Aller au contenu

Les blocages du 17 novembre. Commu­niqué d’En­semble!

Une nouvelle fois, la fisca­lité et les taxes de consom­ma­tion deviennent des objets de colère.  Le gouver­ne­ment « pro-riches » Macron-Philippe aura tout fait pour provoquer une haine de l’im­pôt, accu­mu­lant les provo­ca­tions et les injus­tices les plus scan­da­leuses. C’est ce qui explique l’ap­pel pour le 17 novembre prochain.

Macron-Philippe ont d’abord inau­guré leur quinquen­nat par une formi­dable liste de cadeaux aux plus fortu­nés et à ceux qui perçoivent des profits ou divi­dendes souvent sans payer d’im­pôts ou en trichant. Ce fut la suppres­sion de l’Im­pôt de soli­da­rité sur la fortune (ISF), puis le prélè­ve­ment forfai­taire unique (flag tax) pour les gros reve­nus qui autre­fois payaient plus s’ils gagnaient beau­coup.  A cela s’ajoute près de 70 milliards de crédits et de baisses de coti­sa­tions pour les entre­prises (CICE) qui ne se traduisent pas en créa­tions d’ac­ti­vi­tés et d’em­plois, mais alimentent les circuits finan­ciers.

Enfin, on sait main­te­nant comment les proprié­taires capi­ta­listes trichent avec l’im­pôt, et parfois n’en payent pas du tout. Le Français Total par exemple, vendeur de pétrole et d’es­sence, ne paie pas d’im­pôts sur les socié­tés grâce à des triche­ries aux Bermudes, mais encaisse de gigan­tesques profits (+ 28% !) selon le cours du pétrole, reparti à la hausse et trans­mis dans les prix à la pompe.

La poli­tique pro-riches est payée par les plus pauvres !

Pendant ce temps, le gouver­ne­ment fait les poches des petits contri­buables, avec la hausse de la CSG qui a touché violem­ment les retrai­tés. Il encaisse des taxes sur l’es­sence restées inchan­gées malgré la hausse du pétrole. Or ces taxes et tous les impôts indi­rects comme la TVA sont les plus injustes qui soient puisqu’ils touchent les plus pauvres au même tarif que les riches. De plus, les sala­rié-es, les chômeurs, n’ont pas le choix ! Pour travailler ou cher­cher du travail, surtout en zone rurale ou en banlieue des villes, il faut prendre une voiture puisque les trans­ports en commune sont trop peu déve­lop­pés. Et rien n’est fait pour faci­li­ter leur utili­sa­tion par des tarifs sociaux.

Les classes popu­laires payent leurs impôts, subissent l’aus­té­rité, la baisse de qualité des services publics (prix SNCF illi­sibles !), pour finan­cer les largesses octroyées aux action­naires. Et le gouver­ne­ment se féli­cite ensuite de respec­ter les règles budgé­taires de défi­cit public !

Il faut donc chan­ger radi­ca­le­ment les règles fiscales, récu­pé­rer les sommes gigan­tesques de la fraude aux impôts orga­ni­sée par les grandes entre­prises. Et il faut augmen­ter les salaires, le SMIC, les retraites, les indem­ni­tés de chômage. L’argent public venant d’im­pôts préle­vés selon des règles propor­tion­nelles à la richesse réelle doit servir à inves­tir dans de vraies poli­tiques écolo­giques de trans­ports en commun, de fret ferro­viaire pour rempla­cer les camions pollueurs ; mais aussi de santé publique avec des contraintes impo­sées aux construc­teurs de véhi­cules, par exemple pour suppri­mer le diesel cancé­ri­gène au lieu de s’at­taquer au porte-monnaie et de pous­ser la popu­la­tion au rejet des progrès écolo­giques. Toutes ces propo­si­tions, la droite et l’ex­trême droite, qui appellent à mani­fes­ter le 17 novembre, n’en parlent pas.

Nous ne serons pas aux côtés des droites et de l’ex­trême-droite !

Une alter­na­tive poli­tique globale est donc plus néces­saire que jamais. Mais pour y parve­nir, il ne faut pas comp­ter sur les appels à mani­fes­ter le 17 novembre venant de la droite et de l’ex­trême-droite, de Marine Le Pen à Dupont-Aignan et à des groupes authen­tique­ment fascistes, avec leurs réseaux haineux oppo­sés à la soli­da­rité et à la justice sociale. Pour eux la colère n’est qu’un prétexte aux mots d’ordre racistes et anti­sé­mites. Le mouve­ment Ensemble ! ne mani­fes­tera pas à leurs côtés, tout comme l’ont décidé plusieurs syndi­cats. Une totale indé­pen­dance d’ac­tion s’im­pose face aux forces fasci­santes qui veulent récu­pé­rer la colère popu­laire.
Nous propo­sons à toutes les forces de gauche, écolo­gistes, ainsi qu’aux forces syndi­cales, de s’as­so­cier pour propo­ser et agir : pour une réforme fiscale dans la justice, faire payer Total et les plus riches, augmen­ter les salaires, défendre une poli­tique écolo­gique du trans­port.

L’Equipe d’Ani­ma­tion Natio­nale d’En­semble

Le 6 novembre 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.