Aller au contenu

Le RIC peut consti­tuer un progrès démo­cra­tique

Le débat sur le réfé­ren­dum d’ini­tia­tive citoyenne (RIC), confi­den­tiel il y a encore peu, a émergé au premier plan des ques­tions soule­vées par le mouve­ment des Gilets jaunes, comme concré­ti­sa­tion d’une volonté de contrôle popu­laire et de démo­cra­tie directe. La reven­di­ca­tion du RIC est même deve­nue un élément fédé­ra­teur de ce mouve­ment. Faut-il y voir un gadget qui détourne le mouve­ment de la reven­di­ca­tion sociale ? Faut-il le consi­dé­rer comme un instru­ment faus­se­ment démo­cra­tique et dange­reux ? Où à l’in­verse, consti­tue-t-il une oppor­tu­nité à saisir pour revi­vi­fier la vie démo­cra­tique ?

La droite de tradi­tion bona­par­tiste est pour le réfé­ren­dum, à la condi­tion qu’il soit un instru­ment entre les mains du pouvoir afin de le légi­ti­mer ou de le relé­gi­ti­mer. Le réfé­ren­dum plébis­ci­taire est un scru­tin entiè­re­ment orga­nisé par le pouvoir en place qui en déter­mine tout le dérou­le­ment : la ques­tion posée, l’or­ga­ni­sa­tion du débat et le dérou­le­ment du scru­tin. Cela lui donne, bien évidem­ment, un avan­tage souvent déci­sif.

Dans cette concep­tion, il n’existe, évidem­ment, aucune place pour une initia­tive citoyenne ou popu­laire.

Plus récem­ment, les libé­raux l’ont intro­duit dans l’en­tre­prise pour contour­ner les orga­ni­sa­tions syndi­cales qui refusent de signer des accords collec­tifs régres­sifs. Là encore, point de place pour une initia­tive sala­riée : un réfé­ren­dum ne peut être initié qu’à la suite d’un accord signé par l’em­ployeur et des syndi­cats mino­ri­taires. Il est donc, de fait, condi­tionné à l’ac­cord du chef d’en­tre­prise qui a « la main » sur la formu­la­tion de la ques­tion posée, l’or­ga­ni­sa­tion du débat et le dérou­le­ment du scru­tin.

A gauche, l’his­toire plébis­ci­taire des réfé­ren­dums en France suscite, très logique­ment, de fortes réti­cences, même s’il existe des exemples où ils se sont retour­nés contre leurs insti­ga­teurs.

Ce n’est pas là le seul motif de réti­cence : l’on peut voir, dans le réfé­ren­dum, même s’il était d’ini­tia­tive popu­laire, le risque d’un vote d’émo­tion qui pour­rait se révé­ler destruc­teur pour les liber­tés fonda­men­tales (les ques­tions de la peine de mort ou du mariage pour tous reviennent très souvent), s’il n’était pas assorti de moda­li­tés pratiques qui puissent garan­tir un réel débat citoyen.

Pour­tant, dans une vie poli­tique que le pouvoir veut circons­crire au seul moment de l’élec­tion prési­den­tielle, le RIC peut deve­nir un moment de respi­ra­tion démo­cra­tique dans la longue apnée du quinquen­nat, avec deux objec­tifs : mieux contrô­ler le pouvoir et impo­ser une déli­bé­ra­tion popu­laire.

Le RIC peut consti­tuer un réel progrès démo­cra­tique, sous certaines condi­tions.

Si l’ini­tia­tive popu­laire peut amoin­drir le risque plébis­ci­taire, elle ne peut à elle-seule l’écar­ter complè­te­ment. Contre ce risque, le réfé­ren­dum d’ini­tia­tive citoyenne pour­rait deve­nir une procé­dure habi­tuelle où l’on ne vote pas pour ou contre les initia­teurs (parti, person­na­lité, ou autre) mais pour ou contre une propo­si­tion.

Pour éviter les votes d’émo­tion ou les votes régres­sifs, il convient égale­ment de l’as­sor­tir de méca­nismes qui garan­tissent sa légi­ti­mité (nombre de signa­taires, règles de scru­tin) la qualité du débat (et notam­ment sa durée) et prévoir des niveaux de déli­bé­ra­tion inter­mé­diaires.

Il faut, enfin, régler les rapports du réfé­ren­dum avec des normes univer­sel­le­ment recon­nues telles que les liber­tés fonda­men­tales, les droits démo­cra­tiques et plus globa­le­ment les droits humains pour préve­nir toute « dicta­ture »  de la majo­rité sur la ou les mino­ri­tés et toute régres­sion des droits fonda­men­taux.

Même assorti de ces précau­tions, le réfé­ren­dum ne pourra cepen­dant consti­tuer une solu­tion miracle à tous les problèmes démo­cra­tiques qui demandent une profonde réforme des insti­tu­tions, ni à tous les problèmes écono­miques et sociaux qui néces­sitent, au-delà de telle ou telle mesure ponc­tuelle, la mise en place d’une logique en rupture avec le néoli­bé­ra­lisme.

Mais il peut contri­buer à revi­vi­fier en profon­deur la vie démo­cra­tique, que la consti­tu­tion de la cinquième Répu­blique, plus parti­cu­liè­re­ment depuis l’ins­tau­ra­tion du quinquen­nat, veut circons­crire à l’élec­tion prési­den­tielle. S’il permet d’édic­ter des normes contrai­gnantes, à diffé­rents éche­lons terri­to­riaux, il pourra relan­cer l’in­té­rêt pour la poli­tique, multi­plier les occa­sions de débattre et faire recu­ler l’abs­ten­tion.

C’est cela, sans doute, que le pouvoir voudra éviter. S’il cède sur cette reven­di­ca­tion, il voudra le faire en la déna­tu­rant et en vidant le RIC de son poten­tiel éman­ci­pa­teur. Il insis­tera, à cette fin, sur son carac­tère « dange­reux » alors même qu’il décide de régres­sions démo­cra­tiques, comme le montre la trans­po­si­tion de l’es­sen­tiel des mesures de l’état d’ur­gence dans le droit commun ou son projet actuel de limi­ter le droit de mani­fes­ter.

A l’in­verse, nous devons appuyer le RIC comme outil de créa­tion de règles contrai­gnantes et non comme un simple outil de consul­ta­tion, tout en nous montrant très exigeants sur les méca­nismes d’auto-contrôle qui doivent l’ac­com­pa­gner.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.