Aller au contenu

Le confi­ne­ment ne tient pas lieu de congés payés

Posted on by admin

Publié dans Libé­ra­tion / 

Par Jean-Marie Harri­bey, Esther Jeffers, , membres des Écono­mistes atter­rés ,

Pierre Khalfa, Econo­miste, membre de la Fonda­tion Coper­nic et

Domi­nique Plihon, Econo­miste, membre d’At­tac

Travailler plus long­temps, comme le préco­nise le président du Medef, n’est pas la solu­tion pour relan­cer l’éco­no­mie. Il faut au contraire modi­fier en profon­deur les struc­tures produc­tives et mieux rému­né­rer les métiers peu valo­ri­sés que la crise a mis en avant.

Le président du Medef, Geof­froy Roux de Bézieux, affirme qu’« il faudra se poser la ques­tion des RTT et des congés payés ». La période de confi­ne­ment va se traduire, nous dit-il, par un arrêt de l’éco­no­mie de 30 à 40 % en moyenne. Ce qu’il oublie, c’est que les esti­ma­tions de l’In­see et de l’OFCE n’an­noncent un tel chiffre qu’en annua­li­sant l’im­pact mesuré sur un mois.

Quel serait le remède à la para­ly­sie de l’éco­no­mie ? « Retrous­ser ses manches et travailler plus long­temps » selon le président du Medef. Ainsi, ce sont les travailleurs qui font marcher l’éco­no­mie ! Ainsi, ce sont eux qui permettent la fameuse « créa­tion de richesse » ! Quand ? Pendant leur temps de travail. Il aura fallu une pandé­mie pour s’aper­ce­voir que ce sont les soignants, les ensei­gnants, les livreurs, les cais­sières, les éboueurs qui main­tiennent la société debout. Pendant ce temps-là, où sont les action­naires et leurs porte-parole, ceux qui ne paient pas d’im­pôts ou très peu ?

Allon­ge­ment de la durée de travail

La décla­ra­tion du président du Medef a pour elle le mérite de la clarté. Il s’agit pour les élites écono­miques qui nous ont mis dans la nasse de profi­ter de la crise sani­taire pour renfour­cher l’un de leurs prin­ci­paux chevaux de bataille : augmen­ter la durée du travail. Cela ne leur suffit pas que la loi d’ur­gence sani­taire et les ordon­nances l’ac­com­pa­gnant aient prévu de rallon­ger la durée hebdo­ma­daire du travail jusqu’à 44 heures, voire 60 heures si l’em­ployeur en ressent le besoin. Il s’agit d’al­ler encore plus loin en remet­tant en cause le prin­cipe des congés payés, ne serait-ce que pour l’an­née 2020. Et si ça ne suffi­sait pas, en 2021… aussi ?

Il y a quelques mois à peine, la société française débat­tait de la réforme des retraites. La pierre d’achop­pe­ment était l’âge pivot et l’âge d’équi­libre, soit comment faire travailler les sala­riés jusqu’à 64, 65 ans ? Le Medef deman­dait même 67 ans. La réforme est suspen­due, mais ne doutons pas que les préceptes qui y étaient conte­nus refe­ront surface. Monsieur Roux de Bézieux prend date.

Métiers indis­pen­sables

Même le président de la Répu­blique avait admis dans sa première inter­ven­tion télé­vi­sée qu’il nous faudrait chan­ger de modèle écono­mique après la pandé­mie. L’aug­men­ta­tion du temps de travail voulue par le Medef nous condui­rait-elle à un tel chan­ge­ment de modèle ? Sûre­ment pas. Elle consis­te­rait à relan­cer la machine écono­mique dans sa course folle au produc­ti­visme et dans la dégra­da­tion géné­rale de la condi­tion au travail. Ce serait oublier la leçon écono­mique essen­tielle de la pandé­mie : distin­guer les acti­vi­tés essen­tielles, celles qui sont utiles à la société, de celles qui conduisent au gaspillage et à la dégra­da­tion de la biodi­ver­sité, au réchauf­fe­ment du climat et à l’en­fer­me­ment des travailleurs les plus utiles dans des condi­tions de travail et de salaires les plus dégra­dées. De plus, alors que le chômage risque de faire un bond spec­ta­cu­laire, travailler plus long­temps n’est pas la solu­tion. Il faut au contraire reprendre le mouve­ment histo­rique de baisse du temps de travail qui a permis de créer massi­ve­ment des emplois malgré la persis­tance de gains de produc­ti­vité plus ou moins impor­tants suivant les périodes.

Alors, pas de retour à l’an­cien monde ! Recon­nais­sons la valeur du travail, de celles et ceux qui ont permis que la société conti­nue à fonc­tion­ner. Les femmes, infir­mières, sages-femmes, aides soignantes, auxi­liaires de vie, cais­sières sont en première ligne d’une longue liste. Mais ces métiers indis­pen­sables sont mal rému­né­rés, peu valo­ri­sés. Il est temps de leur accor­der une vraie recon­nais­sance et d’aug­men­ter leurs salaires.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.