Aller au contenu

Les blocages du 17 novembre. Commu­niqué d’En­semble!

Une nouvelle fois, la fisca­lité et les taxes de consom­ma­tion deviennent des objets de colère.  Le gouver­ne­ment « pro-riches » Macron-Philippe aura tout fait pour provoquer une haine de l’im­pôt, accu­mu­lant les provo­ca­tions et les injus­tices les plus scan­da­leuses. C’est ce qui explique l’ap­pel pour le 17 novembre prochain.

Macron-Philippe ont d’abord inau­guré leur quinquen­nat par une formi­dable liste de cadeaux aux plus fortu­nés et à ceux qui perçoivent des profits ou divi­dendes souvent sans payer d’im­pôts ou en trichant. Ce fut la suppres­sion de l’Im­pôt de soli­da­rité sur la fortune (ISF), puis le prélè­ve­ment forfai­taire unique (flag tax) pour les gros reve­nus qui autre­fois payaient plus s’ils gagnaient beau­coup.  A cela s’ajoute près de 70 milliards de crédits et de baisses de coti­sa­tions pour les entre­prises (CICE) qui ne se traduisent pas en créa­tions d’ac­ti­vi­tés et d’em­plois, mais alimentent les circuits finan­ciers.

Enfin, on sait main­te­nant comment les proprié­taires capi­ta­listes trichent avec l’im­pôt, et parfois n’en payent pas du tout. Le Français Total par exemple, vendeur de pétrole et d’es­sence, ne paie pas d’im­pôts sur les socié­tés grâce à des triche­ries aux Bermudes, mais encaisse de gigan­tesques profits (+ 28% !) selon le cours du pétrole, reparti à la hausse et trans­mis dans les prix à la pompe.

La poli­tique pro-riches est payée par les plus pauvres !

Pendant ce temps, le gouver­ne­ment fait les poches des petits contri­buables, avec la hausse de la CSG qui a touché violem­ment les retrai­tés. Il encaisse des taxes sur l’es­sence restées inchan­gées malgré la hausse du pétrole. Or ces taxes et tous les impôts indi­rects comme la TVA sont les plus injustes qui soient puisqu’ils touchent les plus pauvres au même tarif que les riches. De plus, les sala­rié-es, les chômeurs, n’ont pas le choix ! Pour travailler ou cher­cher du travail, surtout en zone rurale ou en banlieue des villes, il faut prendre une voiture puisque les trans­ports en commune sont trop peu déve­lop­pés. Et rien n’est fait pour faci­li­ter leur utili­sa­tion par des tarifs sociaux.

Les classes popu­laires payent leurs impôts, subissent l’aus­té­rité, la baisse de qualité des services publics (prix SNCF illi­sibles !), pour finan­cer les largesses octroyées aux action­naires. Et le gouver­ne­ment se féli­cite ensuite de respec­ter les règles budgé­taires de défi­cit public !

Il faut donc chan­ger radi­ca­le­ment les règles fiscales, récu­pé­rer les sommes gigan­tesques de la fraude aux impôts orga­ni­sée par les grandes entre­prises. Et il faut augmen­ter les salaires, le SMIC, les retraites, les indem­ni­tés de chômage. L’argent public venant d’im­pôts préle­vés selon des règles propor­tion­nelles à la richesse réelle doit servir à inves­tir dans de vraies poli­tiques écolo­giques de trans­ports en commun, de fret ferro­viaire pour rempla­cer les camions pollueurs ; mais aussi de santé publique avec des contraintes impo­sées aux construc­teurs de véhi­cules, par exemple pour suppri­mer le diesel cancé­ri­gène au lieu de s’at­taquer au porte-monnaie et de pous­ser la popu­la­tion au rejet des progrès écolo­giques. Toutes ces propo­si­tions, la droite et l’ex­trême droite, qui appellent à mani­fes­ter le 17 novembre, n’en parlent pas.

Nous ne serons pas aux côtés des droites et de l’ex­trême-droite !

Une alter­na­tive poli­tique globale est donc plus néces­saire que jamais. Mais pour y parve­nir, il ne faut pas comp­ter sur les appels à mani­fes­ter le 17 novembre venant de la droite et de l’ex­trême-droite, de Marine Le Pen à Dupont-Aignan et à des groupes authen­tique­ment fascistes, avec leurs réseaux haineux oppo­sés à la soli­da­rité et à la justice sociale. Pour eux la colère n’est qu’un prétexte aux mots d’ordre racistes et anti­sé­mites. Le mouve­ment Ensemble ! ne mani­fes­tera pas à leurs côtés, tout comme l’ont décidé plusieurs syndi­cats. Une totale indé­pen­dance d’ac­tion s’im­pose face aux forces fasci­santes qui veulent récu­pé­rer la colère popu­laire.
Nous propo­sons à toutes les forces de gauche, écolo­gistes, ainsi qu’aux forces syndi­cales, de s’as­so­cier pour propo­ser et agir : pour une réforme fiscale dans la justice, faire payer Total et les plus riches, augmen­ter les salaires, défendre une poli­tique écolo­gique du trans­port.

L’Equipe d’Ani­ma­tion Natio­nale d’En­semble

Le 6 novembre 2018.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.