Aller au contenu

Le livre-mani­feste de la rentrée 2018 : Gratuité vs capi­ta­lisme !

L’Obser­va­toire inter­na­tio­nal de la gratuité lance une mobi­li­sa­tion en trois temps devrait permettre de mettre la gratuité au cœur des prochaines élec­tions muni­ci­pales : la publi­ca­tion le mercredi 5 septembre, sous la signa­ture de son direc­teur Paul Ariès, du livre-mani­feste Gratuité vs capi­ta­lisme (Éditions Larousse, 20€) ; le lance­ment d’une péti­tion natio­nale en faveur de la gratuité en octobre ; l’or­ga­ni­sa­tion du deuxième Forum natio­nal de la gratuité à Lyon début 2019 avec la parti­ci­pa­tion des forces des gauches et de l’éco­lo­gie et des collec­tifs luttant pour la gratuité.

Partant du constat que notre système d’al­lo­ca­tion des ressources par le marché arrive à bout de souffle Paul Ariès propose un modèle alter­na­tif fondé sur la gratuité. Ce mani­feste croise les reven­di­ca­tions mondiales en faveur d’un revenu univer­sel mais va plus loin : la gratuité ne doit pas être consi­dé­rée comme une mesure d’ur­gence mais repré­sente le passage vers un nouveau modèle de société, voire une nouvelle concep­tion de la vie. Pour étayer son propos, l’au­teur fait le tour des diffé­rentes expé­riences et initia­tives en matière de gratuité en France et à l’étran­ger (gratuité de l’eau, des trans­ports en commun, de la restau­ra­tion scolaire, des services funé­raires, au service juri­dique, à la santé…), dénonce les idées reçues sur le sujet et fait des propo­si­tions pour mettre en œuvre concrè­te­ment ce projet.

Vers une civi­li­sa­tion de la gratuité ! par l’Ob­ser­va­toire Inter­na­tio­nal de la Gratuité

Une civi­li­sa­tion de la gratuité est-elle possible ? par Paul Ariès sur Media­part

 

 

Billets en relation :

Une réflexion au sujet de « Le livre-mani­feste de la rentrée 2018 : Gratuité vs capi­ta­lisme ! »

  1. Ping : Appel pour une civilisation de la gratuité – Reve 86

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.