Aller au contenu

Les poten­tia­li­tés des Gilets jaunes: tout est ouvert, la lutte pour l’éman­ci­pa­tion ne va pas de soi

https://samuel­hayat.word­press.com/2018/12/05/les-gilets-jaunes-leco­no­mie-morale-et-le-pouvoir/?fbclid=IwAR3OXjze-zgaoKoW­siJQKQAnSp4ftDgI2mxyJSunT_zoF3KNeERr5M3HzXw#_ftn4
En voici de larges extraits. Il importe de ne pas être arrêté par le titre.  

« Les Gilets Jaunes, l’éco­no­mie morale et le pouvoir »

Diffi­cile de ne pas être saisi par le mouve­ment en cours. Tout y est décon­cer­tant, (…)

La situa­tion

(…) Mais le 1er décembre, le feu a pris au cœur du Paris bour­geois, dans ce nord-ouest pari­sien qui n’avait jusqu’ici jamais été vrai­ment le théâtre de telles opéra­tions. Loin d’être menées par des forces locales, érigeant des barri­cades pour déli­mi­ter un espace d’au­to­no­mie, ces actions ont été le fait de petits groupes mobiles, habi­tant souvent ailleurs.

Évidem­ment, les socia­bi­li­tés locales jouent dans la forma­tion de ces groupes. Il suffit de regar­der ailleurs qu’à Paris pour voir la réap­pro­pria­tion collec­tive d’un terri­toire, la forma­tion de liens dura­bles… Mais le 1er décembre, ces soli­da­ri­tés se sont dépla­cées dans un espace de mani­fes­ta­tion lui-même plutôt habi­tuel : les lieux du pouvoir natio­nal. On est là dans un registre tout à fait moderne, n’en déplaise à ceux qui parlent de jacque­ries[2] : c’est bien d’un mouve­ment natio­nal et auto­nome dont il s’agit, (…). Mais les règles de la mani­fes­ta­tion, fixées de longue date (on situe géné­ra­le­ment leur forma­li­sa­tion en 1909[3]), sont igno­rées : pas de cortège, pas de respon­sables légaux, pas de parcours négo­cié, pas de service d’ordre, pas de tracts, de bande­roles, d’au­to­col­lants, mais des myriades de slogans person­nels inscrits au dos d’un gilet jaune.

Toute la pratique du main­tien de l’ordre en est boule­ver­sée, et on a pu voir combien les profes­sion­nels de la répres­sion, malgré leur nombre, leur arme­ment, leur entraî­ne­ment, s’étaient trou­vés débor­dés, inca­pables d’as­su­rer même leur propre sécu­rité, sans parler de celle des biens et des personnes. On peut penser que les forces de l’ordre ne vont pas accep­ter long­temps de se faire ainsi malme­ner, et les violences poli­cières, déjà très nombreuses, risquent d’en­core s’am­pli­fier, comme les appels à l’ex­ten­sion de l’usage de la force, voire à l’état d’ur­gence. Cet échec du main­tien de l’ordre physique est allé de pair avec un échec encore plus complet du main­tien de l’ordre symbo­lique : un président en dépla­ce­ment pour un sommet inter­na­tio­nal, un gouver­ne­ment inau­dible (la rançon à payer pour un pouvoir person­nel s’étant entouré de cour­ti­sans médiocres[4] pour qu’au­cune ombre n’en affai­blisse l’éclat), le pseudo-parti au pouvoir (LREM) occupé le même jour à élire un nouveau délé­gué géné­ral, comme si de rien n’était.

L’ordre vacillant, la ville était lais­sée aux mani­fes­tants, tout était permis, et ce dans un espace incar­nant le privi­lège, d’où des liber­tés prises avec les normes habi­tuelles d’uti­li­sa­tion de l’es­pace public. On ne pleu­rera pas avec les « familles des vitrines », pour reprendre l’ex­pres­sion consa­crée ; (…)

Le travail de mobi­li­sa­tion

S’il y a bien un travail de repré­sen­ta­tion du mouve­ment, qui le fait exis­ter comme mouve­ment (« les Gilets Jaunes »), ce travail est remarqua­ble­ment décen­tra­lisé, passant par les multiples groupes locaux s’or­ga­ni­sant par les réseaux sociaux, par l’agré­ga­tion média­tique de paroles diverses et par le travail d’in­ter­pré­ta­tion que mènent jour­na­listes, poli­tiques, socio­logues[6]. La volonté de donner au mouve­ment des porte-parole habi­li­tés à négo­cier avec les auto­ri­tés a échoué (pour le moment). Beau­coup de commen­ta­teurs ont glosé sur la suppo­sée inco­hé­rence des motifs et des acteurs ; au contraire, étant donné la frag­men­ta­tion de sa repré­sen­ta­tion, l’unité du mouve­ment est surpre­nante. Unité d’ac­tion, soli­da­rité, consen­sus appa­rent sur une série de reven­di­ca­tions, unité même de rythme. Le choix du gilet jaune, ce vête­ment rendu obli­ga­toire pour tou.te.s les auto­mo­bi­listes, et qui juste­ment a pour but premier de se rendre visible, est parti­cu­liè­re­ment heureux et a sûre­ment été une condi­tion maté­rielle de l’ex­ten­sion si rapide d’un symbole unique. Mais le choix de passer à l’ac­tion, et de le faire avec cette vigueur et cette cohé­rence, ne saurait être le simple résul­tat d’un emblème accro­cheur, du bon usage des réseaux sociaux, ni d’un mécon­ten­te­ment, fût-il grand et large­ment partagé.(…)

Les reven­di­ca­tions, juste­ment, méritent qu’on s’y attarde. On en sait peu sur la manière dont elle a été compo­sée, mais une liste de 42 reven­di­ca­tions a été diffu­sée et large­ment reprise, tant dans les groupes que par les médias[7]. Ces reven­di­ca­tions possèdent quelques traits remarquables qui ont déjà été rele­vés : elles sont majo­ri­tai­re­ment centrées sur les condi­tions de vie, bien au-delà de la seule ques­tion du prix de l’es­sence ; elles contiennent des prises de posi­tion contre la libre circu­la­tion des migrants ; elles proposent des chan­ge­ments insti­tu­tion­nels qui renforcent le contrôle citoyen sur les élu.e.s, dont la rému­né­ra­tion se trou­ve­rait d’ailleurs rame­née au salaire médian. Cette liste a été quali­fiée de « magma de reven­di­ca­tions hété­ro­clite »[8]. Il me semble au contraire qu’elle est profon­dé­ment cohé­rente, et que ce qui lui donne sa cohé­rence est aussi ce qui a permis à la mobi­li­sa­tion des gilets jaunes de prendre et de durer : elle s’ancre dans ce que l’on peut appe­ler l’éco­no­mie morale des classes popu­laires.

(…)La réso­nance avec le mouve­ment des gilets jaunes est frap­pante. Leur liste de reven­di­ca­tions sociales est la formu­la­tion de prin­cipes écono­miques essen­tiel­le­ment moraux : il est impé­ra­tif que les plus fragiles (SDF, handi­ca­pés…) soient proté­gés, que les travailleurs soient correc­te­ment rému­né­rés, que la soli­da­rité fonc­tionne, que les services publics soient assu­rés, que les frau­deurs fiscaux soient punis, et que chacun contri­bue selon ses moyens, ce que résume parfai­te­ment cette formule « Que les GROS payent GROS et que les petits payent petit ». Cet appel à ce qui peut sembler être du bon sens popu­laire ne va pas de soi : il s’agit de dire que contre la glori­fi­ca­tion utili­ta­riste de la poli­tique de l’offre et de la théo­rie du ruis­sel­le­ment chers aux élites diri­geantes (donner plus à ceux qui ont plus, « aux premiers de cordée », pour atti­rer les capi­taux), l’éco­no­mie réelle doit être fondée sur des prin­cipes moraux. Là est sûre­ment ce qui donne sa force au mouve­ment, et son soutien massif dans la popu­la­tion : il arti­cule, sous forme de reven­di­ca­tions sociales, des prin­cipes d’éco­no­mie morale que le pouvoir actuel n’a eu de cesse d’at­taquer de manière expli­cite, voire en s’en enor­gueillis­sant. Dès lors, la cohé­rence du mouve­ment se comprend mieux, tout comme le fait qu’il ait pu se passer d’or­ga­ni­sa­tions centra­li­sées : comme a pu le montrer James Scott, le recours à l’éco­no­mie morale fait naître une capa­cité d’agir collec­tive, une agency, y compris chez des acteurs sociaux dépos­sé­dés des capi­taux habi­tuel­le­ment néces­saires à la mobi­li­sa­tion[12].

En effet, l’éco­no­mie morale n’est pas seule­ment un ensemble de normes parta­gées passi­ve­ment par les classes popu­laires. Elle est aussi le résul­tat d’un pacte impli­cite avec les domi­nants et s’in­sère donc toujours dans des rapports de pouvoir. (…). Il est peu dire que les auto­ri­tés actuelles ont rompu ce pacte impli­cite, tant par leurs mesures anti-sociales que par leur mépris répété et affi­ché pour les classes popu­laires. L’émeute ne vient pas de nulle part, d’un simple mécon­ten­te­ment, ou d’une agency popu­laire indé­ter­mi­née qui se serait mise spon­ta­né­ment en mouve­ment : elle est le résul­tat d’une agres­sion du pouvoir, d’au­tant plus violente symbo­lique­ment qu’elle ne semble pas se recon­naître comme agres­sion. Et le président de la Répu­blique, censé repré­sen­ter le peuple français, est devenu l’in­car­na­tion de cette trahi­son, avec ses petites phrases sur les « gens qui ne sont rien », les conseils pour se payer une chemise ou pour trou­ver un emploi en traver­sant la rue. Au lieu d’être le protec­teur de l’éco­no­mie morale, Emma­nuel Macron n’a eu de cesse de la malme­ner, avec un natu­rel désar­mant, jusqu’à deve­nir le repré­sen­tant par excel­lence des forces qui s’op­posent à cette écono­mie morale, c’est-à-dire du capi­ta­lisme. Comme il l’a dit pendant la campagne, à propos de l’ISF, « ce n’est pas injuste parce que c’est plus effi­cace » : on ne saurait mieux illus­trer la mécon­nais­sance, voire le mépris, pour toute autre norme que celles de la finance. (…)

L’éman­ci­pa­tion

(…) En cela, l’éco­no­mie morale, (…) ce qu’elle vise, c’est avant tout un retour à l’ordre, pas une trans­for­ma­tion révo­lu­tion­naire. Il y a là quelque chose de parfois diffi­cile à entendre et à formu­ler : ce n’est pas parce qu’un mouve­ment est authen­tique­ment popu­laire, ancré dans les croyances les plus commu­né­ment parta­gées par la grande majo­rité, qu’il est éman­ci­pa­teur. Pour reprendre les caté­go­ries de Claude Grignon et Jean-Claude Passe­ron, croire que le peuple ne peut agir par lui-même, qu’il est toujours soumis à la domi­na­tion symbo­lique, c’est faire preuve de légi­ti­misme et de misé­ra­bi­lisme[13]. Le mouve­ment des gilets jaunes, par sa force, sa spon­ta­néité, sa cohé­rence, son inven­ti­vité, offre un démenti flagrant et bien­venu aux approches de cet ordre. Cepen­dant, il ne faudrait pas tomber dans l’ex­cès inverse, que ces auteurs quali­fient de popu­lisme, en s’ima­gi­nant que parce qu’un mouve­ment est popu­laire, cela signi­fie qu’il est dans le vrai, dans l’au­then­ti­cité, dans le bien. Il n’est pas tant le signe d’une révo­lu­tion que d’un sursaut, face à un véri­table déla­bre­ment des insti­tu­tions du gouver­ne­ment repré­sen­ta­tif.

Car ce que révèle aussi le recours à l’éco­no­mie morale par les gilets jaunes, c’est l’éten­due du désert poli­tique qui s’est installé depuis des décen­nies. Qu’il ait fallu attendre que le pacte impli­cite fonda­men­tal qui lie gouver­nants et gouver­nés soit rompu pour qu’il y ait un tel mouve­ment, alors que depuis des décen­nies le pouvoir nous matraque de poli­tiques sécu­ri­taires et anti­so­ciales, montre bien que les capa­ci­tés de mobi­li­sa­tion des forces syndi­cales et poli­tiques se sont réduites à peau de chagrin, ou que les formes que leurs mobi­li­sa­tions empruntent les ont mises dans un état de totale impuis­sance. Pour le dire clai­re­ment, il n’y a rien de réjouis­sant à ce qu’il ait fallu en arri­ver là, jusqu’à ce point de rupture, pour que quelque chose ait lieu, et quelque chose qui emprunte à des formes pré-modernes de l’ac­tion collec­tive, sous des formes certes renou­ve­lées. (…)

Cela a un coût dont il faut prendre la mesure : les mouve­ments fondés sur l’éco­no­mie morale s’ins­crivent dans le rappel d’une coutume, la soumis­sion à un ordre juste, mais aussi dans le cadre d’une commu­nauté. L’éco­no­mie morale est conser­va­trice non seule­ment parce qu’elle rappelle des normes intem­po­relles, mais aussi parce qu’elle lie entre elles des personnes défi­nies par une commune appar­te­nance. Dès lors, ses poten­tia­li­tés d’ex­clu­sion ne sont pas que des scories dont on pour­rait aisé­ment se débar­ras­ser : elles sont au cœur du mouve­ment. Pour ne prendre que l’exemple le plus flagrant, les reven­di­ca­tions contre la libre circu­la­tion des migrants, pour les expul­sions d’étran­gers, et plus encore pour l’in­té­gra­tion forcée des non-natio­naux (« Vivre en France implique de deve­nir Français (cours de langue française, cours d’his­toire de la France et cours d’édu­ca­tion civique avec une certi­fi­ca­tion à la fin du parcours) »), tout ceci est indis­so­ciable du mouve­ment, car c’est la consé­quence logique de la mise en œuvre d’une écono­mie morale d’abord commu­nau­taire, même si elle peut ensuite être travaillée par le mouve­ment dans diffé­rentes direc­tions. L’éco­no­mie morale est la procla­ma­tion des normes d’une commu­nauté, elle n’étend pas la logique de l’éga­lité des droits aux étran­gers, pas plus qu’elle ne recon­naît les conflits internes, en parti­cu­lier idéo­lo­giques. Ce dernier point éclaire d’un autre jour le refus proclamé des partis : il s’agit certes d’une mise en ques­tion du pouvoir des repré­sen­tants au profit d’une réap­pro­pria­tion popu­laire de la poli­tique. Mais c’est aussi le refus du carac­tère parti­san de la démo­cra­tie, de l’op­po­si­tion entre projets poli­tiques, au profit d’une unité dont on sait bien qu’elle peut aisé­ment se trans­for­mer en « rassem­ble­ment haineux autour de la passion de l’Un qui exclut »[14].

 

Le détour par ce paral­lèle histo­rique avec des époques dépas­sées pourra sembler peu convain­cant pour saisir la situa­tion dans son excep­tion­na­lité. Peut-être ne s’agit-il que d’un simple jeu de l’es­prit. Mais peut-être est-il au contraire révé­la­teur de certaines carac­té­ris­tiques fonda­men­tales du mouve­ment en cours : son unité impro­bable, son ancrage popu­laire, son carac­tère émeu­tier, mais aussi ses bien réels aspects conser­va­teurs, anti-plura­listes et excluants. Peut-être indique-t-il aussi que l’on n’est qu’au début d’une nouvelle histoire, que les condi­tions d’une repo­li­ti­sa­tion sont là, hors du cadre des vieux partis et des vieilles formes de la poli­tique insti­tuées. A Anzin, les mineurs n’en sont pas restés aux grèves s’ap­puyant sur une écono­mie morale. Au contact des premières forces socia­listes et syndi­cales de la région, ils s’en sont appro­priés les idées et les formes, jusqu’à deve­nir l’un des foyers d’où est sorti l’anar­cho-syndi­ca­lisme. Certains comi­tés locaux de gilets jaunes, loin de s’en tenir à une protes­ta­tion au nom de l’éco­no­mie morale, en appellent à la forma­tion de comi­tés popu­laires et à la démo­cra­tie directe, c’est-à-dire à une éman­ci­pa­tion poli­tique radi­cale[15]. Rien n’est garanti, mais tout est ouvert.

 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.