Aller au contenu

Libye : une situa­tion inte­nable dans des centres de déten­tion surpeu­plés. Par Méde­cins sans fron­tières

Un centre de détention dans la région de Tripoli. Libye, 2017.
Des femmes déte­nues dans un centre de déten­tion dans la région de Tripoli. Libye, 2017. ©Guillaume Binet/Myop

Alors que le nombre de personnes inter­cep­tées en mer Médi­ter­ra­née et rame­nées en Libye par les garde-côtes libyens, soute­nus par l’Union euro­péenne, est en forte hausse, la situa­tion empire dans les centres de déten­tion libyens où sont trans­fé­rés les resca­pés une fois à terre.

Méde­cins Sans Fron­tières appelle à ce que cesse la déten­tion arbi­traire des réfu­giés, deman­deurs d’asile et migrants qui sont ainsi rame­nés et débarqués dans les ports libyens.

Près de 12 000 personnes ont été rame­nées en Libye alors qu’elles tentaient de traver­ser la Médi­ter­ra­née d’après les agences des Nations unies depuis le début de l’an­née. Les inter­cep­tions en mer se déroulent presque quoti­dien­ne­ment, et une fois débarqués, les resca­pés, y compris les enfants non accom­pa­gnés ou les personnes sévè­re­ment malades, sont trans­fé­rés dans les centres de déten­tion dits « offi­ciels » situés le long des côtes libyennes. En consé­quence, les équipes MSF sur le terrain à Misrata, Khoms et Tripoli ont constaté une nouvelle augmen­ta­tion du nombre de personnes dans les centres de déten­tion où elles inter­viennent et une nette dété­rio­ra­tion de leur situa­tion.

« Ils n’ont aucune idée de ce qui va leur arri­ver »

« Cela fait plus d’un an que je travaille sur place, je n’ai jamais vu les centres de déten­tion de la région de Khoms et Misrata aussi remplis ; la situa­tion est effrayante, rapporte un méde­cin MSF. Les patients que j’ai soignés en consul­ta­tion souffrent de brûlures au deuxième degré, de la gale, d’in­fec­tions respi­ra­toires, de déshy­dra­ta­tion. Quand nous sommes arri­vés, la plupart des déte­nus n’avaient pas de vête­ments, ils ont été perdus pendant la traver­sée. Ils n’ont que les serviettes que nous leur avons données. Les gens sont anéan­tis : ils sont dans un état de panique, avec des signes de stress post-trau­ma­tique. Leur fragi­lité est accen­tuée par l’ab­sence de pers­pec­tive : ils n’ont aucune idée de ce qui va leur arri­ver, ils me demandent sans cesse quand le Haut Commis­sa­riat pour les réfu­giés va venir, combien de temps ils vont devoir rester là, et nous n’avons pas de réponse.  »

 

Centres de détention de la région de Khoms et Misrata en juillet 2018.
 © MSF
Centres de déten­tion de la région de Khoms et Misrata en juillet 2018. © MSF

 

Centres de détention de la région de Khoms et Misrata en juillet 2018.
 © MSF
Centres de déten­tion de la région de Khoms et Misrata en juillet 2018. © MSF

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.