Aller au contenu

Media­part et « l’ex­trême-bana­li­sa­tion du RN »

« Pour la première fois, un député Rassem­ble­ment natio­nal siégera à la Cour de justice de la Répu­blique (CJR). Une étape de plus dans la nota­bi­li­sa­tion de l’ex­trême droite, sous l’ef­fet de sa progres­sion fracas­sante à l’As­sem­blée natio­nale et de la passi­vité complice de la majo­rité prési­den­tielle. » 

Mathieu Dejean et Antton Rouget, le 27 juillet 2022

Extraits:

« Voilà le genre de coup de tonnerre insti­tu­tion­nel que l’ex­trême bana­li­sa­tion de l’ex­trême droite fait désor­mais passer au rang de routine démo­cra­tique. Pour la première fois dans l’his­toire de la VRépu­blique, un élu d’ex­trême droite, en l’oc­cur­rence le député Rassem­ble­ment natio­nal (RN) du Pas-de-Calais Bruno Bilde, a été élu à la Cour de justice de la Répu­blique (CJR), seule juri­dic­tion habi­li­tée à juger les ministres pour les actes commis dans l’exer­cice de leurs fonc­tions. (…) Cette nomi­na­tion n’est pas seule­ment symbo­lique, en ce qu’elle vient consa­crer l’ins­ti­tu­tion­na­li­sa­tion d’un parti dont un large éven­tail du spectre poli­tique consi­dé­rait, hier encore, qu’il repré­sen­tait un danger démo­cra­tique : la Cour de justice de la Répu­blique est en effet amenée à jouer un rôle prépon­dé­rant dans le second quinquen­nat d’Em­ma­nuel Macron. (…)

L’ar­ri­vée d’un repré­sen­tant du parti d’ex­trême droite à la CJR parachève ainsi le proces­sus de bana­li­sa­tion accé­léré du RN à l’As­sem­blée natio­nale depuis un mois. Les effets conju­gués de l’élec­tion de 89 dépu­té·es RN le 19 juin et du choix de la majo­rité prési­den­tielle de faire primer la « logique insti­tu­tion­nelle » sur la logique poli­tique s’y font lour­de­ment sentir. 

Les deux vice-prési­dent·es RN (sur les six que compte l’As­sem­blée natio­nale), Hélène Laporte et Sébas­tien Chenu, ont été élu·es avec les voix de LREM, faisant voler en éclats le barrage répu­bli­cain. « Il faut orga­ni­ser le travail de l’As­sem­blée natio­nale en tenant compte des forces poli­tiques exis­tantes », a commenté par exemple le ministre de l’édu­ca­tion natio­nale Pap Ndiaye, « pas choqué » par cette collu­sion. L’élec­tion de deux dépu­té·es RN à la CJR, le 26 juillet, s’est aussi faite « grâce à la droite et à la macro­nie », estime la séna­trice écolo­giste Méla­nie Vogel. 

Pour être précis, le scru­tin étant secret et pluri­no­mi­nal, diffi­cile de dire si ce sont des dépu­té·es LR ou LREM, ou un mélange des deux, qui ont contri­bué à l’élec­tion du binôme de Bruno Bilde et de sa suppléante Anaïs Saba­tini. Toujours est-il qu’il a obtenu plus de la moitié des suffrages expri­més, avec 104 voix sur 204, soit nette­ment au-delà du nombre de dépu­té·es RN (89).

La majo­rité prési­den­tielle a ouvert un boule­vard au RN qui joue à fond, depuis un mois, la carte de « l’op­po­si­tion raison­nable ». Le parti de Marine Le Pen a d’ailleurs voté très régu­liè­re­ment avec la droite LR et la majo­rité prési­den­tielle – récem­ment pour suppri­mer la rede­vance, ou encore pour la loi « pouvoir d’achat » – en gage de son « sérieux ». 

À l’in­verse, lorsqu’il s’est agi d’adop­ter un amen­de­ment issu du travail de concer­ta­tion des oppo­si­tions pour débloquer 300 millions d’eu­ros de compen­sa­tions finan­cières en faveur des collec­ti­vi­tés locales, le groupe RN a été le seul à voter contre

(…)

De plus, les dépu­té·es RN profitent à plein de la fonc­tion tribu­ni­tienne de l’hé­mi­cycle. Jean-Philippe Tanguy, qui a manqué de s’em­pa­rer de la prési­dence de la commis­sion des finances (il a fallu le retrait de la candi­da­ture de Charles de Cour­son pour qu’É­ric Coque­rel soit élu au troi­sième tour), use notam­ment de cette fonc­tion pour rendre hommage à Marine Le Pen (inti­mant au passage à ses collègues le « silence pour la France ») ou encore pour ranger son parti du côté des héri­tiers du Conseil natio­nal de la Résis­tance (CNR) – une provo­ca­tion calcu­lée, qui jette un voile de confu­sion poli­tique supplé­men­taire. 

Et ce n’est qu’un début. Comme l’a expliqué le spécia­liste de droit consti­tu­tion­nel Bastien François à Media­part, le RN dispose désor­mais d’un surcroît de temps lors des ques­tions au gouver­ne­ment, de possi­bi­li­tés d’ins­crire des propo­si­tions de loi à l’ordre du jour de l’As­sem­blée, de saisir le Conseil consti­tu­tion­nel ou encore d’un droit de tirage pour des commis­sions d’enquête. 

Face à cet engre­nage, les efforts des membres de la Nupes pour « redia­bo­li­ser » le RN sont, jusqu’à présent, peu concluants. Lorsque le député LFI Auré­lien Sain­toul a quali­fié le RN de « parti des fachos » dans l’hé­mi­cycle, le 22 juillet, il n’a jamais pu finir son propos, sous les protes­ta­tions.

Entre enra­ci­ne­ment local et inté­gra­tion insti­tu­tion­nelle, la bana­li­sa­tion du RN – qui hésite à célé­brer trop bruyam­ment ses origines en octobre prochain, pour les 50 ans du Front natio­nal – semble n’avoir plus de frein.

Mathieu Dejean et Antton Rouget

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.