Aller au contenu

Lettre ouverte à François Hollande

Une lettre ouverte de notre porte-parole natio­nale Myriam Martin à François Hollande

A Monsieur François Hollande, président de la Répu­blique

.

Le coup d’État finan­cier et « euro­cra­tique » de la Banque Centrale Euro­péenne de mercredi dernier contre la Grèce est scan­da­leux. Mais il n’est pas surpre­nant, tant ont été nombreuses les décla­ra­tions d’hos­ti­lité à l’égard du nouveau gouver­ne­ment grec de Syriza et de son premier ministre Alexis Tsipras.

Vous savez très bien Monsieur Hollande que la BCE avec la commis­sion euro­péenne et le FMI, ont laminé l’éco­no­mie grecque et ont imposé des plans d’aus­té­rité d’une bruta­lité inouïe. Elle pour­suit sa poli­tique de destruc­tion en essayant d’as­phyxier la Grèce et d’em­pê­cher le nouveau pouvoir de mener sa poli­tique de rupture avec l’aus­té­rité sans fin.

Cette attaque contre le peuple grec, est une attaque contre tous les peuples d’Eu­rope. Ce que n’ad­met pas la BCE, c’est la souve­rai­neté des peuples. Pour ces gens-là, notre vote n’existe pas ou n’a pas de valeur, on peut s’as­seoir dessus et consi­dé­rer de manière abso­lu­ment cynique « qu’il ne peut y avoir de choix démo­cra­tique contre les trai­tés euro­péens » ! (Jean Claude Junker, président de la commis­sion euro­péenne).

Mais les menaces de la BCE n’y font rien, et tous ceux et celles qui annonçaient que le nouveau gouver­ne­ment grec allait commen­cer à déce­voir, en sont pour leurs frais. En effet, Alexis Tsipras n’a fait aucune conces­sion de fond : s’il ne parle pas d’an­nu­la­tion de la dette, il parle de restruc­tu­ra­tion et de dimi­nu­tion, sachant qu’il n’est pas possible de la payer. Il affirme son plan de réformes qui consiste notam­ment à lutter contre l’éva­sion fiscale et la corrup­tion, à appliquer dès à présent les mesures d’ur­gence sociale et à arrê­ter les priva­ti­sa­tions qui dila­pident l’en­semble des biens publics au profit d’une mino­rité. Qu’al­lez-vous faire Mr Hollande, allez-vous vous aussi être parti­san de ceux qui étranglent le peuple grec ?

Mais en réalité, ce qui vous effraie à tous c’est l’es­poir que soulève la victoire histo­rique de Syriza en Europe : l’ar­ri­vée au pouvoir d’une orga­ni­sa­tion de la gauche radi­cale. Et il est vrai qu’on peut tirer plusieurs leçons de cette victoire. Notam­ment celle qui indique que rassem­blée, unie et surtout débar­ras­sée de la social démo­cra­tie (la vôtre Mr Hollande), la vraie gauche peut gagner. C’est un chemin à suivre, chemin déjà emprunté par Pode­mos en Espagne, chemin tracé par les mobi­li­sa­tions et les luttes sociales tant en Grèce qu’en Espagne, ces dernières années. C’est la voie que doit suivre aussi le Front De Gauche en France, en rassem­blant tous ceux et toutes celles qui refusent les poli­tiques d’aus­té­rité et qui sont prêts à porter une alter­na­tive poli­tique répon­dant à l’ur­gence sociale, écolo­gique et démo­cra­tique. C’est ce qu’es­saie de faire le FDG dans les échéances élec­to­rales dépar­te­men­tales où, dans de nombreuses confi­gu­ra­tions, le FDG présente des candi­da­tures avec Europe Ecolo­gie Les Verts. Mais au delà des élec­tions, la démarche initiée en France par le FDG, EELV, des syndi­ca­listes, des mili­tants-es du mouve­ment social et inti­tu­lée « Chan­tiers d’es­poir » indique qu’il faut rassem­bler à gauche du PS, pour redon­ner goût à la citoyen­neté, à la fabri­ca­tion de la poli­tique et de la démo­cra­tie, et inven­ter les contours d’un projet éman­ci­pa­teur du XXIe siècle.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.