Aller au contenu

Le congrès du PS à Poitiers: ce fut trop court!

Le congrès du PS fut de l’avis unanime un moment où les profes­sion­nels du PS sont venus, de toute la France,en villé­gia­ture prendre un pot à Poitiers, non loin des lapins crétins qui font la gloire renou­ve­lée du Futu­ro­scope. Les hiérarques et apprenti.e.s hiérarques du PS n’avaient rien à dire, et ils ont su émettre ce message nul à la perfec­tion. Être au PS est un métier, et un congrès PS c’est un stage de cooli­tude désa­bu­sée pour ces pros.
Alors, il y avait des gens du PS en ville, et les hôte­liers et les restau­ra­teurs et les cafe­tiers de Poitiers ont été contents ; les centaines de flics qui ont quadrillé, parcouru sans relâche la ville ont été occu­pés. Ce fut une ville bien occu­pée. Quelques diri­geants locaux du PS ont souri de façon bonhomme aux jour­na­listes, et leur famille fut ravie. C’est un bilan vrai­ment très posi­tif pour quelques uns.
Les « fron­deurs » n’ont pas dit grand chose d’autre que leur amitié pour Arnaud Monte­bourg qui propose avec un banquier de dimi­nuer les impôts – dans le Jour­nal du dimanche. Que vote­ront-ils de ces lois anti­so­ciales et liber­ti­cides du gouver­ne­ment ? tout ? presque tout ? un peu moins ? Il est diffi­cile de trou­ver encore quelque inté­rêt à leurs manœuvres inter­mi­nables. Reste un député Pouria Amir­shahi qui sort du lot, comme s’il n’était pas un vrai PS ; on verra.
Manuel Valls a quitté le congrès pour aller voir en avion minis­té­riel un match de foot à Berlin; et l’on s’en offusque. Mais si Valls était resté à Berlin, ou s’il était encore à se gober­ger plus modes­te­ment avec sa cour à Poitiers, il n’au­rait pas dirigé, dès lundi, les expul­sions de migrants du 18ème arron­dis­se­ment de Paris. Il n’au­rait peut-être pas attaqué le Code du travail en servile porte-coton du MEDEF, dès mardi, en trans­for­mant les CDDs en norme.
Le congrès du PS à Poitiers aura eu cet effet béné­fique : le gouver­ne­ment aura cessé pendant trois jours ses salo­pe­ries les plus visibles. Voila pourquoi nous regret­tons que le congrès du Ps soit déjà fini ; les poite­vin.e.s auraient su suppor­ter encore quelques jours de plus le mons­trueux déploie­ment de flics, par dévoue­ment pour leurs compa­triotes, pour retar­der un peu, juste un peu, ces igno­mi­nies.

Pascal B. 9–06–2015.

Billets en relation :

Une réflexion au sujet de « Le congrès du PS à Poitiers: ce fut trop court! »

  1. pascal b dit :

    Et n’oublions pas le vote de la loi sur le renseignement, liberticide, qui est au bilan de ce début de semaine post-congrès de l’équipe des Valls et Hollande.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.