Aller au contenu

Les vrais chiffres et La Lettre de Civaux n° 51

La Lettre de Civaux est la gazette de la CLI de Civaux. Le président de la CLI, M. Bruno Belin, et le président délé­gué, M. Roger Gil, en sont donc respon­sables. La Lettre 51 est entiè­re­ment consa­crée aux problèmes posés par le béton du bâti­ment réac­teur 1 (BR), pour tenter de rassu­rer la popu­la­tions .

Mais la vérité sur l’état réel du BR reste bien éloi­gnée de ce que nous dit La Lettre. Cette vérité sort du rapport d’ex­per­tise réalisé par l’ entre­prise indé­pen­dante ASSYSTEM pour le compte d’ EDF en 2001, date de la première inter­ven­tion sur l’ enceinte interne du BR pour limi­ter ses fuites en dessous de la valeur régle­men­taire. Cette première opéra­tion de pose de résine époxy avait duré 9 mois.

Quelles sont les affir­ma­tions contes­tables de la Lettre ?

  • L’étan­chéité du bâti­ment réac­teur
    Cette fameuse 3e barrière, enceinte de confi­ne­ment, juste­ment n’est pas étanche : elle fuit, bien que son débit de fuite soit régle­men­taire. Parler d’ étan­chéité du bâti­ment réac­teur est déjà une première contre-vérité.
  • La farce cachée du nucléaire  est un livre mis en vente pour le 11 mars 2017 dans les librai­ries. Il est signé par Nozomi Shihiro. Il s’ agit d’un pseu­do­nyme, pas un anonyme comme le dit la Lettre 51. Dit-on de Voltaire ou de Molière qu’ ils sont anonymes ? Il est vrai que Nozomi Shihiro aime la vérité et qu’ il est capable de la prou­ver, ce qui dérange le milieu nucléo­crate.
  • Les fissures qui nous préoc­cupent ne sont que des micro­fis­sure, indé­tec­tables à l’oeil.
    Cette affir­ma­tion faite par le direc­teur de la centrale de Civaux consti­tue la deuxième contre-vérité de la Lettre 51. ASSYSTEM a réalisé son exper­tise avec des examens visuels : il a constaté à l’œil nu 2000 m de fissures.
  • L’ acci­dent « hors dimen­sion­ne­ment » est tout à fait impro­bable mais ne peut pas être tota­le­ment exclus.
    Dans le monde et depuis que l’in­dus­trie nucléaire existe, envi­ron 500 réac­teurs ont été construits. Et dans le même temps il y a eu 5 acci­dents majeurs d’ins­tal­la­tions nucléaires avec pollu­tions catas­tro­phiques. Cela fait une occur­rence de 1% !

Est-cela un phéno­mène « tout à fait impro­bable » ?

Ce que La Lettre passe sous silence consti­tue autant de mensonges par omis­sion :

  • En cas d’ac­ci­dent qui engen­dre­rait une surpres­sion dans le BR, un dispo­si­tif de décom­pres­sion de l’ enceinte entre­rait en fonc­tion pour éviter la destruc­tion du bâti­ment. C’est juste. Mais dans ce cas, il n’y aurait plus de confi­ne­ment : Il faudrait évacuer la région en urgence !
  • Les fuites de 2001 étaient liées aux carac­té­ris­tiques de la fabri­ca­tion du béton, nous informe La Lettre 51. En lisant cela on a l’im­pres­sion que le phéno­mène est normal. Il n’en est rien : la fabri­ca­tion du béton a été simple­ment ratée. Cette vérité et sa preuve se trouvent dans le rapport ASSYSTEM. L’ex­per­tise de 2001 a relevé 159 autres défauts dans le béton , en plus des 2000m de fissures : 104 nids de cailloux, 7 éclats de béton, 21 aciers appa­rent, 7 trous.
  • Les épreuves enceintes (tests d’ inétan­chéité) font subir au BR une pres­sion diffé­ren­tielle impor­tante de 4 atmo­sphères. Cela fait 40 t/m2. Compte tenu de la surface de la coupole qui mesure 44 m de diamètre, cette pres­sion engendre une force énorme sur le dôme du bâti­ment ( au moins 60 000 t). Cette force ouvre un peu plus les anciennes fissures et en crée des nouvelles. C’ est la raison de la dépres­su­ri­sa­tion évoquée en 1).

Ces épreuves dégradent l’ enceinte et en aggravent la poro­sité.

Voilà pourquoi EDF a entre­pris des travaux pharao­niques pour que le BR1 de Civaux puisse passer les tests de fuites avec succès. Mais en cas d’ac­ci­dent, on sait que la résine époxy ne résis­tera pas long­temps à la tempé­ra­ture de l’en­cein­te….

Jacques Terra­cher

La lettre de CIV 51

Cliquer pour accé­der à La-lettre-de-CIV-51.pdf

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.