, Sud-Rail confirme, l’ins­pec­tion du travail a validé le droit de retrait, et la direc­tion de la SNCF avec ses annonces de “grève surprise” est en train de mytho.

Paul Elek 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.