Aller au contenu

Le gouver­ne­ment pratique le dialogue de sourd !

inter­pro natio­nale

Massive, dyna­mique, combat­tive, reven­di­ca­tive, la mani­fes­ta­tion natio­nale unitaire d’hier à Paris et en province est une grande réus­site. Elle illustre la déter­mi­na­tion sans faille des sala­rié-e-s, des privé-e-s d’em­ploi, des jeunes et des retraité-e-s à gagner le retrait du projet de loi Travail et à obte­nir de nouveaux droits.

Les orga­ni­sa­tions dénoncent une nouvelle fois les violences qui ont émaillé les abords de la mani­fes­ta­tion. Leur service d’ordre a joué son rôle en assu­rant le bon dérou­le­ment du cortège syndi­cal.

Les orga­ni­sa­tions demandent au gouver­ne­ment de garan­tir les bonnes condi­tions d’exer­cice du droit de mani­fes­ter. Il est de sa respon­sa­bi­lité d’as­su­rer la sécu­rité et le main­tien de l’ordre.

Le Premier ministre assi­mile les mani­fes­tants à ceux qu’il quali­fie de casseurs et rejette sa propre respon­sa­bi­lité sur les orga­ni­sa­tions syndi­cales en leur impu­tant le climat social qui se dété­riore.

Il veut inter­dire les mani­fes­ta­tions ! Comme si en muse­lant la contes­ta­tion, il réglait le problème !

C’est inad­mis­sible !

Le gouver­ne­ment refuse d’en­tendre !  Il cherche à détour­ner l’opi­nion publique du cœur du sujet posé par le projet de loi. Les orga­ni­sa­tions quant à elles restent centrées sur : l’in­ver­sion de la hiérar­chie des normes, les accords de déve­lop­pe­ment et de main­tien de l’em­ploi, les condi­tions de licen­cie­ment, le réfé­ren­dum d’en­tre­prise, la méde­cine du travail. Autant d’élé­ments dans le projet de loi qui en l’état sont défa­vo­rables aux sala­riés.

Comment peut-il conti­nuer de mépri­ser ainsi l’ex­pres­sion de millions de sala­rié-e-s, de privé-e-s d’em­plois, de jeunes et de retraité-e-s ?

Comment peut-il refu­ser le dialogue que demandent les orga­ni­sa­tions depuis des mois ?

Le Président de la Répu­blique reste silen­cieux après le cour­rier des orga­ni­sa­tions syndi­cales du 20 mai. Restera-t-il de marbre devant les milliers de vota­tions que lui remet­tront les orga­ni­sa­tions le 28 juin prochain ?

D’ores et déjà des dizaines de milliers de vota­tion pour le retrait  du projet de loi sont recueillies. Les orga­ni­sa­tions appellent les sala­rié-e-s, les privé-e-s d’em­ploi, les jeunes, et les retraité-e-s à voter massi­ve­ment.

Depuis trois mois se multi­plient les péti­tions, mani­fes­ta­tions, grèves, occu­pa­tions de lieu de travail… le rejet du projet de loi est bien réel et il demeure profon­dé­ment ancré y compris dans l’opi­nion publique.

Les orga­ni­sa­tions appellent à pour­suivre les actions reven­di­ca­tives sous les formes déci­dées loca­le­ment et à parti­ci­per massi­ve­ment aux jour­nées de mobi­li­sa­tion natio­nales les 23 et 28 Juin prochains :

  • Le 23 juin, pendant l’exa­men au Sénat (grèves, inter­pel­la­tions des parle­men­taires, rassem­ble­ments, mani­fes­ta­tions, confé­rences de presse …) ;

  • le 28 juin prochain, date prévue du vote du Sénat, pour remettre la vota­tion citoyenne auprès des préfec­tures et à la Prési­dence de la Répu­blique pour la région pari­sienne et en orga­ni­sant des grèves et des mani­fes­ta­tions.

Elles se retrou­ve­ront le 24 juin prochain.

Les Lilas, le 15 juin 2016

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.