Aller au contenu

Santé: La fin de l’ac­cès aux soins de proxi­mité

La Coor­di­na­tion natio­nale des Comi­tés de défense des hôpi­taux et mater­ni­tés de proxi­mité:

La Coor­di­na­tion, réunie lors de sa 30 ième rencontre natio­nale à Luçon, a analysé les annonces du plan « Ma santé 2022 » présenté par le Président de la Répu­blique le 18 septembre dernier.
Nous dénonçons l’ap­proche qui consiste à renvoyer les problé­ma­tiques prégnantes de notre système de santé sur sa mauvaise orga­ni­sa­tion et à nier le sous-finan­ce­ment chro­nique dont il souffre depuis des années, en parti­cu­lier à l’hô­pi­tal et dans les EHPADs, avec entre autres un manque cruel de person­nels.
C’est d’au­tant plus scan­da­leux que de nouvelles restric­tions budgé­taires sont annon­cées à hauteur de 3,8 milliards d’eu­ros
Nous prenons acte posi­ti­ve­ment de la suppres­sion du nume­rus clau­sus, propo­si­tion que nous portions offi­ciel­le­ment depuis 2006 et plus récem­ment au travers de notre péti­tion natio­nale « Stop à la catas­trophe sani­taire annon­cée, exigeons l’ac­cès aux soins pour toutes et tous » *. Cepen­dant, cette seule annonce ne suffira pas à régler la ques­tion de la démo­gra­phie médi­cale et des déserts médi­caux qui en découlent.
En effet, il n’a été défini ni d’objec­tifs quan­ti­ta­tifs (combien de méde­cins par an), ni les moyens néces­saires aux univer­si­tés pour accueillir d’avan­tage d’étu­diants. Par ailleurs il n’est pas fait mention d’une évalua­tion des besoins sur les terri­toires. Ces mesures, au mieux, appor­te­raient une réponse dans une dizaine d’an­nées, temps de forma­tion d’un méde­cin.
Concer­nant l’hô­pi­tal public, avec l’an­nonce de la refonte en trois niveaux d’hos­pi­ta­li­sa­tion, c’est la pour­suite et l’ac­cé­lé­ra­tion des restruc­tu­ra­tions : de 250 à 350 hôpi­taux supplé­men­taires verraient la ferme­ture de leur mater­nité, leur chirur­gie, leur service de spécia­li­tés, leur service d’ur­gences, leur radio­lo­gie et devien­draient des hôpi­taux de proxi­mité « coquille vide ». Il y a donc trom­pe­rie dans le discours gouver­ne­men­tal sur les struc­tures de proxi­mité.
L’ou­ver­ture des grou­pe­ments hospi­ta­liers de terri­toire au secteur privé se traduira par une priva­ti­sa­tion de pans entiers d’ac­ti­vité. A terme, on peut craindre que la notion même d’hô­pi­tal public et de ses missions dispa­raissent au profit d’un modèle semblable à celui des États Unis.
L’e-méde­cine, outil qui devrait permettre une mise en rela­tion des profes­sion­nels, un complé­ment dans leurs pratiques, n’est vu que comme un moyen de les rempla­cer.
La rela­tion dans le « prendre » soin des patients est tota­le­ment absente des objec­tifs de ce plan de santé.

S’agis­sant des EHPAD et de la perte d’au­to­no­mie, ils ne sont qu’à peine évoqués, alors qu’il manque des dizaines de milliers de postes.
La psychia­trie, sinis­trée perd de plus en plus sa spéci­fi­cité.

En conclu­sion, face aux alarmes lancées depuis des mois dans le secteur de la santé, le gouver­ne­ment n’en­tend pas et pour­suit dans la même voie : poli­tique d’aus­té­rité et réduc­tions des dépenses publiques, ferme­tures de services et suppres­sions de postes de soignants, glis­se­ment de la prise en charge par l’as­su­rance mala­die vers les complé­men­tai­res…
La Coor­di­na­tion natio­nale des comi­tés de défense des hôpi­taux et mater­ni­tés de proxi­mité demande l’ar­rêt des ferme­tures et restruc­tu­ra­tions des établis­se­ments de santé publics de proxi­mité et exige le retour à un maillage terri­to­rial égali­taire permet­tant de répondre aux besoins des popu­la­tions partout :
 Multi­pli­ca­tion des centres de santé, struc­tures publiques plutôt que les maisons de santé, struc­tures privées
 Main­tien et exten­sion des sites hospi­ta­liers de proxi­mité avec services d’ur­gence et SMUR, Chirur­gie, Méde­cine, Mater­nité, radio­lo­gie et Labo­ra­toire, le parte­na­riat avec des établis­se­ments de niveau supé­rieur quand la prise en charge le néces­site
 La défi­ni­tion du nombre de géné­ra­listes et de spécia­listes en fonc­tion des besoins des terri­toires
La remise en ques­tion de la liberté d’ins­tal­la­tion, une régu­la­tion assu­rant leur répar­ti­tion en fonc­tion des besoins, tant en ville qu’à l’hô­pi­tal.

 Des moyens pour une poli­tique de santé répon­dant aux besoins de toutes et tous, avec une Sécu­rité Sociale ayant pour objec­tif le 100%, de la préven­tion à la dépen­dance, en passant par le soin et l’édu­ca­tion théra­peu­tique, indé­pen­dante et gérée de façon démo­cra­tique.
Suppres­sion des exoné­ra­tions de coti­sa­tions sociales patro­nales et rever­se­ment des excé­dents budgé­taires de la Sécu à l’Hô­pi­tal public et aux EHPADs à but non lucra­tif.

https://www.meso­pi­nions.com/peti­tion/sante/stop-catas­trophe-sani­taire-annon­cee-exigeons-acces/37000

 

Soutien à la mater­nité du Blanc

À l’an­nonce de la ferme­ture de la mater­nité de l’hô­pi­tal du Blanc, dans l’Indre, les élus locaux viennent de donner leur démis­sion.
La Coor­di­na­tion natio­nale des Comi­tés de défense des hôpi­taux et mater­ni­tés de proxi­mité tient à appor­ter tout son soutien aux élus, aux person­nels et à la popu­la­tion touchés par cette ferme­ture.
Avec le plan « ma santé 2022 » ce sont des centaines d’éta­blis­se­ments publics de proxi­mité qui vont voir leurs services fermer les uns après les autres : mater­ni­tés, chirur­gie, urgen­ces…
Nous appe­lons partout les citoyennes et citoyens, les person­nels et les élu-e-s à se mobi­li­ser pour exiger le main­tien des struc­tures de proxi­mité, l’ar­rêt des ferme­tures et restruc­tu­ra­tions : c’est l’ac­cès aux soins de proxi­mité qui est remis en cause partout avec des risques sani­taires graves.
À Vier­zon, dans le Cher, la mater­nité et la chirur­gie sont mena­cées et les élus ont lancé un appel large pour un rassem­ble­ment à l’Hô­tel de Ville le 23 octobre à 10H.30 ; ce même jour, ce sera l’ou­ver­ture des débats à l’As­sem­blée Natio­nale pour le projet de loi de finan­ce­ment de la Sécu­rité Sociale (PLFSS).
Ensemble, refu­sons l’aus­té­rité qui nous est impo­sée et exigeons la mise en oeuvre d’une poli­tique de santé qui réponde aux besoins de toutes et tous partout.
https://www.meso­pi­nions.com/peti­tion/sante/stop-catas­trophe-sani­taire-annon­cee-exigeons-acces/37000

 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.